Accueil > Critiques > 2009

Grand Duchy - Petits Fours

vendredi 27 février 2009, par Paulo

Réception chez les Thompson


Grand Duchy... Petits Fours, c’est français ou Luxembourgeois ? Un duo d’après la pochette... Beaucoup de duos en France, écoutons... Mouais pas mal, mais je connais cette voix... Je la connais même très bien, c’est pas français du tout.

Oui Charles Thompson aka Francis/Frank Black n’est jamais à court de surprises. Si c’est bien à lui qu’appartient cette magnifique nuque sur la pochette, c’est aussi à lui qu’appartient la dame à ses côtés (mille excuses auprès des collectifs féministes, il s’agit plus d’une formule de style qu’une pensée de fond) vu qu’il s’agit d’une certaine Violet Clark qui, après renseignement pris, s’avère être sa femme.

Là évidemment je pourrais éventuellement vous parler de Frank black et de son rapport au féminin, mais par soucis d’éviter les lieux communs de la critique musical, je ne reviendrai pas sur la relation pixiesienne Black/Deal, car ça n’a pas spécialement d’intérêt dans le cas présent. Cela ne dit rien sur la qualité intrinsèque du présent LP. Ce que l’on veut éventuellement savoir c’est si c’est du bon Frank black ou du mauvais Pixies ou l’inverse ou pas du tout.

Soit.. cet album, c’est aussi à l’évidence le souhait apparent de Frank Black de quitter l’avant-plan (ou de tourner le dos) et de lancer un projet de groupe, de faire bénéficier de son expérience sans en supporter tout le poids du leader. Et c’est vrai que l’on a un sentiment au final d’une musique décomplexée, allant vers de nouveaux horizons.

Frank Black, c’est aussi un bosseur, on l’a vu en 2007/2008 avec son projet "Black Francis - Bluefinger" qui n’était pas mauvais du tout, dans lequel d’ailleurs Violet Clark faisait apparemment les choeurs. Et tout cela faisant suite à un come-back des Pixies. Plutôt productif. D’autres icônes des 80s se font bien plus rares que Francis Black...

Je me suis souvent demandé comment les paroliers trouvaient leurs lyriques. Et si j’avais dû faire cet exercice, sans doute me serais-je approché de la méthode Frank Black. L’aspect culturel apparait important pour lui, ainsi j’ai appris plein de choses avec lui grâce à ses chansons - le theme de Perry Masson (Trompe Le Monde) - David Vincent architecte (Teenager Of The Year), Ray Bradbury (The Cult Of Ray), Herman Brood (Bluefinger)... Petits Fours ne m’a pas encore appris beaucoup à part ce côté francophile et cet intérêt pour le grand duché.

Le premier morceau commence de manière étrange, comme de la minimal, ça me rappelle le LP de Chloée, tout en finesse. Ca ne dure pas longtemps, Frank ramène sa gratte et c’est tout de suite barré, avec la pointe de kitsch qu’on lui connait.
Plusieurs plages bénéficient de ces variantes, d’intro plus synthétiques.
C’est étrange, et ça donne un potentiel différent à Frank Black, on se dit qu’il pourrait aller plus loin dans cette démarche et abandonner la gratte le temps de quelques morceaux, ou simplement la mettre en retrait.
Pareil tentative avait déjà eu lieu sur l’album de reprise de titres des pixies avec Frank Black lui-même au chant sur une musique teintée de cuivre et d’électronique. Si ça n’avait pas le dynamisme de pures remixes, ça avait l’intérêt d’une démarche expérimentale intéressante.

Et auparavant même, Teenager Of The Year, à mon avis son meilleur album solo, était un tournant en ce qu’il présentait un punkrock plus orchestré et multiple avec l’influence Eric Drew Feldmann à ses côtés. Et dans ce présent LP, des titres comme Seeing Stars ou Emersinde illustrent pareil changement.

Le titre Lovesick rappelle les débuts solos de "Frank Black" encore dans un état d’esprit Pixies, mais c’est Violet au chant, ça apporte plus de légèreté et on se frotte à des bons morceaux de l’époque du rock comme Veruca Salt.

