Accueil > Musique > Concerts > Beirut, Cirque Royal, 06/05/2009

Beirut, Cirque Royal, 06/05/2009

jeudi 7 mai 2009, par Marc

Nuits Bota, nous voilà !


Il y a peu, en critiquant le dernier EP de Beirut, je me suis rendu compte que je n’étais pas fan de ce groupe. Il m’intéresse vraiment, a une véritable personnalité, mais ne me fait pas relever la nuit. C’est fort de cette certitude que j’ai pu appréhender sereinement la performance de la bande à Condon hier soir. Les places vendues en trois jours il y a trois mois et demi ne laissent pas de doute là-dessus, Beirut devient un groupe populaire, ce que leurs nombreux passages à la radio du nord du pays laissait déjà présager.

Le premier concert de ces fort prometteuses Nuits Botanique avait donc lieu au Cirque Royal, endroit qui convenait parfaitement aux hôtes d’un soir. La première partie était assurée par Mina Tindle . La Française a une jolie voix, des orchestrations délicates, mais un goût de trop peu pour un effectif de cinq musiciens. Sans doute la tête n’est-elle pas encore à ça et il faudra vérifier à tête reposée, mais je n’ai pas un souvenir impérissable de ce set.

J’avais déjà vu Beirut en concert, un soir où Zach Condon, le jeune et talentueux leader était un peu malade. Après quelques secondes, on est rassurés, voire impressionnés. Car le vibrato du chanteur est ce qui donne la touche vraiment humaine et personnelle à cette musique. Qui par ailleurs ne ressemble à aucune autre. Des fanfares de type balkanique, elle reprend plus la mélancolie que l’hystérie. De l’indie à tendance americana, elle a l’écriture sensible. Le tout est vraiment personnel, et cette sensation est prégnante sur scène. Le concert, disons-le tout de suite, est bon. Pas de temps mort et une discographie qui ne s’essouffle jamais. Ce qui serait d’ailleurs un peu triste vu la brièveté du concert (une heure ? Je n’ai pas mesuré). Le bémol pour moi, c’est le manque de puissance. Pas du son, toujours impeccable au Cirque, mais quand un Calexico est vraiment incandescent, ils restent plus timorés. Ce qui est dommage parce que des morceaux comme le génial Postcards From Italy ou le très populaire Nantes (public hurlant) sont vraiment marquants.

Pour les faits originaux, il faudra dire que Zach est un francophile ne parlant pas français, ce qui rend sa reprise de la Javanaise un peu anecdotique (il y a ça et là des versions du Moribond de Brel si vous êtes curieux) et que lors des rappels, il invite une partie du public à faire la fête avec lui sur scène. Mais à l’ère myspace, faire la fête signifie surtout profiter de l’occasion pour se prendre en photo mutuellement sur scène. A ce propos, les appareils étaient non désirés dans la salle (ce qui explique le caractère chiche de l’illustration) mais le trompettiste est intervenu de façon sympa pour empêcher la sécurité de confisquer les objets du délit. Sans doute un petit décalage entre l’organisation (concert Live Nation, grr) et la simplicité du groupe.

Proposant un mélange unique et fédérateur, Beirut mérite son succès grandissant (ils étaient surpris par la taille de la salle) et propose en concert une relecture vivante de son répertoire. Pas encore au niveau d’émotion de ses coreligionnaires dans l’exercice (Calexico, Fleet Foxes), leur simplicité touche quand même. Les Nuits Botanique sont maintenant lancées, restez à l’écoute, on revient vers vous bientôt.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

4 Messages

  • Beirut, Cirque Royal, 06/05/2009 7 mai 2009 19:42, par ToX

    Le premier concert de ces fort prometteuses Nuits Botanique ...

    Marc, est-ce que tu as été payé par le Bota pour dire ça ? Ou alors tu trouves vraiment cette édition des Nuits Botanique prometteuse ?
    En tout cas, tu es une des premières personnes (dont l’univers musical dépasse Charlie Winston) que j’entends dire ça et j’en suis assez surpris... Personnellement, je n’y trouve rien de vraiment très intéressant... Le concept multi-salle, multi-cher et multi-plus-chiant est utilisé par deux fois et mise à part deux ou trois soirées, je trouve la programmation de cette année largement en deçà des années précédentes... Enfin, juste un avis perso.

    Pour Beirut, mouais, après avoir lu ton compte rendu et celui du Soir, je me dis quand meme que de rester moins d’une heure en ayant 3 albums à son actif, c’est quand meme bof bof... surtout si l’intensité de cette heure n’est pas exceptionnelle. Je ne regrette pas de ne plus être retourné le voir... il m’aurait sans doute encore une fois déçu le petit Zach...

