Accueil > Musique > Concerts > Wolf Parade, AB Club, 05/12/2008

Wolf Parade, AB Club, 05/12/2008

dimanche 7 décembre 2008, par Marc

L’énergie des loups


Parmi les concerts que j’attendais avec une impatience non feinte, il y a ce Wolf Parade. Alors qu’il figure depuis trois ans très haut dans mes favoris tous genres et époques confondus, je n’avais jamais vu le combo de Montréal en vrai. Le fait qu’ils n’avaient jamais joué en Belgique n’aidait pas non plus il faut dire. Mais le jour est arrivé, enfin.

On s’échauffe avec les Flamands de Soon qui lancent les hostilités dans la petite salle du dessus de l’Ancienne Belgique. La grande étant occupée par Alain Bashung. Autant dire qu’il n’a pas été question de dilemme. Et si un jour, un programme de festival vous présente Soon, vous pouvez y aller sans problème. Souvent conventionnel, occasionnellement vraiment prenant, ce rock est ce qu’il y a de moins toxique. On constate aussi que le son, de qualité, est vraiment trop fort.

You Are A Runner, I am My Father’s Son. C’est le morceau qui ouvre le génial Apologies To the Queen Mary et ce concert. On sait qu’on va replonger pour de bon dans l’univers de la formation, réduite à quatre éléments. Et on pige tout de suite ce qui fait leur singularité. En temps normal, un bon groupe se contente d’un bon singer-songwriter à la personnalité affirmée. Wolf Parade se paye le luxe d’en avoir deux. En effet, Spencer Krug (aussi sociétaire entre autres de Sunset Rubdown) et Dan Boeckner (Handsome Furs) sont les deux pôles du groupe, assurant alternativement les parties chantées. Et on se rend compte aussi qu’on vit un grand moment de rock ’n roll. Inclassable, leur musique dégage une énergie incroyable. Dan Boeckner rappelle aux jeunots que nous somme encore qu’on n’a jamais pu voir The Clash en concert. Les morceaux sont envoyés, lâchés sans pitié.Pas de quartier. Ne faites pas de prisonniers. Les deux albums sont abordés largement en toute logique. Leur premier étant un des faits marquants de, disons, la décennie. Je donne peut être l’impression d’en faire des tonnes mais il faut avoir senti en live Kissing The Beehive, ses revirements, ses montées et descentes, sa fin apocalyptique pour comprendre que le concert est fini, que la salle est conquise, qu’on avalerait bien un peu de rappels, qui finiront dans un pogo en bonne et due forme sur Fancy Claps.

Grand, fort et beau. Si la folle énergie ne rend pas toujours hommage aux détails de composition, j’ai eu l’impression d’avoir vu un de mes groupes préférés en action. Et c’était le cas. ne pas être déçu quand l’attente était aussi grande n’était pas la moindre des performances de la soirée qui ne faisait que commencer.

Vous en voulez des images ? http://picasaweb.google.be/marc.mineur/WolfParade#

(Soon)

(Wolf Parade)

(Wolf Parade)

(Wolf Parade)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

7 Messages

  • Wolf Parade, AB Club, 05/12/2008 7 décembre 2008 17:41, par Claire

    Dans le top 5 de mes meilleurs concerts 2008. C’était un truc dingue, en plus j’avais toujours imaginé qu’ils ouvraient leurs concerts avec "You’re a Runner" tellement elle est puissante. La batterie était destabilisante d’efficacité. Moi qui croyais naïvement que Spencer avait la part belle du groupe, j’ai été agréablement surprise quant à la personne de Dan Boeckner, il était hallucinant de grâce. C’est mieux que ce que j’avais pu imaginer. Et plus le set avançait, plus ils laissaient place au lyrique et à l’expérimental, avec California Dreamer (qui m’a laissé par terre) et Kissing The Beehive (pas de mots). Sur cd, leur son est déjà super plein, mais en live ils arrivent à rajouter 25 notes/secondes. Aaaah (soupir d’intense satisfaction).

