Accueil > Critiques > 2009

Bibio - Ambivalence Avenue

mercredi 2 décembre 2009, par Paulo

Photophobique ?


J’avais annoncé au cours du premier semestre 2009 la sortie de cet album du productif Bibio sur le label Warp Records. Cet artiste avait encore sorti en début d’année un album sur son précédent label Mush Records appelé Vignetting The compost. Ode au lofi, deni de la pureté, goût de l’authentique, cet album avait bien le mérite de dégager le caractère musicale de Bibio, son secret : l’utilisation de samples d’arpèges de guitares detunées comme sortis de vinyls restés trop longtemps au soleil. Et avec ses mélodies euphoriques, on n’était pas loin de l’esprit psychédélique et d’exploration des 70s

La transposition de ce sens musical chez Warp Records allait indubitablement subir la traction avant du savoir-faire d’une des productions les plus pointus actuellement.

Pourtant, vu comme cette critique a trainé dans mon panier tout l’été et tout l’automne, il faut bien constater que l’album ne m’a pas autant séduit que son précédent ouvrage.

Je vous invite néanmoins à sauver quelques titres en commençant déjà par le titre d’ouverture Ambivalence Avenue, poursuivre avec un funk lofi plus pertinent que jamie lidell avec un côté fond d’album de MGMT (ce qui est un compliment), sauter Fire Ant, la pièce angulaire de l’album, dont je reste perplexe sur la longueur et éventuellement s’arrêter sur Sugarette et son bon groove nuancé qui tourne en combat 8bit gameboy...

On trouve également ça et là des plus petits morceaux, des interludes, marque de fabrique de bibio en quelque sorte puisque Vignetting the Compost en était essentiellement composé. On retrouve ces traits dans All The Flowers et Haikuesque.

Pour le reste j’avoue avoir fait l’impasse, rien de plus n’ayant accroché mes tympans.

Deux étoiles pour cet album d’autant plus décevant qu’il était prometteur. Toutefois, probablement dans la but de se racheter 1 ou deux étoiles de plus sur mescritiques.be, un nouveau LP est déjà sorti The Apple And the Tooth avec 4 nouveaux titres et des remixes de Ambivalence Avenue.

En preview sur
http://www.myspace.com/mrbibio

    Article Ecrit par Paulo

Répondre à cet article

7 Messages

  • Bibio - Ambivalence Avenue 2 décembre 2009 22:44, par Simbad

    Si tu n’as pas aimé celui-ci, tu aimeras encore moins le nouveau, en majeure partie constitué de remix de Ambivalence avenue et de tout au plus trois nouveaux titres. Voilà, ca, c’est fait !

    repondre message

    • Bibio - Ambivalence Avenue 3 décembre 2009 07:36, par Laurent

      Oui, j’en sors hier de ce "Apple & Tooth", il n’y a que 4 nouveaux titres dont on peut sauver Bones n’ Skulls, et à part ça... pas beaucoup d’apples à se mettre sous la tooth. Les remixes surpassent régulièrement les originaux, mais bon, ça fait peu. Bref, un artiste sympathique de plus parmi la pléthore de bonnes choses électroniques (je rangerai Memory Tapes dans la même catégorie), pas de quoi s’enflammer.

      Cette année, à part Jon Hopkins découvert ici, j’ai surtout pris des décharges du côté de Clark, Fedaden et - pourquoi aller chercher plus loin ? - le Belge Depotax et son extraordinaire EP. Si vous vous remettez de ça, alors je me tais...

      repondre message

      • Bibio - Ambivalence Avenue 3 décembre 2009 15:44, par Paulo

        Récemment j’ai bien accroché à The Clonious - Between The Dots, en critique prochainement j’espère.
        Jon Hopkins et Clark évidemment, Depotax, j’aime le concept mais ça me donne des colliques ^^
        Et j’ai tendance à oublier Jega et son double album IDM dont j’ai pas encore fini l’exploration.

        repondre message

        • Bibio - Ambivalence Avenue 3 décembre 2009 19:53, par Simbad

          Pour les artistes originaux différent de ceux que vous avez cités, j’ai trouvé intéressant le maxi de Burial et de Four Tet ainsi que le nouveau single du dernier cité. J’ai trouvé sympa Harmonic 313, Tyondai Braxton, le dernier Vitalic et Paul Kalkbrenner.
          Au niveau des compils, les compils pour les 20 ans de Warp sont admirables et je conseille très fortement la compil du label Hyperdub pour ces 5 ans. Du bon dubstep et de l’electronica dont un titre énorme de Joker (vu à Dour cette année).
          D’ailleurs, on ne parle pas de DUBSTEP ici, pourquoi ????? ;-)))

          repondre message

      • Bibio - Ambivalence Avenue 4 décembre 2009 18:24, par Mmarsupilami

        Depotax est bientôt à la Rotonde et j’ai envie d’y aller...
        Etonnant en tout cas !
         ;-)

        repondre message

        • Bibio - Ambivalence Avenue 18 décembre 2009 17:05, par Mmarsupilami

          Ben volilà, Depotax était là, mais pas moi.

          Malgré que j’avais le ticket.

          Neige entre Bruxelles et Liège !

          Mais que font les pouvoirs publics...

