Accueil > Critiques > 2008

Seagull - Goodbye Weather

vendredi 9 janvier 2009, par marc

La mélancolie des oiseaux


Encore une découverte via Listen2fight.com Les deux groupes de cette dernière battle de 2008 par ToX m’ont bien tapé dans l’oreille, mais c’est le premier des deux protagonistes dont un album complet me tombe sous la main, donc qui bénéficie d’une critique complète en bonne et due forme. Autumn Picture, on en reparlera plus que probablement.

Dust Storm
, le morceau proposé sur le site est d’ailleurs présenté d’emblée, comme ça c’est fait. On est tout de suite en terrain connu finalement, avec un petit je-ne-sais-quoi de réverbération sur le master, ce qui rend le tout un peu évanescent, un rien irréel. Des accords identiques comme une ritournelle, des insertions discrètes de guitare en liberté, et un chant un peu désabusé, voilà ce qu’on entendra jusqu’à la consommation de cet album.

Dans les bons morceaux fonctionnant sur le procédé, il y a surtout Half Sleep et When, même si mon morceau préféré est Joy, son électricité, ses arpèges qui montent, son côté noisy vite tempéré. Du grand moment. Et puis cette phrase répétée « What a joy to be alive » avec une intonation qui semble indiquer tout le contraire.

Il y a de la personnalité là-dedans, et tous ceux qui aiment la mélancolie indie mais pas la sècheresse vont aimer ceci et ces tapis sonores de haute volée toujours plus complexes à mesure qu’on les écoute. Ils peuvent même se lancer dans un exercice plus bruitiste un brin répétitif (Baby) qui peine à se hisser au niveau d’un The Notwist des grands jours.

Entre les deux, des morceaux plus électriques tiennent la route mieux que bien (Dictator). Dans ce contexte, les morceaux les plus marquants sont ceux qui s’animent un peu comme Spear qui était déjà à l’arrêt un des meilleurs. Arrivé le dernier Crow, l’impression d’avoir entendu le morceau en cours de chemin m’a étreint. Ce n’était pas le cas, mais le procédé d’un son lancinant (guitares monocordes, arpège en boucle) et d’une mélodie répétitive perd son côté charmant sur la longueur de l’album. Trop de délicatesse tue sans doute la délicatesse et sept minutes, dans ce contexte, c’est trop long. Mais ce ne sont que détails. De plus, il suffit d’y être disposé pour que ça passe tout seul.

Les plus patriotes seront sans doute tentés de dégainer Girls In Hawaï pour ne pas se sentir perdus. Et, comme chaque fois que les Brabançons me viennent en tête, j’ai préféré ceci. Vous savez ce qui vous reste à faire, surtout que la voix ici est un peu moins « typée » (euphémisme politiquement correct).

Sans doute un peu trop uniformément tristoune pour vraiment m’emballer tout le temps, la musique de Seagull (la riposte ornithologique aussie à Shearwater ?) présente des qualités telles qu’elle ne pourra que plaire aux amateurs de jolies choses un peu mélancoliques. La délicatesse, la finesse devrait dans un monde bien fait leur ouvrir toutes grandes les portes d’un succès d’estime.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

4 Messages

  • Seagull - Goodbye Weather 9 janvier 2009 17:43, par claire

    Oui, écouter Seagull au bon moment, quand on a envie de douceur et de tristesse un peu, c’est plutôt génial.

    Et quelle culture :D je ne savais pas que Shearwater signifiait un oiseau, un puffin, à plus forte raison (très belle illustration du puffin+4 sardines dans le bec sur google)

    repondre message

    • Seagull - Goodbye Weather 11 janvier 2009 18:41, par marc

      D’une façon fortuite, l’ambiance générale de l’album correspond bien à la météo actuelle.

      Pour continuer les trivia, Rook aussi est un oiseau, comme le guillemot. Edith Piaf aussi mais on s’égare...

      repondre message

  • Seagull - Goodbye Weather 11 janvier 2009 21:46, par ToX

    Hello,
    Quelle belle chronique ! ça me fait vraiment plaisir de retrouver Seagull ici ! Et puis la critique est vachement intéressante puisque à défaut de longue bio à propos de ce groupe australien, tu parviens, avec tes connaissances, à faire parler les morceaux. Goodbye Weather, c’est un album que j’aime beaucoup, que j’écoute beaucoup et que je ne me lasse pas d’écouter. J’avais d’ailleurs présenti que le morceau Joy te plairait. Baby, j’aime beaucoup aussi.

    Mise à part Deerhunter, est-ce que tu aurais quelques tuyaux pour les bons concerts de ce début d’année ?

