Accueil > Critiques > 2008

Department Of Eagles - In Ear Park

jeudi 11 décembre 2008, par marc

La mélodie de l’hermétisme


C’était un soir de mai, en attendant le retour de quelqu’un d’une activité normale en festival (et dans la vraie vie aussi). Le fil tellement ténu de ces folkeux se tendait sur la scène secondaire du festival Sasquatch ! (un autre article ici). Et avec un peu d’abandon, un site à couper le souffle, une tête forcément vide, la magie opéra en plein. Depuis, je suis passé de l’autre côté, celui où on a suivi le lapin blanc mais où le temps est presque aboli. Je m’étais un peu perdu puis retrouvé dans leur Yellow House.

Si je vous parle de Grizzly Bear, c’est qu’un des membres du duo dont il est question aujourd’hui, Daniel Roosen, y officie aussi depuis. Et puis il y a des similitudes plus qu’évidentes entre les deux groupes. La grâce, d’abord. Plus le fait qu’il faut un temps non nul pour se plonger dans ce bain aussi euphorique que spleenesque. Car voici un exemple de l’orthodoxie indie, un album précieux mais un tantinet hermétique pour les auditeurs non habitués. Cette attitude pourrait passer pour de l’élitisme. Il n’en est heureusement rien. Parce qu’il y a un véritable plaisir auditif là-dedans. Certes, à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit ou dans n’importe quel contexte ça ne peut que ne pas fonctionner mais une fois admises les hypothèses de base, c’est sans doute un des albums les mieux charpentés de cette année qui mine de rien se termine.

Les structures ne suivent pas souvent l’enchainement classique refrain-couplet-pont. La voix apparaît plus comme un complément, même si elle repose sur des mélodies. Alors, bloqué qu’on est, on parle par métaphores. La musique de Department of Eagles serait un bois. Un peu touffu, un peu balisé, mais qui invite à la promenade. A la flânerie plutôt, à la contemplation. De ces promenades sans but autre que le plaisir d’être en plein air. Et de l’oxygène, il y en a une sérieuse bombonne par chanson.

Dès Ear Park, on a tout ça, un arpège de guitare, des violons discrets, du clavier, et un morceau littéralement en apesanteur. Le doute n’est pas permis, un grand moment musical est en gestation. Et même, il a commencé. No One Does It Like You est plus classique en leur chef, et cet album se laisse entrevoir des incursions plus psychédélique, plus électriques aussi avec une intrusion de guitare pour un riff lumineux sur Around The Bay. Et on assistera aussi aux irrésistibles crises d’intensité sur Waves Off Rhye qui font s’envoler le rapace.

Encore une fois, c’est un peu de la musique de spécialistes, même si moins d’habitude est requise pour entrer dans le département des aigles. Et on est d’autant plus soufflé qu’un groupe comme Animal Collective ait pu insuffler une énergie presque pop et électronique (termes à manipuler avec des dizaines de pincettes). Cependant, tout ceci est plus folk dans l’acception classique du terme (instruments acoustiques par exemple).

Quitte à paraître incongru, je préfère ceci à Grizzly Bear (si on excepte leur merveilleux Knife) parce que c’est plus, disons, figuratif. On a parfois juste une pop baroque et luxuriante pas prétentieuse (Teenagers) qui rappelle Andrew Bird, cet autre céleste volatile, à notre bon souvenir. Les aigles encore plus forts que les ours donc. On se croirait dans une pub Valvert.

Je ne peux que trop vous conseiller ce Department of Eagles. Mais je dois vous prévenir aussi. Comme un physionomiste à l’entrée, votre backgroud va décider de votre capacité à rentrer dans cet univers assez cintré, mélodique de façon parfaitement paradoxale, entrainant malgré lui. Ceux qui tenteront le voyage auront droit à un moment hors du temps, enchanteur sans qu’on puisse expliquer vraiment pourquoi. Il ne faut pas trop commenter les réussites. Il faut les écouter, c’est tout.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Bélier Mérinos - Triste mais en tout temps joyeux

    On en a connu, des noms d’animaux. Etrange à dire sans doute, mais le nom derrière lequel se cache Geoffroy Pacot correspond plutôt à la musique, fondamentalement champêtre mais dénuée de pittoresque.
    Traduire un paysage en musique est sans doute une des entreprises les plus compliquées qui soient mais ce genre de post-rock bucolique y arrive, avec ce qu’il faut de field recordings et d’arpèges (...)

  • Villagers – That Golden Time

    Villagers, c’est quinze ans d’intense délicatesse. Le projet presque solo de Conor O’Brien nous a depuis longtemps habitués à osciller entre une vraie délicatesse et plus d’ampleur. Celui-ci est franchement évanescent en première écoute, d’ailleurs j’étais un peu passé à côté pour être honnête. Il peut se faire plus lyrique, on le sait.
    Mais même sur Truly Alone, la subtilité est là, avec son petit clavier (...)

  • Binidu - //

    Si on avait croisé le chemin de Vincent Dupas quand il officiait en tant que My Name Is Nobody, on était passés à côté de ce projet qu’il partage avec Jean Baptiste Geoffroy et Jérôme Vassereau (ils sont aussi tous membres de Pneu). Le troisième album en onze sera donc l’occasion de faire la découverte.
    On sent dès le début de We Grew Apart que le morceau ne restera pas aussi désolé et de fait une (...)

  • Dan San - Suite

    On se doutait bien à l’écoute de l’excellent Grand Salon que l’évolution de Dan San n’était pas temporaire. En clair, ils ont un plan. Rappelons que pour les autres envies, les membres font aussi partie de formations comme The Feather, Pale Grey ou Condore. Donc, quand ils reviennent au camp de base, c’est pour se donner les moyens de converger ensemble vers un style identifiable. La mise en son est (...)