Accueil > Musique > 2003 > Justin Timberlake : Justified

Justin Timberlake : Justified

mardi 8 août 2006, par Marc


Tout se paye, tout s’achète. Y compris une crédibilité. C’est sur ce postulat cynique qu’on dû se baser les producteurs de Justin Timberlake. Car, avouons-le, sortir d’un boys band (les inénarrables N’sync en l’occurrence) n’est jamais un gage de réussite. Mais réussir en un seul album à capter l’attention des médias plus pointus que les magasines d’adolescentes (voir tous les classements et référendums qui fleurissent en cette saison) est plus difficile. Le secret ? Un groupe de producteurs réputés (les Neptunes) et un marketing du feu de Dieu. Et voilà notre frêle héros parti pour décrocher la timbale - un large succès commercial - et l’argent de la timbale - faire taire les critiques.

Alors, puisque cet album m’échoit entre les oreilles par un tour de passe-passe dont le destin farceur est friand, voyons ce que contient cette contribution majeure à la musique de ce siècle naissant. N’attendant rien de cet album puisque quatre singles en avaient été déjà extraits, c’est avec des oreilles de plomb que je mets cette galette sur la platine. Et, là, pas de déception, c’est largement aussi mauvais que prévu. L’habitude prise de ne pas changer de station (inutile, cest un CD), on se noie dans la mélasse. Tout est faux, tout est fabriqué. Mais bon, il faut reconnaître que c’est fort joliment fabriqué. Si l’intro du premier single était réussie, on se disait déjà qu’étirer une intro sur toute la longueur d’un morceau était déjà limite. On se croirait revenu aux pires heures de Michael Jackson (mais, bon, il est plus regardable que cet emplâtre facial, mais de toi à moi, Cameron, qu’est-ce que ce nabot a de plus que moi ?). Qu’on s’entende bien, loin de moi l’idée de faire le procès de la r’n’b, sous-genre lucratif de la soul. Mais si c’est à un des meilleurs exemples de ce genre, il y a de quoi se poser des questions. Non seulement sur ma capacité à juger froidement des styles dont je ne suis pas familiers mais sur le simple sens commun. si cette musique a une raison d’être, elle n’est pas à mettre au même niveau que le oeuvres originales de plein d’artistes qui sont disponibles pour le même prix.

On remplace ici par un savoir-faire certain (en plus ce doit être rudement compliqué de créer un tel vide, la maîtrise est totale) le moindre soupçon d’émotion. Bon, le pire des défauts de cet album, finalement, c’est de créer un ineffable sentiment d’ennui. Chic, j’ai fini la chronique en même temps que l’album, je ne serai pas obligé de le réécouter. (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

3 Messages

  • Justin Timberlake : Justified 27 juillet 2008 15:24, par Fabien

    Je suis tombé par hasard sur ta critique sur cet album. Je suis d’accord avec toi... à moitié. Bon, je vois que tu écoutes beaucoup de musique indé, ce qui explique peut-être que tu n’aimes pas.
    Perso, je trouve cet album assez sympa (Rock your body, What you got, Right for me, Let’s take a ride, même Cry me a river !) et de la part de quelqu’un qui vient d’un boys band bubble-gum, c’est plutôt bien !
    Après, chacun ses goûts ;)

    Voir en ligne : salut

    repondre message

    • Justin Timberlake : Justified 29 juillet 2008 12:21, par Marc

      Disons que cette critique a été écrite il y a cinq ans et qu’on ne s’essaie plus à critiquer des musiques aussi en dehors de notre domaine de compétence. Ceci dit, cet album sent le savoir-faire et a son lot de titres catchy, certes, mais bon, pour la sincérité on repassera.