Fort Wayne est leur premier titre enregistré ensemble d’une manière un peu occasionnelle un après-midi au studio. C’est plein de légèreté, un titre différent de ce que Frank Black nous avait habitué ces derniers temps. De plus, au-delà du titre de l’album, ils nous prouvent leur penchant francophile.

Seeing Stars est plus particulier pour moi, car cela me fait penser au regretté groupe Mono, parmi les disparus du TripHop ; à la fois pour l’ambiance similaire à l’album Formica Blues mais aussi pour la tessiture de la voix de sa chanteuse Siobhan De Maré.

Ermesinde est un titre qui attire par son intro, de suite on sent le bon titre. Au final, on a une sorte de fusion entre electro guitare et des lyrics 60s, ceux des grands titres de la musique américaine.

Le final, Volcano ! est un peu un pendant à Lovesick dans un rock plus féminin.

5 titres sur 9 laissent des traces, un petit merci pour le souvenir Mono et puis bon comme je ne suis pas dans une période "burn your idols" je vais être gentil avec l’auteur d’un de mes albums les plus écoutés, un classique 3 étoiles svp, mais je m’en vais mettre un 4 à Elysian fields alors...

http://www.myspace.com/grandduchymusic

    Article Ecrit par Paulo

Répondre à cet article

1 Message

  • Grand Duchy - Petits Fours 20 mai 2009 21:16

    Bizarre comme tout le monde compare toujours aux Pixies (mais est-ce vraiment bizarre, après tout ?), à la limite certains titres de "trompe le monde", mais pour le reste ça me fait surtout penser à The Cure.
    Je trouve l’album plutôt bon. De tous les titres, c’est "Seing Stars" qui me surprend le plus. Pour d’étranges raisons, j’aurais imaginé Frank Black écrire ou co-écrire un titre comme ça. Et c’est un type qui a écouté toutes les expérimentations (punk, rock, pop enlevée et légère, pop complexe, expérimentations au clavier, rock brut sans intérêts, rock macho à l’américaine, country music, blues au piano, punk cru et rentre-dedans...) de M. Thompson qui vous parle. C’est sans doute ma préférée. Dans l’ensemble, bon album, et j’aimerais bien qu’ils continuent dans cette voie. Finalement, ce qui manquait tant à M. Black depuis toutes ces années, c’est juste une voix féminine à ses côtés, lol.

    repondre message

  • Izzy and The Black Trees - Come On Test The System (EP)

    Notre groupe polonais préféré est de retour et il n’a rien perdu de ses qualités. Pourquoi on apprécie tant ce groupe dans un genre (le rock à guitares) qu’on écoute finalement peu ? Sans doute la propension à exploser quand il faut et rentrer les griffes pour un effet maximal.
    Et puis surtout il y a la présence vocale d’Izabela "Izzy" Rekowska, et puis cette flexibilité qui va de l’indispensable (...)

  • CxK - Castèls dins la luna

    Si le rock en français apparaît déjà comme incongru à certains, il y a des formations qui poussent encore plus loin le curseur, s’exprimant dans des idiomes régionaux. Après le gallois de Gwenno ou le basque d’Orbel, voici l’occitan de CxK. Partant du principe que seule une infime minorité du public potentiel sera à même de comprendre le propos, on va s’attarder sur la musique.
    Et cet aspect-là est une (...)

  • Pamplemousse – Think of It

    Quoi de plus trompeur qu’un nom de groupe et une provenance ? Pamplemousse est un duo qui vient de la réunion mais ce que vous entendez sur ce second album n’est pas très ensoleillé. Par contre, le label A Tant Rêver du Roi a plus de références dans le son râpeux et/ou aventureux (La Jungle, Kitch, Dewaere, Cosse, Coddiwomple, Pyjamarama...) et c’est par ce biais-là qu’on peut faire la connaissance du (...)

  • Izzy and The Black Trees - Revolution Comes in Waves

    Si la Pologne ne nous évoquait pas nécessairement de frissons musicaux, la découverte d’Izzy and The Black Trees avait changé la donne. On avait en effet décelé sur le premier album le haut patronage de Patti Smith ou PJ Harvey et on avait tout de suite apprécié. Ce second album ne fait que confirmer les belles dispositions, avec un virage vers une tension post-punk qui ne pourra pas déplaire, au (...)

