Accueil > Critiques > 2009

Alela Diane - To Be Still

dimanche 12 avril 2009, par Seb (un autre)

Au coin du feu


J’ai découvert Alela Diane un peu par hasard par une petite pub sur le coin d’une page d’un rock&folk il y a à peine un an. Il était bien sûr marqué un message du style : ’’la nouvelle folkeuse américaine blablabla’’. Je me suis donc procuré son premier album (The Pirate Gospel sorti en 2006) et je suis tombé directement sous le charme de ces compositions ultra simples, mais très mélodieuses et une voix magnifique d’écorchée vive sortie tout droit du bayou, une sorte de Bonnie ’’Prince’’ Billy en jupette. Je n’avais plus été ému comme cela par des morceaux guitare-voix depuis le ’’O’’ de Damien Rice.

Alela Diane Menig est née en 1983 à Nevada City en Californie, elle a grandi dans une famille ou la musique prend une place à part entière (elle est d’ailleurs accompagnée par son père en concert). Malgré le succès très honorable de son premier album pour ce style de musique qui vend malheureusement très peu, c’est un peu dans l’anonymat que sort son deuxieme album ’’To be still’’.

On sent que Alela a pris de la bouteille et se permet d’ouvrir l’album avec ’’Dry grass & shadows’’ un vieux blues à la guitare steel qui met directement dans l’ambiance, on n’est pas la pour rigoler, c’est du sérieux. Sur le morceau choisi comme single ’’White as diamonds’’ Alela épaissit un peu ses compositions avec du violon et une batterie plus en avant, mais sans jamais porter préjudice à sa voix absolument magnifique qui fout des frissons tellement elle est maîtrisée. ’’Age old blue’’ marque également un pas en avant avec duo malheureusement pas toujours évident étant donné que la voix du mec est....heu...moche.

Sur la plage titulaire Alela revient à son style de prédilection, des arpèges jouer au doigt (en fingerpicking pour les amoureux de la guitare) et sa voix qu’elle maitrise mieux que sa guitare si vous voulez mon avis. La seule chose que je pourrais reprocher à cette album est probablement son manque de diversité mais c’est le style qui veut cela sans doute.

Alela parvient a m’émouvoir presque jusqu’aux larmes (si si j’avoue) avec le dernier morceaux ’’lady divine’’ ce qui était déjà le cas sur son précédent album avec ’’oh ! My Mama’’ (j’insiste encore pour ceux qui ont raté le coche, procurez vous son premier disque). La fin d’une chanson comme cela donne une seule envie, c’est pousser sur repeat.

Alela est la nouvelle grande demoiselle du folk américain et espérons qu’elle aura un jour le succès qu’elle mérite, mais dans un pays dominé par le rnb mielleux et le hip-hop de caillera comme disent les djeuns c’est pas gagné.

Une petite vidéo pour illustrer.


Répondre à cet article

1 Message

  • Dan San - Suite

    On se doutait bien à l’écoute de l’excellent Grand Salon que l’évolution de Dan San n’était pas temporaire. En clair, ils ont un plan. Rappelons que pour les autres envies, les membres font aussi partie de formations comme The Feather, Pale Grey ou Condore. Donc, quand ils reviennent au camp de base, c’est pour se donner les moyens de converger ensemble vers un style identifiable. La mise en son est (...)

  • Ella Ronen – The Girl With No Skin

    Fuck Cute/I’m Tired of Cute/Cute has never served me
    Il ne faut pas se laisser tromper par la délicatesse d’Ella Ronen. Si on est séduit d’emblée par les plaisirs doux qui ne sont pas sans rappeler ceux de Marie Modiano (référence ancienne on en convient...), la jolie voix propose une écriture plus profonde, sans doute parce qu’elle repose sur un substrat qui a son content de drames.
    Une des (...)

  • Tomasso Varisco – These Gloves

    Les amis de nos amis (même récents) deviennent bien vite nos amis. En découvrant Stella Burns il y a peu, on ne savait pas que d’autres artistes se cachaient derrière comme Tommaso Varisco auquel Stella Burns prête ici main forte. Si ceci est moins marqué par l’americana mais c’est évidemment ce genre de terreau qui l’inspire. On est donc invités dans un road trip. Mais pas sur la route 66, ce périple (...)

  • Stella Burns - Long Walks in the Dark

    L’influence culturelle des Etats-Unis est telle que même les plus endémiques de ses expressions sont reprises partout dans le monde. Le cas de l’Americana est assez typique, on en retrouve des partisans tout autour du globe et c’est d’Italie que provient celui-ci, nommé Gianluca Maria Sorace mais officiant sous le nom de Stella Burns.
    Sa voix est belle et claire et reçoit aussi le renfort de Mick (...)