Accueil > Musique > 2008 > Joseph d’Anvers - Les Jours Sauvages

Joseph d’Anvers - Les Jours Sauvages

lundi 5 janvier 2009, par Marc

Joseph d’ailleurs


Après un court repos bien mérité, les critiques reviennent. Au programme de janvier, le reliquat de l’année passée avant de se plonger dans les sorties qui sont imminentes. Bonne année en notre compagnie en tous cas.

Tout d’abord, ne cherchez pas cet album de Joseph d’Anvers dans un magasin belge. C’est qu’il n’est tout simplement pas distribué dans notre riant royaume. On ne peut que se désoler qu’une partie du marché francophone (pas la plus plantureuse mais quand même) n’ait pas d’accès direct à ce qui est un des meilleurs auteurs de notre langue.

Sur son premier album, la filiation était assez facile à trouver. Ceux qui ont aimé Miossec, Dominique A et autres Florent Marchet (marrant, tout ce que j’aime) ne pouvaient qu’apprécier Les Choses d’en Face. Le changement de cap n’en est que plus intéressant. C’est toujours réconfortant de voir que des artistes empruntent des voies qu’on ne leur voyait pas aborder. Et son évolution passe par un déplacement outre-Atlantique (Brésil et Etats-Unis) et des collaborations plus larges, comme Money Mark des Beastie Boys qui apporte sa voix évoquant Damon Albarn sur Kids ou Rodeo (A Mi-Distance).

Tous les chanteurs ont des tournures de mélodies qui leur sont typiques. Joseph n’échappe pas à la règle. On sait qu’il s’agit de lui sur une chanson comme 1000 Fois, avec son faux air monocorde et répétitif sur les couplets, qui aurait très bien pu se trouver sur le premier album. On n’en sent que mieux la différence dans les arrangements qui dénotent ici une bien plus grande confiance, une plus grande maitrise. Même si parfois les gimmicks sont trop systématiques (Sept Jours d’une Vie)

C’est ce genre de chose qui le rend un peu atypique. Pas étrange, à peine original, mais qui pourrait tenir la route si c’était chanté en anglais. C’est un test à faire. Que resterait-il d’un morceau si on n’en comprenait pas les paroles. Ne vous mèprenez pas, ce n’est ni étrange ni difficile, juste un peu plus consistant que ce qui nous est souvent infligé dans notre langue. Toujours est-il qu’on peut faire du rock avec du sens, une vraie personnalité et de la musique qui n’est pas juste là pour faire joli. C’est sans doute une lapalissade mais c’est toujours utile de le répéter quand les radios sont envahies de variété fadasse (ne comptez pas sur moi pour balancer, vous le savez mieux que moi). Un peu d’électricité sert ici à renforcer le morceau, à l’intensifier (Entre Mes Mains)

Il y a des réussites dans le genre un peu acariâtre (Les Anonymes et son «  La foule arrive et chaque pas attise l’envie de ne pas en être ») et le ton général est un peu narquois, un peu résigné (Dieu seul sait pourquoi je reste/Je suis l’homme des mauvais choix), mais évite tous les écueils du mal de vire affiché avec complaisance. La barre de la chanson superbe avait été placée tellement haut avecParis s’Allume Sous Mes Pas qu’il est difficile d’en trouver un équivalent ici. Ma préférence va tout de même à l’Amnésie, son électricité bien exploitée, sa mélodie plus accrocheuse et sa simplicité qui font mouche.

Toi aussi tu aimes bien la chanson française qui ne renie pas la forme pour le fond et se rit des modes et des succès éphémères ? Alors viens compléter ta collection avec Joseph d’Anvers. Impossible à confondre avec les autres, il trace son chemin seul et c’est ça qu’on aime chez lui.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Marcia Higelin – Prince de Plomb (EP)

    La filiation en chanson française est un mal endémique presque équivalent à celui de la politique belge. Mais ce n’est pas le propos ici. Comme on est infichus de citer un titre de Jacques Higelin (son grand’ père), Arthur H. (son père) ou même Izia (sa tante ?), on est presque vierges à l’entame de ce premier EP de Marcia Higelin. Voyez ça comme un privilège de l’inculture.
    On est accueillis par un lit de cordes mais bien vite on se rend compte que c’est cette voix claire et forte qui est le point (...)

  • Edgär - Secret

    Quand les aspirations de deux membres d’un duo divergent, la séparation est souvent au bout. Mais ce n’est pas une fatalité, cette dualité peut aussi être une force. Dans le cas de Ronan et Antoine, cet entrechoquement est à la fois déroutant et stimulant. Tout comme l’emploi de l’anglais et du français au sein d’un même morceau. Même si musicalement, le ton ne change pas avec la langue, notre perception est différente. Appelez-ça un biais si vous voulez.
    On l’avoue, c’est voir ce lion et ce lapin danser (...)

  • Kloé Lang - Aimez-Moi

    Les albums d’hommage et de reprises ne sont pas rares, ceux qui reprennent deux artistes en parallèle le sont plus. La comédienne, réalisatrice et chanteuse franco-suisse Kloé Lang a ainsi jeté son dévolu sur Barbara et Janis Joplin sur ce qui semble être le volet discographique d’un spectacle qu’elle propose.
    On ne va évidemment commenter le fond des morceaux de Barbara, qui claquent toujours autant quel que soit l’interprète (s’il n’est pas Patrick Bruel ou Gérard Depardieu...). Et elle s’en sort (...)

  • Garz - Barré

    Si pratiquer une musique électronique et employer la langue française n’est pas une combinaison nouvelle, peu poussent autant le curseur vers un son fort que Matthieu Garczynski. Si ce nom nous était jusqu’ici inconnu, il a visiblement déjà une belle expérience. Et c’est d’emblée manifeste. Le morceau qui nous avait donné envie est Ça Va Mieux et il claque vraiment, le côté sarcastique fonctionnant en plein avec cette pêche. On retrouve cet allant sur Vie Irréelle qui nous accueille. C’est de la musique (...)