Accueil > Musique > 2009 > Metric - Fantasies

Metric - Fantasies

vendredi 3 juillet 2009, par Fred

Equilibre trouvé


Metric, vous devez commencer à les connaître si vous nous suivez régulièrement. Ces Canadiens avaient piqué notre intérêt avec le single Dead Disco sur le premier album Old world underground....
A leur pédigrée, sont venus s’ajouter des collaborations au collectif Broken Social Scene et ainsi qu’aux albums de Stars et un album solo.
Connaissant les surprises sorties du vivier alternatif canadien, vous comprendrez qu’on conserve une oreille attentive à tout ce qui touche à Emily Haines.
Les voici avec un troisième albums quelques 3 ans après Live it Out.

Troisième album, album de la consécration ? C’est bien ce qu’on a envie de proclamer tant l’évolution est grande. Les deux albums précédents avaient un goût d’inachevé car ils n’y avaient pas transformer leurs bonnes idées en chansons mémorables
Cette évolution si radicale ne se situe pas au niveau du style qui reste bien celui du dance rock avec des influences new wave, mais bien dans le fait qu’ils évitent ici les écueils des deux précédents opus et atteignent une balance remarquable : entre la pop, le rock et l’electro ; la sensibilité d’Emily, les lignes précises de guitares de Shaw et la section rythmique musclée ; la puissance production et la délicatesse des compositions.

Metric tout en assumant pleinement son côtés pop, délivre ainsi du rock tout en utilisant sans abuser de l’electro, d’un véritable mur du son et d’une production aux petits oignions et réussit l’exercice sur lequel Maxïmo Park et Yeah Yeah Yeahs se sont cassé les dents cette année en laissant s’imposer la production.
Sur Fantasies, quand elle se fait le plus présente, c’est à chaque fois pour servir la musique, tout en gardant la touche ’Metric’ : cette sensibilité dans la voix Haines et les accompagnements psychédéliques, planants voire kitchs.

L’intro de Help I’m Alive, qui a elle seule vaut le détour, en est un bon exemple. Cette intro assoit la tension du morceau. C’est direct, quasi industriel. Arrive ensuite une montée en puissance sur les couplets et une alternance de gros son/ son plus propre sur le refrain. L’album est lancé dans une bonne direction.

Satellite Mind dans son style rock direct est aussi bien aidé par la production. Metric a les moyens de leur ambitions !
Le mix de guitare accompagnement/ lead evoquera entre autre les Foo fighter.
Twilight Galaxy, même si mes premières impressions n’étaient pas très positives, semble m’avoir convaincu par son interprétation et ses paroles. Elle n’en reste pas moins plus posée que la moyenne et plus en retrait. Elle offre une aire de repos intéressant à mi-album, avant de remettre les gaz sur Gold Guns Girls, chansons élevée au Banania, enclenchée directement tous les voyants dans le rouge.
Ce qui frappe, c’est l’énergie qui passe dans cet album, parfiat pour mes matins difficile.
Gimme Simpathy présente l’extrémité la plus pop de cet album. C’est bien fait mais on reste un peu partagé entre un sentiment de ’too much’ et une sorte de plaisir coupable, entretenu par des paroles sympas.

Collect Call, complètement planant, est composé de belles phases en alternance, claires, nettes traversée par un beau souffle lyrique.

Même dans la second partie de l’album réputée difficile et par expérience plus sujette au remplissage, on est encore surpris : Blindness, qui commence bien calmement , avant d’évoluer dans un style à la Karen ’O.
C’est d’ailleurs dans cette seconde partie qu’on trouvera également la palette sonore plus noisy de Front Row ainsi que Stadium Love, cette dernière perle cloturant l’album.
Le son énorme, saturant et brutal de cet hymne nous amène dans un registre electro-punk-pop / electroclash, qu’on ne leur connaissait pas. Ça frappe très fort et ça donne envie de les voir en concert... dans un stade.

Les paroles quant à elles sont directes, précises et restent à l’esprit, comme celle de Help I’m Alive, Gimme Simpathy, Stadium Love et de Satellite Mind, par exemple.

On découvre ici une maturité, une fluidité et un équilibre qu’on n’avaient pas vu arriver. Ajoutés à l’énergie de Metric, ils forment un mélange d’étonnant.
Metric se porte donc au mieux de sa forme. Ils pourraient connaître un véritable succès, ce qui semble déjà être le cas avec leur premier single en forte rotation sur PureFm.
Rendez vous donc au Pukkelpop pour vérifier ça en live.