          Dites-le moi !

          repondre message

          • Bibio - Ambivalence Avenue 28 avril 2010 07:28, par WolfStone

            Ils gèrent leur future aptitude à manipuler notre présent.
            Mais nous ne sommes pas dupes.
            Nous sommes floués mais pas dupes.
            Entre temps nous sommes libres.

            repondre message

  • Ultra Sunn - US

    Suivre des artistes, découvrir de prometteurs EP et puis écouter leur premier album qui confirme tout le potentiel soupçonné, c’est vraiment un des plaisirs de cet étrange hobby. Et dans les EP qui nous avaient vraiment plu (et pas qu’à nous si on en juge par l’ampleur de leur tournée), le duo bruxellois se plaçait assez haut. Gaelle Souflet et Sam Huge nous reviennent donc US qu’ils ont écrit, (...)

  • Danube - Cities

    Plusieurs morceaux étaient disponibles et ont attisé l’attente qui n’a pas été déçue par ce premier album de Danube dont les noms de morceaux sont des capitales européennes. Oui, un peu comme dans La Casa de Papel. Ce qui n’est pas clair par contre c’est qui se cache derrière ce projet. C’est secondaire évidemment, la musique primant tout.
    Quoi de plus compliqué à définir qu’un son ? C’est un challenge (...)

  • Dark Minimal Project – Remixes

    On vous avait déjà dit tout le bien qu’on pensait du second album de Dark Minimal Project, Ghost of Modern Times. On avait décelé un cousinage certain avec Depeche Mode et c’était loin de nous déplaire. Et la ressemblance se prolonge avec ces remixes, le groupe anglais étant très friand de l’exercice. Sur la pochette, les deux protagonistes Guillaume VDR et Ange Vesper semblent avoir pris cher mais (...)

  • Tinlicker – Cold Enough For snow

    Chacun va mettre sa ligne rouge sur cet album du duo de producteurs bataves Micha Heyboer and Jordi van Achthoven. C’est forcé tant cet album oscille entre trop et beaucoup trop, délicatesse et évanescence. Mais il est aussi impossible de ne pas trouver son compte non plus. Ce continuum qui va de la pop dansante et cotonneuse à du matos pour une rave à 4 heures du matin est en tout cas assez (...)

  • Fat White Family – Forgiveness is Yours

    La subversion, en rock, ne passe pas nécessairement par les hurlements et les guitares déchainées. Et une dose de subtilité ou de décalage permet souvent d’obtenir le maximum d’effets. Si on avait attendu le wagon Serfs Up ! pour rattraper le train de Fat White Family, le mélange de morceaux amples, ronds et plaisants et d’un propos plus acide avait énormément plu.
    Ce digne successeur brouille encore (...)

  • Charlie Risso - Alive

    On avait approché l’univers de l’Italienne Charlie Risso par le biais d’un fort joli EP de pop synthétique baignée d’ambiances nordiques, ce qui était un peu étrange pour une Génoise (de la ville, pas la pâtisserie).
    On la retrouve dans ce registre qui avait tant plus sur un morceau comme Keep The Distance quand Railroad semble lorgner du côté de Ladytron, en présente la densité en tous cas. Mais si on (...)

  • Terestesa - Bella Faccia (EP)

    On ne le répétera jamais assez, un premier morceau qui claque est toujours une bonne façon de se présenter. Et le groupe toulousain Terestesa formé de deux Françaises et deux Italiennes l’a bien compris. Mondo Cane monte, monte. C’est un peu âpre, très rentre-dedans sans jamais hausser le ton, et vraiment irrésistible. Une pulsation kraut, certes, mais éminemment moderne et aventureuse.
    Mais cet album (...)

  • Mildfire - Kids In Traffic

    Pourquoi les genres disparaissent-ils ? Ces symphonies de poche tellement présentes et attachantes ont un peu perdu de leur lustre et c’est un peu dommage. Parmi ces orfèvres, citons The Annuals, Choir of Young Believers, Musée Mécanique, Fanfarlo ou Efterklang parce qu’il est toujours bon de se rappeler de bons souvenirs. Dans cette veine, on avait spécialement apprécié Einar Stray et on ne (...)

  • Binidu - //

    Si on avait croisé le chemin de Vincent Dupas quand il officiait en tant que My Name Is Nobody, on était passés à côté de ce projet qu’il partage avec Jean Baptiste Geoffroy et Jérôme Vassereau (ils sont aussi tous membres de Pneu). Le troisième album en onze sera donc l’occasion de faire la découverte.
    On sent dès le début de We Grew Apart que le morceau ne restera pas aussi désolé et de fait une (...)

  • Dan San - Suite

    On se doutait bien à l’écoute de l’excellent Grand Salon que l’évolution de Dan San n’était pas temporaire. En clair, ils ont un plan. Rappelons que pour les autres envies, les membres font aussi partie de formations comme The Feather, Pale Grey ou Condore. Donc, quand ils reviennent au camp de base, c’est pour se donner les moyens de converger ensemble vers un style identifiable. La mise en son est (...)

  • Ella Ronen – The Girl With No Skin

    Fuck Cute/I’m Tired of Cute/Cute has never served me
    Il ne faut pas se laisser tromper par la délicatesse d’Ella Ronen. Si on est séduit d’emblée par les plaisirs doux qui ne sont pas sans rappeler ceux de Marie Modiano (référence ancienne on en convient...), la jolie voix propose une écriture plus profonde, sans doute parce qu’elle repose sur un substrat qui a son content de drames.
    Une des (...)

  • Tomasso Varisco – These Gloves

    Les amis de nos amis (même récents) deviennent bien vite nos amis. En découvrant Stella Burns il y a peu, on ne savait pas que d’autres artistes se cachaient derrière comme Tommaso Varisco auquel Stella Burns prête ici main forte. Si ceci est moins marqué par l’americana mais c’est évidemment ce genre de terreau qui l’inspire. On est donc invités dans un road trip. Mais pas sur la route 66, ce périple (...)