    Dis donc, j’ai l’impression que je suis un peu ronchon ce soir... :D

    Bonne Nuits, on devrait bientôt s’y croiser ;)

    repondre message

    • Beirut, Cirque Royal, 06/05/2009 8 mai 2009 18:56, par Marc

      Bah, disons que quand je vais voir Metric, Art Brut, Get Well Soon, Andrew Bird, Karin Clercq, Coeur de Pirate ou Soap & Skin je suis content. Mais bon, tout celà est subjectif et il faut garder une part de candeur pour rester motivé. Pour les festivals, c’est un peu pareil, 3/4 de ce que j’ai envie de voir aux Ardentes, Dour ou Pukkelpop, je l’ai déjà vu, voire plusieurs fois.

      Et puis les Nuits Bota, c’est l’occasion de faire la fête, de boire un petit verre sur un coucher de soleil au Botanique. Donc voilà, c’est prometteur. Je ne vais pas découvrir 10 groupes essentiels que j’ignore encore, mais ça, je ne le ferai sans doute plus jamais.

      A demain !

      repondre message

  • Beirut, Cirque Royal, 06/05/2009 9 mai 2009 16:26, par Claire

    J’ai beaucoup aimé ce concert. L’ambiance, la chaleur, la cohésion dans le groupe. Mais il y a un mais. Et tu le soulèves... Le manque de puissance. Du genre l’explosion de Postcards From Italy, je l’ai pas ressentie. Et ça c’est moche.

    repondre message

    • Beirut, Cirque Royal, 06/05/2009 11 mai 2009 17:08, par ToX

      Je pense que malheureusement, il y aura toujours des "MAIS" avec Beirut. Je pense que c’est dans la nature de Zach, il fait de très bons albums (parfois) et après, soit il a du mal à gérer, soit il ne se donne pas à fond... Je pense que ça fait parti du personnage. (Et une fois qu’il aura déçu la plupart des gens qui vont le voir en live, il n’y aura plus personne...)

      repondre message

  • Okkervil River + Jawhar, PIAS, 29/03/2018

    Ca faisait un peu de temps qu’on n’avait plus parlé de concerts ici. D’autant plus que le temps avait manqué pour relater les deux derniers déplacements. L’endroit du soir est nouveau puisqu’on découvre le siège de PIAS, qui abrite aussi un très bel assortiment de vinyles et une salle de concert intime et accueillante.
    Le programme était pour nous un ’double bill’, ce genre de proposition qui associe deux artistes qui nous sont chers. Ajoutez à ça l’autorisation de prendre des images et quelques amis et (...)

  • Albin de la Simone, Nuits botanique, 11/05/2017

    Le plaisir de la découverte fait évidemment partie de ce qu’on aime en concert mais on ne boudera jamais une valeur sûre. Jamais on n’a été déçus par Albin de la Simone et il va garder son brevet d’invincibilité.
    Ce jeudi lance donc les Nuits Botanique et comme tous les ans, une belle programmation, une bonne ambiance et sans doute une météo mitigée.
    Cette bonne ambiance nous a fait rater le début de la prestation de Mathias Bressant . On ne peut pas dire que les regrets sont immenses. Sa prestation (...)

  • The Dears, Plants and Animals, Botanique, 21/02/2017

    D’habitude, les compte-rendus de concert sont écrits avant que les photos ne soient disponibles. Cette fois-ci pourtant, il n’y en aura pas. Pour la première fois en dix ans et après une centaine de concerts (à vue de nez), mon ami l’appareil photo n’a pas été autorisé à entrer avec moi...
    Mais bon, on était là pour écouter de la musique surtout et on n’a pas été déçus de ce côté-là. L’affiche du jour était en fait double, et d’une certaine cohérence. Plants and Animals et The Dears partagent certes la même (...)

  • Jeanne Cherhal, Théâtre 140, 20/01/2017

    Il est bon de temps en temps de revoir en concert ceux qui nous enchantent sur disque. Et le dernier Jeanne Cherhal avait confirmé ses bonnes dispositions. Sa très longue tournée maintenant clôturée passant par notre capitale, il était plus que tentant de reprendre contact avec le Théâtre 140.
    La formule piano-voix ne permet pas d’approximations, et quand le talent le permet, c’est souvent un grand moment que peuvent nous offrir Frida Hyvonen, Moonface, Alina Orlova, Soap&Skin ou Pierre (...)