  • They Call Me Rico - Wheel of Love

    Le substrat musical sur lequel a poussé ce cinquième album de They Call Me Rico, projet de Frédéric Pellerin du groupe Madcaps, c’est l’americana et le blues. Et on le sent, souvent. Certains morceaux en sont encore baignés (This Old Dog, Don’t Let You Go Down). Wheel of Love est plus proche de ce canon rock et dans l’ensemble, c’est un fort plaisant rappel de la base de tout ceci.
    Mais si on a retenu (...)

  • Iggy Pop – Every Loser

    Le fun perçu est une des mesures les plus pertinentes pur évaluer un album d’Iggy Pop. Si on l’a croisé récemment aux côtés de Catherine Graindorge, il revient avec un Every Loser qui convoque logiquement une belle pelletée de connaissances du rock ‘n roll (Duff McKagan de Guns ‘n Roses, Stone Gossard de Pearl Jam, Dave Navaro et Eric Avery de Jane’s Addiction’s, Chad Smith des Red Hot Chili Peppers et (...)

  • The Poison Arrows - War Regards

    Un lapsus peut vous propulser dans l’actualité. Un émail signé War Regards à la place du Warm Regards donne à cet album du groupe de Chicago un air de prémonition inévitable.
    Il est étrange de pénétrer l’univers d’un groupe à travers des remixes. Ceux-ci ayant plu, il semblait logique de reprendre le fil de leur discographie. On découvre en tout cas une musique dénuée de l’électronique des remixes, au (...)

  • Foo fighters - Wasting Light

    Sortie du désert.
    Bien que n’ayant pas écouté un album entier des Foo Fighters depuis quelques années, je dois bien avouer avoir une certaine sympathie pour Dave Grohl. Ce mec est cool, point barre. De clips décalés en prestations explosives, en passant par des interviews dans lesquelles le côté relax du bonhomme transpire, Dave s’est construit un des plus gros capital sympathie du monde du rock. Et (...)

  • HEALTH - RAT WARS

    Même après des années passées à autre chose (des musiques de film, des versions disco), la puissance de feu d’HEALTH a laissé une trace manifeste. Mais il a fallu un rabatteur de qualité pour qu’on ne passe pas à côté de cet album. Le souvenir bien qu’ancien était toujours cuisant et on retrouve le trio avec un plaisir certain.
    Ils ont collaboré avec Nine Inch Nails ou Xiu Xiu et ces cousinages semblent (...)

  • Beirut – Hadsel

    Bien honnêtement, quand on a découvert Beirut en 2006, on ne se doutait pas qu’on allait suivre le jeune Zach Condon pendant plus de 17 ans. Cette musique fortement influencée par les fanfares balkaniques a suscité d’emblée l’intérêt mais le procédé semblait trop étriqué pour s’inscrire dans la longueur. On avait tort, forcément, et ceci en est un nouveau rappel.
    En première écoute, ce Hadsel est plutôt en (...)

  • Animal Collective – Isn’t It Now ?

    A une époque où la modernité n’est plus une vertu cardinale, il peut être étonnant de retrouver cette conjonction de talents (Avey Tare, Panda Bear, Deakin et Geologist) aussi en forme après près d’un quart de siècle d’existence. Avec Time Skiffs, on pouvait clairement parler d’une nouvelle période pour le groupe, un revirement vers plus de musique ‘figurative’ par opposition aux brillants collages (...)

  • Caleb Nichols - Let’s Look Back

    L’artiste qui aura fait le plus parler de lui en 16 mois est un prix qui ne rapporte rien sinon des critiques multiples et sans doute un peu de confusion de la part d’un lectorat débordé. Bref, après avoir pris congé de Soft People, l’actif Caleb nous a donné un album un opéra rock Beatles queer puis deux EP qui mélangeaient chansons et poèmes autour du personnage semi-autobiographique de Chantal. Sa (...)