Accueil > Musique > 2008 > The Faint - Fasciination

The Faint - Fasciination

jeudi 20 novembre 2008, par Fred

Electroclash mon cher Watson...


Découverte récente pour votre serviteur, The Faint est originaire d’Omaha, Nebraska.
Depuis le début des années 90, ces américains développent une musique electro-rock sombre, croisement entre la musique indépendant américaine, l’expérimentation sur Moog et la new wave de Depeche Mode et consorts.

Le groupe est proche de Bright Eyes avec lequel il a partagé un membre, à savoir Conor Oberst. Il est d’ailleurs signé sur le label d’Oberst, Saddle Creek Record.

L’album s’ouvre sur le direct et energique disco-rock The Geeks were right. Plus soniquement tortueux Machine in Ghost vient ensuite, parsemé de sons 8-bits.

Le groupe pratique alors un virage rapide vers l’electro-goth-indus avec Fulcrem and Lever, lorgnant vers NIN, avant de poursuivre les grands écarts entre des morceaux complexes, plus sombres Battle Hymn for Children, Fish in A Womb et des pilules electro-pop (Psycho, Miror Error) qui s’inscrit clairement dans un vague rival new wave, chantée la tête en arrière. Si vous avez vu Music and Lyrics avec Hugh Grant, c’est pareil en plus sale et distordu.

En parlant de distortion, celle-ci est appliquée de manière générale, principalement sur les voix, mais sans les abus d’une mode actuelle. On est loin de l’indigestion qu’a pu nous procurer Soldout, qui joue dans un registre similaire.

De manière générale, on notera qu’une belle énergie se dégage des compositions. Celles-ci sont solides et le groupe démontre un sens du timing et de la montée certain, comme sur I treat You wrong dont le refrain en retrait dure juste suffisamment pour créer un tension qui se concrétise sur le crescendo du chorus.

Du côté des ressemblances, on citera The Rapture pour le couple basse synthétique ronflante/Guitare stridente sur Forever Growing Centripedes. Le même couple basse/guitare dans une configuration plus funky, nous évoque les les plus sautillantes pièces de Deus sur Psycho.

L’album passant d’un extrême à l’autre, du plus sombre au plus primesautier, la consistance n’est pas de mise. Et, bien que quelques compositions vaillent la peine qu’on s’y attarde, on ne trouvera pas ici une oeuvre majeure. Faudra-t-il attendre un prochain album pour cela ?. Ou encore nous pencher sur la discographie de The Faint ? Un fan pourra probablement nous éclairer de son commentaire.

Article Ecrit par Fred

Répondre à cet article

3 Messages

  • The Faint - Fasciination 4 décembre 2008 09:51, par Yann Lebout

    Dans The Faint, je vote pour le premier album "Danse Macabre", de loin supérieur au second et probablement au troisième dont les premières écoutes que je viens de terminer n’ont pas convaincus. Apparemment, c’est à voir en live aussi.

    Voilà, sinon le second albums contient aussi quelques morceaux franchement bons, mais manque de régularité.

    Voir en ligne : Musique Y

    repondre message

    • The Faint - Fasciination 4 décembre 2008 11:08, par Fred

      Merci Yann pour ton éclairage sur la discographie de The Faint.

      On se concentrera donc sur "Danse Macabre" pour décourvir The Faint.

      repondre message

      • The Faint - Fasciination 4 décembre 2008 12:34, par Marc

        J’en profite pour remettre une couche sur le vraiment excellent "Digital Ash For A Digital Urn" de Bright Eyes en collaboration avec The Faint. I Believe In Symmetry est un de mes morceaux préférés tous genres et époques confondus.

        repondre message

  • Marie Davidson - Working Class Woman

    Vous avez peut-être déjà entendu parler de Marie Davidson en tant que moitié du duo darkwave Essaie Pas qui nous plait beaucoup ici. Ceci est son premier album sur Ninja Tune, son quatrième en tout et s’il pourra plaire sans souci aux amateurs de la formation de base, il a suffisamment de spécificité pour s’imposer de lui-même.
    Comme pour Essaie Pas, on est un peu dans la queue de comète electroclash. Avec un accent anglais crédible (et québécois en français, forcément) et qui claque avec une belle (...)

  • DJ Shadow - The Less You Know, the Better

    Au plus que, au mieux que
    « Here we are now at the middle. More and more, I have the feeling that we are getting nowhere. Slowly, we are getting nowhere... and that is a pleasure. » Voilà par quel soliloque DJ Shadow scinde les deux faces de son nouvel album, entre une première moitié relativement déroutante et une seconde nettement plus familière. Décidément insaisissable, Josh Davis n’a jamais commis qu’une véritable faute : celle d’avoir commencé par la fin. “Endtroducing”, ou comment générer (...)

  • Rafale - Obsessions

    Melting-pot daté
    C’est rarement le cas, mais le producteur de ce premier album des Français de Rafale m’est mieux connu que les deux autres protagonistes Julien Henry et Marc Aumont. Arnaud Rebotini est en effet connu aussi bien pour son travail avec Black Strobe que pour ses œuvres solo ; j’avoue être plus familier du groupe, pas toujours d’une subtilité folle, mais qui reste amusant sur scène, où son côté Motöthead electro est à même d’assurer le spectacle. On ne sera donc pas surpris de retrouver (...)

  • Agoria - Impermanence

    La permanence dans le changement
    Sacré Agoria. Capable de tracer des ponts imaginaires entre électro pointue et bidouillage bon enfant (“Blossom”). De convier sur un même album, il y a cinq ans, Princess Superstar et Peter Murphy (“The Green Armchair”). D’enrober un navet avec une bande originale anxiogène et des intentions ambiguës – relever le niveau ou tirer sur l’ambulance (“Go Fast”) ? Bref, un champion du contre-pied, un fervent pratiquant de l’inconstance. Sa philosophie manifeste, à ce stade (...)