      Bonjour chez toi

      repondre message

      • Justin Timberlake : Justified 25 janvier 2009 00:00, par fabien

        je réponds à ton message un peu tard... ;)
        je ne connaissais n’sync que de nom et j’ai écouté leur dernier album "celebrity" et mon dieu, ça pue le commercial à plein nez (ça pue tellement que j’ai arrêté avant la fin ^^)
        donc là, je peux affirmer que "justified" est un bon album de pop/rnb(ça n’engage que moi bien sûr), mais il est derrière l’excellent "the evolution of robin thicke"

        Voir en ligne : fabien

        repondre message

  • Indochine : Alice & June

    Il faut bien commencer 2006 par quelque part. Alors pourquoi pas par un des plus gros vendeurs de l’hexagone ? Un double album qui ne m’est clairement pas destiné mais dont j’estime que les références sont suffisamment claires pour mériter une analyse. Et qui sait si en chemin on ne rencontrera pas quelque chose d’intéressant à écouter ou à en dire ? De plus, les gens qui passent ici préféreront lire une critique d’Indochine que d’Architecture in Helsinki. Ils sont comme ça, les gens. (encore que là, je (...)

  • Jojo : Jojo

    Je sais c’est très mal ce que je fais : commencer une chronique avec des a priori comptables à la tonne...
    Quoiqu’il en soit, voici donc la dernière lolita en date, Jojo. Un nom aussi simple n’augure déjà rien de bon, un album éponyme ne fait que confirmer les craintes, on est bien ici devant un produit marketing de grande consommation (nom facile, retenable même par les imbéciles).
    Mais laissons le marketing pour regarder du côté de la musique. Tout d’abord et contrairement à ce qu’on tente de nous (...)

  • The Rasmus : Hide from the sun

    Nous sommes en 2006 et il est temps d’en finir avec les albums de 2005. Nous sommes en 2006 et certains semblent-ils ne l’ont pas encore réalisé.
    Voilà ce qu’on pense en écoutant l’album des Rasmus. En effet, cette soupe à un sacré goût de nineties, un mauvais goût de début des nineties. On a l’impression d’assister à une collaboration entre un Jon Bon Jovi au chant et au texte, Metallica à la batterie et la guitare et Evanescence pour le côté faussement « corbeau » et les costumes. Pire ça ressemble (...)

  • Moby : Hotel

    Moby a tout essayé. De la techno quand ce n’était qu’une culture underground (période Go, Hymn par exemple), du revival punk (l’album Animal rights) et même de la reprise copie carbone de Joy Division (l’inoxydable New Dawn fades).
    Et puis, d’une idée somme toute assez simple, dépoussiérer de vieux standards de gospel ou de 78 tours de blues, il a fait un hit mondial. L’album Play le propulse au firmament des ventes mondiales et contient de jolies réussites (Porcelain) l’autorisant à tutoyer les plus (...)

  • Kanye West - My Beautiful Dark Twisted Fantasy

    Miracle
    MC de seconde zone mais soundmaker d’exception, fanfaron en panne d’humilité mais à la fragilité d’enfant blessé, figure imposante du hip-hop qui gagne capable de s’excuser d’avoir fait de la peine à G.W. Bush comme de se faire traiter de con par Obama,... on pourrait disserter des heures sur l’image ambiguë de Kanye West, idiot du village global ou génie inapte à synthétiser ses propres contradictions. Au fond, cet homme est un peu le Jean-Claude Van Damme du rap : un poids lourd qui sait (...)

  • Janelle Monáe - The ArchAndroid

    Délivrer l’humanité
    Dans un commentaire récent, j’osais suggérer qu’il était peut-être temps d’arrêter d’écouter de l’indie-rock, ce genre aux contours flous et au son de plus en plus gâteux. Je ne plaisantais qu’à moitié : nous sommes en 2010 et, au terme d’une décennie de bons et loyaux services, force est de constater que les deux tendances majeures des dix dernières années – le retour du rock à guitares binaire grâce aux Strokes et aux White Stripes, les foutoirs organisés popularisés par Arcade Fire – (...)