    Voir en ligne : http://velvet-jacket.blogspot.com

    repondre message

  • Ils reviennent quand ? 8 décembre 2008 13:27, par bousval

    « En temps normal, un bon groupe se contente d’un bon singer-songwriter à la personnalité affirmée. Wolf Parade se paye le luxe d’en avoir deux. »
    Certes. Non seulement c’est très rare de rencontrer des groupes où l’on trouve plus d’un leader, mais ce qui est encore plus détonnant, c’est qu’il sont tous les deux bien plus talentueux que la livraison habituelle. Ajoutez à cela que les deux autres membres nettement plus discrets envoyant la section rythmique, l’assure parfaitement, offrant les conditions idéales à nos deux co-leaders pour s’exécuter pleinement. Avoir deux leaders talentueux se reposant sur une bonne base, c’est déjà pas rien, mais avoir la complémentarité géniale entre Spencer-je-fais-swinger-avec-mon-Casio et Dan-je-fais-rocker-avec-ma-Fender, c’est tout bonnement énorme. Et lorsque l’on voit qu’à tout ça, les deux hommes apportent à l’interprétation de chacun des morceaux une énergie hallucinante, comme si ça leur était vital, on est complètement conquis par ce qui est sans aucun doute le meilleur groupe indé du moment. Loin, très loin devant le peloton. Qui a dit que j’en faisais des tonnes ? ;-)

    repondre message

    • Ils reviennent quand ? 8 décembre 2008 16:10, par sebduj

      J’ai beaucoup apprécié cet excellent concert. Le seul bémol est que j’avais vu un des meilleurs concerts de ma vie quelques jours avant avec Mercury Rev ;-) Wolf Parade a souffert de la comparaison.
      Très gros coup de gueule concernant le son bien trop fort.

      repondre message

    • Ils reviennent quand ? 9 décembre 2008 12:55, par Marc

      Moi ! je trouve que tu en fais des tonnes. Mais que tu as bien raison.

      repondre message

  • Okkervil River + Jawhar, PIAS, 29/03/2018

    Ca faisait un peu de temps qu’on n’avait plus parlé de concerts ici. D’autant plus que le temps avait manqué pour relater les deux derniers déplacements. L’endroit du soir est nouveau puisqu’on découvre le siège de PIAS, qui abrite aussi un très bel assortiment de vinyles et une salle de concert intime et accueillante.
    Le programme était pour nous un ’double bill’, ce genre de proposition qui associe deux artistes qui nous sont chers. Ajoutez à ça l’autorisation de prendre des images et quelques amis et (...)

  • Albin de la Simone, Nuits botanique, 11/05/2017

    Le plaisir de la découverte fait évidemment partie de ce qu’on aime en concert mais on ne boudera jamais une valeur sûre. Jamais on n’a été déçus par Albin de la Simone et il va garder son brevet d’invincibilité.
    Ce jeudi lance donc les Nuits Botanique et comme tous les ans, une belle programmation, une bonne ambiance et sans doute une météo mitigée.
    Cette bonne ambiance nous a fait rater le début de la prestation de Mathias Bressant . On ne peut pas dire que les regrets sont immenses. Sa prestation (...)

  • The Dears, Plants and Animals, Botanique, 21/02/2017

    D’habitude, les compte-rendus de concert sont écrits avant que les photos ne soient disponibles. Cette fois-ci pourtant, il n’y en aura pas. Pour la première fois en dix ans et après une centaine de concerts (à vue de nez), mon ami l’appareil photo n’a pas été autorisé à entrer avec moi...
    Mais bon, on était là pour écouter de la musique surtout et on n’a pas été déçus de ce côté-là. L’affiche du jour était en fait double, et d’une certaine cohérence. Plants and Animals et The Dears partagent certes la même (...)

  • Jeanne Cherhal, Théâtre 140, 20/01/2017

    Il est bon de temps en temps de revoir en concert ceux qui nous enchantent sur disque. Et le dernier Jeanne Cherhal avait confirmé ses bonnes dispositions. Sa très longue tournée maintenant clôturée passant par notre capitale, il était plus que tentant de reprendre contact avec le Théâtre 140.
    La formule piano-voix ne permet pas d’approximations, et quand le talent le permet, c’est souvent un grand moment que peuvent nous offrir Frida Hyvonen, Moonface, Alina Orlova, Soap&Skin ou Pierre (...)