Accueil > Musique > Concerts > Dépôt 214 Labelnight, AB Club, 12/03/2009

Dépôt 214 Labelnight, AB Club, 12/03/2009

samedi 14 mars 2009, par Marc

Le bilan du dépôt


L’année des concerts a commencé assez calmement. Mais rassurez-vous, le mois de mai sera dantesque. Plein de mots et d’images à prévoir.

Le label Dépôt 214 faisait sa fête ce jeudi soir. Hébergeant des talents émergents, c’est par le biais de mes potes de Cecilia::Eyes que j’en ai connu l’existence. Les Hennuyers étaient d’ailleurs bien présents. Mais reprenons les choses dans l’ordre.

Un des désagréments de la vraie vie et des concerts pendant la semaine, c’est que la course qui précède le spectacle fait rater des moments de musique. J’ai donc manqué le début de Nox et c’est sans doute dommage parce que ce que j’en ai vu m’a plu. Un violon, une batterie, une basse ou un violoncelle, c’est tout ce dont le groupe a besoin pour installer des ambiances intimes et très empreintes de musicalité. C’est délicat sans être précieux et impeccablement exécuté. De quoi assurer un démarrage en douceur. Leur album sortait à l’occasion et il n’est pas impossible qu’on en reparle.

Evidemment, quand on voit un groupe pour la cinquième fois, la surprise est souvent éventée. Ce ne sera pas complètement le cas avec Cecilia::Eyes. Parce que si le concert commence par des extraits de leur toujours recommandé Mountaintops Are Sometimes Closer To The Moon, la seconde partie sera constitués d’inédits. Et la bonne surprise, c’est que ça élargit leur spectre. Par exemple, un cinquième membre est venu les renforcer. On retrouve donc un morceau commencé au piano qu’on avait déjà entendu au VK, mais aussi des passages très spectaculaires musicalement. Tournant un peu le dos à une structure qui repose sur des arpèges (désolé de revenir avec cette référence) comme certains Explosions In The Sky, ils évoluent vers une recherche plus approfondie sur les textures de guitare mêlée à une batterie toujours aussi heureusement présente. Et j’ai eu la même impression d’expérience sonore que lors de mon premier concert de Joy Wants Eternity. On ne sait pas encore ce que ça pourra donner sur disque, mais dans de très bonnes conditions (le très bon son du Club poussé pas trop fort), c’est un moment qui marque.

Autant le dire tout de suite, My Tv Is Dead, ça ne m’a pas trop plu. Ou plus précisément, j’ai eu une impression d’un goût de trop peu. Il y a de bien bonnes choses. Un trio bien en place, un aspect visuel soigné (projections), un chanteur qui assure le boulot, mais aussi une sensation de trop peu d’audace, et l’aspect lisse déforce le propos. De plus, un bassiste - batteur impose de recourir à des ersatz de batterie ou de basse. Ce n’est pas un problème en soi, certains s’en tirant même très bien, mais encore une fois, ça rend le son bien lisse. Et puis il y a Strange Fruit. Ce n’est pas la qualité de la chanson qui est en cause, mais l’inadéquation entre cette version happy-poppy et des paroles terrifiantes qui font tout simplement partie du patrimoine de l’humanité. Les métaphores d’un cadavre pendu ne doivent pas subir ça. On va dire que c’est un choix fait trop à la légère. Comme l’application de la croyance qu’il suffit d’un bon beat pour faire un morceau electro-rock (trop de groupes le pensent, hélas...). En somme, il y a sans doute un bon potentiel et un enthousiasme réjouissant, mais la peur de déplaire les bloque, les rend plus quelconques qu’ils ne devraient être.

Je comptais sur cette soirée pour voir où Cecila::Eyes en est et découvrir deux groupes. On peut dire que cette mission est accomplie.

Un supplément d’images pour les plus motivés : http://picasaweb.google.be/marc.mineur/Depot214LabelnightABClub12032009#

[Nox]

[Cecilia::Eyes]

[Cecilia::Eyes]

[Cecilia::Eyes]

[My Tv Is Dead]

Pour prolonger le plaisir :
http://www.myspace.com/ceciliaeyes
http://www.myspace.com/mytvisdead
http://www.myspace.com/noxtrio

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

1 Message

  • Okkervil River + Jawhar, PIAS, 29/03/2018

    Ca faisait un peu de temps qu’on n’avait plus parlé de concerts ici. D’autant plus que le temps avait manqué pour relater les deux derniers déplacements. L’endroit du soir est nouveau puisqu’on découvre le siège de PIAS, qui abrite aussi un très bel assortiment de vinyles et une salle de concert intime et accueillante.
    Le programme était pour nous un ’double bill’, ce genre de proposition qui associe deux artistes qui nous sont chers. Ajoutez à ça l’autorisation de prendre des images et quelques amis et (...)

  • Albin de la Simone, Nuits botanique, 11/05/2017

    Le plaisir de la découverte fait évidemment partie de ce qu’on aime en concert mais on ne boudera jamais une valeur sûre. Jamais on n’a été déçus par Albin de la Simone et il va garder son brevet d’invincibilité.
    Ce jeudi lance donc les Nuits Botanique et comme tous les ans, une belle programmation, une bonne ambiance et sans doute une météo mitigée.
    Cette bonne ambiance nous a fait rater le début de la prestation de Mathias Bressant . On ne peut pas dire que les regrets sont immenses. Sa prestation (...)

  • The Dears, Plants and Animals, Botanique, 21/02/2017

    D’habitude, les compte-rendus de concert sont écrits avant que les photos ne soient disponibles. Cette fois-ci pourtant, il n’y en aura pas. Pour la première fois en dix ans et après une centaine de concerts (à vue de nez), mon ami l’appareil photo n’a pas été autorisé à entrer avec moi...
    Mais bon, on était là pour écouter de la musique surtout et on n’a pas été déçus de ce côté-là. L’affiche du jour était en fait double, et d’une certaine cohérence. Plants and Animals et The Dears partagent certes la même (...)

  • Jeanne Cherhal, Théâtre 140, 20/01/2017

    Il est bon de temps en temps de revoir en concert ceux qui nous enchantent sur disque. Et le dernier Jeanne Cherhal avait confirmé ses bonnes dispositions. Sa très longue tournée maintenant clôturée passant par notre capitale, il était plus que tentant de reprendre contact avec le Théâtre 140.
    La formule piano-voix ne permet pas d’approximations, et quand le talent le permet, c’est souvent un grand moment que peuvent nous offrir Frida Hyvonen, Moonface, Alina Orlova, Soap&Skin ou Pierre (...)