Accueil > Critiques > 2009

Caspian - Tertia

samedi 15 août 2009, par marc

Le bon chasseur


Le bon groupe de post-rock, c’est aussi facile à définir que le bon chasseur dans le sketch des Inconnus. La différence est subtile et pas toujours facile à exprimer. C’est pourquoi nous allons partir à la découverte de la gallinette cendrée du genre. Ou peut s’en faut, puisque c’est de Caspian qu’il sera question aujourd’hui.

Le second album du groupe du Massachusetts les place dans la mouvance dont le leadership est assuré par Mogwai donc et avec une grande attention pour les brouillards de guitare. Donc, par défaut, ce ne sont pas les arpèges plus mélancolico-mélodiques d’Explosions In The Sky même si l’élan élégiaque n’est pas toujours loin pour un Of Foam and Wave. Evidemment, les références sont à trouver à l’intérieur du style. Dans mes connaissances limitées en la matière, c’est Apse etJoy Wants Eternity (ils ont d’ailleurs tourné ensemble) qui me viennent en tête en premier, et l’analogie avec le groupe de Seattle est plus prégnante encore quand l’ambiance se fait plus pesante ou quand un morceau s’entame toutes guitares dehors (Epochs in DMaj)

Evidemment, les moments d’apaisement sont là pour apporter du relief et c’est exactement ce qui ressort d’un The Raven qui vire bien vite dans le côté obscur de la guitare avec une tension élégiaque pas toujours éloignée de Mono avec qui ils ont tourné également. Dans le genre, c’est éminemment réussi. Les passages plus calmes pourront aussi engendrer un peu de monotonie si le cœur n’y est pas complètement. D’ailleurs, ce Tertia s’écoute évidemment d’un coup d’un seul. Il faut aussi préciser que cet album met un certain temps avant de chauffer la colle qui ne prend vraiment qu’à la moitié.

Ce n’est pas le moindre des paradoxes de cette musique d’être taillée pour le live alors qu’elle donne habituellement si peu à voir. Mais pour avoir ressenti souvent ces concerts (la déferlante Mogwai aux Ardentes encore récemment), c’est avec un gros son que le spectacle sonore (ça existe ça ?) donne sa pleine mesure. Alors, oui, j’aimerais voir ces types se défouler sur scène.

Ceci est un album de post-rock. Ce qui veut aussi sans doute dire que le groupe récuse cette étiquette (exercice traditionnel dans le genre) mais aussi que pour les amateurs dont je suis occasionnellement, il y a matière à passer un bon moment avec cet album de Caspian. Tout est là, des implacables et impeccables murs de guitare aux envolées échevelées, le tout soutenu par une rythmique jamais prise en défaut.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Caspian - Tertia 16 août 2009 12:04, par Laurent

    C’est dingue ce qui se passe sur ce site, ces coïncidences troublantes un peu à la limite du paranormal, ces expériences magnétiques qui me flanquent parfois le frisson dans l’échine. Non, je ne connais pas Caspian, jamais entendu, jamais entendu parler, mais le nom du groupe sonne en tout cas cliché au regard du genre de musique qu’il est censé pratiquer (je pense à Siberia). En revanche, alors que je ne m’étais plus épanché sur ce lointain souvenir de jeunesse depuis des lustres, j’ai eu pas plus tard qu’hier (15 août, donc) une envie subite de revoir un sketch des Inconnus. Un sketch bien précis, aucun autre... et cette séquence faisait dire à un chasseur du Bouchonnois que le bon chasseur, "il tire, mais c’est un bon chasseur". Bref, comprenez-moi quand j’ai parfois l’impression de tomber dans la 4e Dimension (tudududu, tudududu...). M’enfin, ne perdons pas de vue qu’avec tout ça, j’ai une possible future découverte à écouter... je ne rentre pas broucouille.

    repondre message

    • Caspian - Tertia 18 août 2009 13:08, par marc

      Heu, oui, quand même, c’est troublant tout ça. Mais ce sketch est quand même dans le domaine public non ? Tout ceci est assez dingue. Il ne manquerait plus qu’on fréquente les mêmes lignes de bus, je trouve...

      repondre message

  • Mono – Oath

    Ce qui est rare est précieux. Et dans un contexte musical où le post-rock se raréfie, les plaisirs que confèrent une formation comme Mono ne sont pas reproductibes par d’autres genres et deviennent d’autant plus précieux. Mais cette rareté ne confère pas pour autant le statut de chef-d’œuvre au moindre album du genre, loin s’en faut même.
    Une fois ces généralisations balancées, penchons-nous sur le cas (...)

  • Binidu - //

    Si on avait croisé le chemin de Vincent Dupas quand il officiait en tant que My Name Is Nobody, on était passés à côté de ce projet qu’il partage avec Jean Baptiste Geoffroy et Jérôme Vassereau (ils sont aussi tous membres de Pneu). Le troisième album en onze sera donc l’occasion de faire la découverte.
    On sent dès le début de We Grew Apart que le morceau ne restera pas aussi désolé et de fait une (...)

  • Oootoko - Oootoko

    l y a plusieurs expressions qui attirent immédiatement notre attention. Et big band n’en fait pas vraiment partie. Mais il faut reconnaitre que les effectifs pléthoriques sont aussi une belle façon de susciter l’ampleur. C’est précisément ce qui rend Oootoko immédiatement sympathique.
    Impossible donc de valablement tenter le jeu des étiquettes. Même le terme générique de ’musique instrumentale’ ne (...)

  • Midas Fall - Cold Waves Divide Us

    Il ne nous est jamais arrivé de penser qu’une voix manquait à des morceaux. Même quand Albin de la Simone a jeté sur un album instrumental ce qui est devenu plus tard de ’vraies’ chansons, l’élément vocal ne semblait pas indispensable. Dans le cas de Midas Fall par contre, le chant a toujours semblé de trop, redondant par rapport à la majesté du post-rock qui l’entoure. On aborde donc cet album en (...)