Accueil > Critiques > 2009

The Dodos - Time To Die

vendredi 4 septembre 2009, par marc

Baladons-nous à la limite


C’est surtout une performance exceptionnelle au Pukkelpop, où le public les a applaudis longtemps après le concert, qui m’a donné la dimension des Dodos. Parce que le bon album Visiter m’avait vraiment plu par à-coups sans me convaincre d’être un des albums de l’année. Mais je ne pouvais pas laisser passer la nouvelle livraison de ceux qui se sont méritoirement imposés comme incontournables dans le petit monde des passionnés de musique hors des sentiers trop battus.

Le concept de base des Dodos est certes préservé sur ce Time To Die mais un peu dévoyé. Sans doute l’incorporation définitive au line-up (deux personnes à la base) du vibraphoniste présent aux concerts (voir ici) y est-elle pour quelque chose. J’imagine que quelques-uns regretteront l’aspect un peu débridé mais je ne suis pas du nombre. Small Deaths est en tous cas parfaitement à sa place. On y retrouve un peu tout ce qui a fait leur succès, avec un bridge instrumental assez convaincant.

D’ailleurs, on retrouve ces ingrédients qui ont fait leur succès d’estime. Sur Longform par exemple, on a le traditionnel passage instrumental, toujours intéressant. Un emballement pas trop hystérique, soutenu par une batterie qui martèle de façon uniforme. Ces montées d’intensité qui font plaisir à entendre mais qui sont plus des promesses de concerts intéressants que des claques immédiates. D’ailleurs, la batterie, qui est un des éléments irrésistibles en concert pour son abattage réjouissant, est ici parfois un peu éreintante (Fables). Sa simplicité lasse donc sur la longueur. Pour le reste, on notera simplement un peu de cuivres (The Strums).

Ce qui m’a surpris, c’est de penser à une version feu de camp énervée des Shins. C’est la voix qui me fait dire ça, en plus d’un sens de la mélodie faussement difficile mais diablement catchy (Fables est exemplaire à ce niveau) La bande de James Mercer n’est quand même pas un point de repère évident a priori, surtout que c’est quand le morceau est d’abord plus dépouillé que c’est le plus plus flagrant (The Strums).

Avec l’air de ne pas y toucher, c’est quand même un fameux jeu de guitare en picking (Acorn Factory), assez léger même si issu d’une longue tradition roots. Pas de solos en vue, juste des chorus un peu appuyés. Et le son de l’instrument qui donne tellement bien en concert est toujours particulier, qui donne tellement bien en concert.
C’est lui qui apporte le décalage avec une pop plus policée. Un morceau comme Two Medicines fonctionne spécialement bien. Et comme il échappe un peu à la structure des autres morceaux, on l’accueille avec d’autant plus de plaisir. Et si les longs morceaux font perdre en immédiateté, il faut admettre qu’il n’y a aucun morceau vraiment indigne ici.

Evidemment l’aspect ovni et l’effet de surprise ne sont plus de mise pour le retour des Dodos mais cet album, qui dénote une plus grande ambition, montre qu’ils ont trouvé une place bien à eux dans le petit monde de l’indie où l’uniformisation guette. On sent cependant qu’ils sont à la limite de leur propre concept.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

4 Messages

  • The Dodos - Time To Die 5 septembre 2009 09:51, par mmarsupilami

    On ne sait pas contribuer au sujet "play list septembre"...
    Problème ?

    repondre message

    • The Dodos - Time To Die 5 septembre 2009 12:54, par Marc

      Tes playlists étaient en attente de validation, c’est étrange. Normalement, la validation se fait a postériori...

      repondre message

      • The Dodos - Time To Die 5 septembre 2009 20:28, par mmarsupilami

        Merci !
         ;-)

        repondre message

        • The Dodos - Time To Die 6 septembre 2009 09:23, par Fred

          Tes contributions très fréquentes ont réussi à chatouiller nos filtres anti-spam.
          Félicitations !
          Ceux ci avaient apparemment mis ton message en quarantaine.
          La validation effectuée par Marc devrait désormais te classer dans la catégorie des commentateurs bienveillants.

          repondre message

  • Vampire Weekend - Only God Was Above Us

    Peut-on survivre à la hype ? Si on en croit la longévité de Vampire Weekend, la réponse est indéniablement positive. Ayant été très tôt sur la balle, ça fait longtemps que le groupe de Brooklyn nous accompagne. Après deux premiers albums irrésistibles puis deux autresplus hétérogènes dans les intentions et le résultat, on les retrouve en très bonne forme. Sans doute qu’avec un peu de recul, cette évolution (...)

  • Menomena - The Insulation (EP)

    On ne va pas se lancer dans une thèse sur la musique indé du Pacific Northwest pour trois nouveaux titres, mais il est bon de rappeler que la formation de Portland a beaucoup mieux que d’autres encapsulé le son d’une époque, cristallisé l’excitation d’un moment qui a irradié jusqu’en Europe. Sur place, c’étaient des héros locaux, un point de ralliement inévitable. On a tous cherché un là-bas exemplaire d’I (...)

  • HEALTH - RAT WARS

    Même après des années passées à autre chose (des musiques de film, des versions disco), la puissance de feu d’HEALTH a laissé une trace manifeste. Mais il a fallu un rabatteur de qualité pour qu’on ne passe pas à côté de cet album. Le souvenir bien qu’ancien était toujours cuisant et on retrouve le trio avec un plaisir certain.
    Ils ont collaboré avec Nine Inch Nails ou Xiu Xiu et ces cousinages semblent (...)

  • Beirut – Hadsel

    Bien honnêtement, quand on a découvert Beirut en 2006, on ne se doutait pas qu’on allait suivre le jeune Zach Condon pendant plus de 17 ans. Cette musique fortement influencée par les fanfares balkaniques a suscité d’emblée l’intérêt mais le procédé semblait trop étriqué pour s’inscrire dans la longueur. On avait tort, forcément, et ceci en est un nouveau rappel.
    En première écoute, ce Hadsel est plutôt en (...)