Article Ecrit par Fred

Répondre à cet article

  • Florent Brack - Faces

    On l’avoue, on reçoit beaucoup de musique et vu la relative étroitesse des styles défendus ici, le tri est souvent vite fait. Et puis quand on écoute certains artistes à la marge de nos goûts, il se peut qu’on soit intrigués et que le contact se fasse. C’est ce qui s’est fait avec Florent Brack et le son d’Unstoppable qui claque. Une relative déconnexion de la vraie vie m’a tenu à l’écart des dernières saisons de The Voice Belgique que Florent a visiblement remporté en 2015. Ne pas savoir ce genre de choses (...)

  • Part-Time Friends - Weddings and Funerals

    Non, ce n’est jamais la qualité moyenne d’un album pop qui frappe (sauf si elle est exceptionnellement élevée), on revient toujours sur un album pour les morceaux qui nous ont marqués, surtout en matière de musique pop. Même Si fait partie de ces morceaux immédiatement sympathiques, catchy en diable et confirme aussi une tendance très actuelle de mêler titres en français et en anglais, comme s’il fallait pratiquer la langue de Tatcher pour maintenir le cap pop. S’ils revendiquent que leurs influences (...)

  • Isaac Delusion - Uplifters

    C’est la basse qui tient l’avant-scène de Fancy, qui lance cet album et cette pop tristoune comme on l’aime fonctionne en plein. Elle a aussi le mérite d’énoncer clairement les intentions de l’album puisqu’on dénote un virage plus synthétique pour la formation française, plus solaire aussi sans doute.
    Ce qui nous vaut un album moins éclectique que par le passé mais pas uniforme pour autant. Leurs nouvelles aspirations pouvant ainsi s’incarner sur le plus sautillant sur Disorder qui repose comme presque (...)

  • Say Lou Lou - Immortelle

    On avait déjà été séduits par la pop sucrée mais pas trop du duo. Les jumelles Miranda et Elektra Kilbey sont les filles de Steve Kilbey (de The Church) et de la musicienne suédoise Karin Jansson. The Church, d’ailleurs, est surtout connu pour Under The Milky Way, composé par les deux parents. On retrouve sur ce court album une version trop enrobée qui n’a pas la beauté de l’original. On reste bien en famille donc.
    Fort logiquement, leur physique de publicité de mode leur a valu de tourner dans les (...)

  • Metric – Fromentera

    Il est troublant de noter le retour de Metric quelques semaines après celui de Stars. On associe mentalement les deux groupes de Toronto parce qu’ils sont contemporains, que les chanteuses ont toutes deux participé à des albums de Broken Social Scene et surtout parce qu’ils ne nous ont jamais vraiment déçus.
    On sait tout de suite qu’on ne le sera pas cette fois-ci non plus grâce à Doomscroller. Leur caractéristique, c’est la tension de toute façon et elle est bien là. Ajouter des beats sans tomber (...)

  • Spencer Krug - Twenty Twenty Twenty Twenty One

    Même s’il y a eu quelques années fastes, même Jean-Louis Murat ne se montre pas aussi productif que Spender Krug. Lui qu’on a croisé avec Wolf Parade, Sunset Rubdown, Swan Lake et Moonface avec ou sans Siinai officie depuis l’an passé aussi sous son propre nom. Fading Graffiti n’avait pas laissé un souvenir impérissable. Mais connaissant le bonhomme, on savait qu’il ne faudrait pas attendre longtemps pour qu’il nous revienne en meilleure forme. Et disons-le d’emblée, c’est le cas ici
    Sans doute que le (...)

  • Stars – From Capelton Hill

    On a toujours eu besoin de Stars. Que ce soit conscient ou non. Ce n’est pas un appel impérieux, non, mais chaque livraison nous fait replonger. Issus de la grande vague canadienne du début du millénaire, ils s’en distinguaient un peu en tempérant l’indie héroïque du temps par une pop rêveuse mais toujours directe.
    C’est quand ils chantent tous les deux qu’on a leurs moments les plus caractéristiques. Et on aime cette douceur, cette mélancolie qui enveloppe Back To The End, la très belle mélodie de (...)

  • Arcade Fire - WE

    On ne va pas refaire inlassablement le match mais il faut quand même rappeler que la suite des trois premiers albums qui se sont imposés comme des classiques a vu le super-groupe de Montréal produire un album copieux et inégal qui comportait ses fulgurances puis un exercice plus cohérent mais qui restera comme un point noir de leur discographie. Peu de morceaux surnagent d’Everything Now et la très Abba-esque plage titulaire est quand même loin des standards de ce qu’on a aimé chez eux. Ils (...)