Accueil > Musique > 2008 > Bon Iver - For Emma, Forever Ago

Bon Iver - For Emma, Forever Ago

mardi 16 décembre 2008, par Marc

Comme tout le monde


Espérer ne rien avoir raté d’essentiel, voilà l’angoisse du critique quand point le mois de décembre. Parmi les suggestions répétées figure ce Bon Iver. Etait-il le bonheur musical annoncé ? Est-ce une imposture sans nom ? Vous savez compter des étoiles, alors je ne vais pas tenter d’attiser un hypothétique suspense. On a beau vouloir se méfier des réactions trop unanimes, des réflexes trop conditionnés, il faudrait un manque de sincérité assez poussé pour que je dise que je n’ai pas aimé.

Après s’être séparé de son groupe et sa copine, Justin Vernon (la seule personne à bord derrière la composition et l’écriture de Bon Iver) s’est réfugié dans le Wisconsin pendant trois mois pour accoucher de ce For Emma, Forever Ago. On sent d’ailleurs cette intimité. Mais pas le misérabilisme que la solitude pourrait imposer. C’est ce qui rend cet album fondamentalement honnête et travaillé aussi humain.

Les neuf chansons sont donc moins dénudées qu’on pourrait le penser de prime abord. Dès Flume, les sons arrivent de partout, d’origine assez floue d’ailleurs. Mais c’est sur un morceau comme Team que l’originalité se fait le plus flagrante. Basse lancinante, batterie imperturbable, chœurs mystérieux, tout est en place pour qu’un morceau de transition relance l’intérêt (lequel n’avait pas fléchi du reste). Alors, oui, c’est classique, c’est antirévolutionnaire au possible. Mais c’est rempli à ras-bord de morceaux intimes mais jamais geignards (la voix l’est un peu cependant). La voix, d’ailleurs, est assez particulière, évoluant dans un registre plus aigu que les habituels hurleurs au clair de lune. On dirait que Tunde Adebimpe de Tv On The Radio s’est mis au folk. Le résultat est en tous cas assez personnel.

Difficile même de faire ressortir des titres. Même si Skinny Love et For Emma sont de sacrés moments, prenants où ça fait du bien d’être pris. Ce sont eux qui ont été le plus diffusés de toute façon. Et si vous avez été séduit par eux, n’hésitez pas, prenez le pack familial complet, satisfait ou remboursé. Ils nous quittent sur un grand morceau (re :stacks) qui n’est pas sans évoquer les heures calmes de Sufjan Stevens. Le spectre d’Eliott Smith n’est jamais loin non plus, surtout quand la pulsation se fait plus présente (Lump Sum)

Il faut aussi avouer qu’on est aussi parfois à deux doigts de l’ennui comme dans les vrais classiques, littéraires, cinématographiques ou musicaux. Etrange que ce ne soit même pas perçu comme rédhibitoire. Ce n’est qu’un petit passage qui nait de la relative uniformité mais on est tellement loin de tous les artifices que cet album durera, c’est presque une certitude. Il est de ces albums de garde comme les deux premiers de Sophia qui me sont instantanément revenus en mémoire même s’ils n’ont en commun que la folle intensité. SI vous voulez vous singulariser et ne pas aimer cet album, la solution est simple : ne l’écoutez pas.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

4 Messages

  • Bon Iver - For Emma, Forever Ago 16 décembre 2008 18:42, par Erwan

    Il était temps de s’y mettre ! ;-)

    repondre message

  • Bon Iver - For Emma, Forever Ago 17 décembre 2008 23:26, par olivier s

    C’est un pur chef d’oeuvre. Je ne suis jamais à deux doigts de l’ennui en m’y plongeant. Il m’est arrivé plusieurs fois de mettre un dernier morceau de cet album avant d’aller me coucher et puis j’écoutais l’entièreté et puis je le réécoutais encore... Seul Chris Lucey et son "Songs Of Protest And Anti-Protest" a pu me faire perdre autant d’heures de sommeil.

    repondre message

  • Bon Iver - For Emma, Forever Ago 14 janvier 2009 20:55

    Cette vision de l’univers de Bon iver (pardon...) est la plus étroite qui soit : comment chipoter devant un tel album ? Mais bon ... rien de très choquant dans tout ça : comme souvent lorsqu’il s’agit d’une épiphanie musicale , pas grand monde n’y prête attention. ce genre d’épiphanie est pourtant rare : depuis Buckley, personne n’avait autant secoué le cocotier que le doux-dingue Justin Vernon sur cet album. Seul inconvénient pour une telle réussite : après à peine deux trois écoutes, il vous sera plus de plus en plus difficile d’écouter les songwriters les plus admirés du moment avec la même bienveillance (n’est-ce pas Syd, Herman,Liam,Sufjan ?).

    repondre message

  • Sharon Van Etten - We’ve Been Going About This All Wrong

    On associe depuis toujours Sharon Van Etten à Shearwater. Outre un copinage qui les a vus partager la scène le temps d’une tournée et de quelques morceaux, il y a cette pureté, cette émotion affleurante qui émeut sans autre forme de procès. C’est un don que certains artistes ont. S’ils parlent tous peu ou prou d’eux-mêmes, certains semblent parler à chaque auditeur en particulier.
    Mais si Jonathan Meiburg a ce chant qui touche à la perfection, il y a ici une fêlure plus qu’humaine. Un peu de fausseté (...)

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)