    A bientôt j’espère et puis, une bonne hein.

    repondre message

    • Seagull - Goodbye Weather 13 janvier 2009 13:32, par Marc

      Merci d’avoir déniché ça en tous cas. Comment, d’ailleurs ?

      Pour les concerts, les certitudes c’est Animal Collective (Stuk, 17/01), Of Montreal (Bota, 22/01), Deerhunter (Bota, 16/02), The Notwist (AB, 13/04) et Beirut (Nuits Bota, 06/05). Pour le reste, on verra (Parts and Labour ? Boutik Rock ?).

      A bientôt et bonne année.

      repondre message

  • Ella Ronen – The Girl With No Skin

    Fuck Cute/I’m Tired of Cute/Cute has never served me
    Il ne faut pas se laisser tromper par la délicatesse d’Ella Ronen. Si on est séduit d’emblée par les plaisirs doux qui ne sont pas sans rappeler ceux de Marie Modiano (référence ancienne on en convient...), la jolie voix propose une écriture plus profonde, sans doute parce qu’elle repose sur un substrat qui a son content de drames.
    Une des (...)

  • Tomasso Varisco – These Gloves

    Les amis de nos amis (même récents) deviennent bien vite nos amis. En découvrant Stella Burns il y a peu, on ne savait pas que d’autres artistes se cachaient derrière comme Tommaso Varisco auquel Stella Burns prête ici main forte. Si ceci est moins marqué par l’americana mais c’est évidemment ce genre de terreau qui l’inspire. On est donc invités dans un road trip. Mais pas sur la route 66, ce périple (...)

  • Stella Burns - Long Walks in the Dark

    L’influence culturelle des Etats-Unis est telle que même les plus endémiques de ses expressions sont reprises partout dans le monde. Le cas de l’Americana est assez typique, on en retrouve des partisans tout autour du globe et c’est d’Italie que provient celui-ci, nommé Gianluca Maria Sorace mais officiant sous le nom de Stella Burns.
    Sa voix est belle et claire et reçoit aussi le renfort de Mick (...)

  • Harp - Albion

    Si le nom de Harp n’a jamais été évoqué ici, on connait bien l’instigateur de ce projet qui n’est autre que Tim Smith. Lui qui fut jusqu’au sublime The Courage of Others chanteur de Midlake a en effet quitté le groupe de Denton, Texas depuis belle lurette pour se lancer sur un autre chemin, accompagné de son épouse.
    Cette division cellulaire est un peu semblable à celle de Menomena qui a continué sa (...)

  • Sarah Mary Chadwick - Messages To God

    Dans une ère où toutes les émotions sont passées sous l’éteignoir d’une production qui lisse, il est plaisant de rencontrer des voix (forcément) discordantes comme celle de la Néo-Zélandaise Sarah Mary Chadwick sur son huitième album solo. On se frotte d’emblée à ce ton naturaliste et direct qui n’est pas sans rappeler Frida Hÿvonen. Frontal donc, d’une sincérité qui peut aller jusqu’au malaise. La dernière (...)

  • Anohni and the Jonsons - My Back Was a Bridge for You to Cross

    Une limitation connue de la critique est qu’elle intervient à un temps donné, dans un contexte. Or on sait que les avis ne sont jamais constants dans le temps. Ainsi si I am a Bird Now a beaucoup plu à l’époque, on le tient maintenant comme un des meilleurs albums de tous les temps, tous genres et époques confondus. Cette proximité crée aussi une attente quand que les Jonsons sont de nouveau de la (...)

  • Jungstötter - Air

    Quand on a découvert Jungstötter, c’était presque trop beau pour être vrai. En se situant aux confluents de tant de choses qu’on aimait comme Patrick Wolf ou Soap&Skin (dont il a assuré les premières parties) ou Anohni, il a délivré avec Love Is un de nos albums préférés de ces dernières années. C’était aussi l’occasion de retrouver des collaborateurs talentueux comme P.A. Hülsenbeck qui d’ailleurs est (...)

  • Lana Del Rey - Did You Know That There’s a Tunnel Under Ocean Blvd (...)

    Généreuse dans l’effort, Lana Del Rey l’est certainement, et il faut l’être pour livrer aussi régulièrement des albums aussi consistants. Surtout s’ils sont entrecoupés de recueils de poésie. Maintenant, on peut s’affranchir d’un rappel des faits précédents. On remontera juste jusqu’au formidable Noman Fucking Rockwell ! pour signaler qu’il y a eu deux albums jumeaux en 2021 qui l’ont vu à la fois revenir à (...)