Accueil > Critiques > 2009

Spektre - Live at Glade

jeudi 25 juin 2009, par Seb

Pas si minimal que ça...


La Grande-Bretagne n’est pas réputée pour ces producteurs minimaux. Paul Maddox et Filthy Rich s’attaquent néanmoins aux foules avec leur performance Live at Glade. Ils y balancent une techno-minimale sans concession. Mettons de côté les expérimentations mentales et autres recherches sonores (parfois vaines) qui hantent les bacs, les anglais vont à l’essentiel : faire bouger les foules. Ce live est clairement destiné au rave ou autre rassemblement atteignant une certaine masse critique.

Les beats sont très affutés et le tempo assez rapide pour une fois. Dès l’introduction, l’ambiance est catchy et joyeuse dans le style neo-trance. Haze débarque et l’ambiance minimale prend le dessus. Les mélodies s’estompent et des percussions ciselées s’emballent. Les constructions sont assez variées et ponctuées de glitchs bien placés qui évitent l’ennui. Par la suite les moments de répits seront rares mais néanmoins bienvenus.

Privilège du format live, l’album est continu et permet d’installer progressivement une ambiance imparable et surtout difficilement reproductible sur un album au format classique. C’est assez rare pour être souligné car j’avoue être lassé des ces sorties presque inutiles qui sentent souvent le remplissage. Ici, les tracks s’enchaînent de façon fluide et cohérente.

La deuxième partie est plus dark et perdra sans doute son lot d’auditeurs. Les fidèles atteindront sans peine la clôture avec A Shadow Unfolds et A Glimpse Outside nettement orienté rave. les grosses mélodies à quatre notes ressortent et allègent l’atmosphère. Les nappes ne sont pas en reste. C’est un peu facile et bourrin comparé au reste, ca tape clairement dans le registre rave mais néanmoins acceptable pour terminer (la foule).

Spektre nous délivre ici un très bon live qui rend à merveille l’ambiance qui peut se dégager lors d’une telle prestation. C’est assez varié dans le style. Les sorties de ce genre sont rares alors profitez-en !

Myspace

    Article Ecrit par Seb

Répondre à cet article

  • Danube - Cities

    Plusieurs morceaux étaient disponibles et ont attisé l’attente qui n’a pas été déçue par ce premier album de Danube dont les noms de morceaux sont des capitales européennes. Oui, un peu comme dans La Casa de Papel. Ce qui n’est pas clair par contre c’est qui se cache derrière ce projet. C’est secondaire évidemment, la musique primant tout.
    Quoi de plus compliqué à définir qu’un son ? C’est un challenge (...)

  • Dark Minimal Project – Remixes

    On vous avait déjà dit tout le bien qu’on pensait du second album de Dark Minimal Project, Ghost of Modern Times. On avait décelé un cousinage certain avec Depeche Mode et c’était loin de nous déplaire. Et la ressemblance se prolonge avec ces remixes, le groupe anglais étant très friand de l’exercice. Sur la pochette, les deux protagonistes Guillaume VDR et Ange Vesper semblent avoir pris cher mais (...)

  • Tinlicker – Cold Enough For snow

    Chacun va mettre sa ligne rouge sur cet album du duo de producteurs bataves Micha Heyboer and Jordi van Achthoven. C’est forcé tant cet album oscille entre trop et beaucoup trop, délicatesse et évanescence. Mais il est aussi impossible de ne pas trouver son compte non plus. Ce continuum qui va de la pop dansante et cotonneuse à du matos pour une rave à 4 heures du matin est en tout cas assez (...)

  • Jonas Albrecht - Schrei Mich Nicht So An Ich Bin In Trance Baby

    Si ce n’est pas trop visible pour le lecteur, certains distributeurs participent beaucoup à la ligne éditoriale. Parmi eux, Five Roses tient la pole position. Si l’éclectisme est remarquable, une des constantes est la présence d’artistes qui manipulent la percussion comme matière première. Dans un passé récent, on a eu le dernier Peter Kernel, la claque de Parquet et tous les projets d’Anthony Laguerre (...)