Accueil > Musique > 2009 > Julian Casablancas - Phrazes for the Young

Julian Casablancas - Phrazes for the Young

lundi 9 novembre 2009, par Seb (un autre)

Aïe Aïe Aïe


Une nouvelle hype serait elle en train de se dessiner à l’horizon ? Après Brett Anderson, Albert Hammond Jr et Paul Banks, c’est au tour du leader des Strokes de sortir son petit album solo bricolé à la maison (enfin maison, pas comme vous et moi, c’est plutôt le gros home studio parce que les mecs ils ont plein de sous hein !).

Alors que tout le monde attend la nouvelle livraison des Strokes, Mister Casablancas préfère multiplier les participations avec des potes (l’album solo de Danger Mouse) ou pour le fric (une pub Converse avec Santogold et N.E.R.D) et nous sortir un peu à la hâte un album solo avec une cover bien kitch et deux ou trois idées par-ci par-là.

Une première constatation, seulement 8 titres... Même si l’ami Julian n’est pas connu pour faire des albums à rallonge, c’est un peu léger, mais tant que la qualité est au rendez-vous, la quantité importe peu. C’est malheureusement là que le bât blesse....

Out of Blue, premier titre, nous plonges en terrain connu. Une boite a rythmes répète le même beat encore et encore, 3 accords de grattes, une deuxième guitares heavy qui sonne comme un synthé et la voix bien reconnaissable de Casablancas recouverte d’une couche de reverb bien grasse, du pure Strokes et franchement, moi j’aime ça ! On continue avec Left & right in the dark qui est à mettre entre une BO de jeux vidéo vintage ou un générique de jeux télé débile.

Le très eighties (et ben oui c’est la mode hein) single 11th windows, ressemble a du Cyndi Lauper avec la fameuse guitare synthé en plus...... hooo julian just wanna have fun ....pas la peine d’aller plus loin je pense...

4 chords of the apocalypse, et bien, tout est dans le titre. On touche le fond avec Ludlow St, et on commence sérieusement à se demander s’il ne nous prendrait pas un peu pour des cons là....

Enfin un peu d’air avec le très bon River of Brakelights, entrainant, hypnotique et qui prend aux tripes et franchement cela fait du bien.

On perd vite le bol d’air avec Glass sorte de caricature de Muse (si si c’est possible) mais la voix de Bellamy en moins.... L’album s’achève avec Tourist, titre a plusieurs paliers, rempli d’idées et de d’instruments différents. Une vrai réussite pleine d’inventivité.

Drôle d’album que celui-ci, une énorme déception pour les admirateurs du compositeur qui a participé au renouveau du rock des années 2000. A peine 3 titres qui valent quelque chose. Une constatation simple, tout le monde n’est pas fait pour le solo. Là ou Albert Hammond s’en tire avec les honneurs et ou Paul Banks fait des merveilles, et bien lui se plante et lamentablement. Espérons qu’il va vite relancer les Strokes.

Lien Vidéo

Article Ecrit par Seb (un autre)

Répondre à cet article

9 Messages

  • Julian Casablancas - Phrazes for the Young 9 novembre 2009 22:01, par El matador

    Salut à toi l’autre Seb,

    Je suis bien d’accord avec toi, il devrait s’en tenir aux Strokes, groupe du feu de dieu dont on attend le nouvel album avec impatience, et arrêter de se la péter avec des projets solos de merde comme celui-là.

    repondre message

  • Julian Casablancas - Phrazes for the Young 13 décembre 2009 17:41, par Vince

    Critique pitoyable pleine de fautes d’orthographe et d’erreurs sur les noms des pistes. On sent que l’auteur de cet article a écouté l’album une fois ou deux, avec un a priori négatif de surcroît.

    repondre message

  • Critique trop peu approfondie selon moi.
    Il y a tellement de choses à dévelloper, mais vous vous arrêtez sur des banalités.

    repondre message

  • Julian Casablancas - Phrazes for the Young 28 juillet 2010 08:58, par Lena

    et bien Seb, mise a part que tu as reussi a te tromper sur le nom dun des titres (sur 8 morceaux je trouve ca pathetique) je ne suis pas d’accord avec toi
    le probleme est que la plupart des gens l’ayant connu via les strokes s’attendent a ce qu’il ponde un bebe strokes..
    serieux. cest lunivers Casablancas avec peu etre un peu moins de drogue et d’alcool
    ca reste kan meme bien mieux que ce qu’on entend a la radio francaise
    cest new wave, cest electro, cest deprimant, cest du bon rock..
    et l’ayant vu au festival d’arras en juillet dernier, je confirme qu’en solo il ira tres loin..

    repondre message

  • Julian Casablancas - Phrazes for the Young 6 août 2014 18:54, par cecile

    cet album est superbe !!!! Bien sur j’adore le groupe mais il se débrouille bien aussi seul car on peut voir combien il est passionné par tous les styles de musique. En plus il a une voix originale qui s’adapte à chaque style...j’adore !!!! j’attends celui avec les voidz

    repondre message

  • Julian Casablancas - Phrazes for the Young 5 octobre 2014 02:42, par eclipse

    Personnellement, j’aime beaucoup cet album. Julian a voulu s’éloigner des sons garages rock des strokes, ce qui m’a surpris, mais au final cela lui va bien. Les sons se rapprochent de Angles je trouve, un album qui m’a sur le coup déçu, car la patte strokes commençait a s’effacer, mais je pense qu’ils se redresserons assez vite. Dommage qu’ils ne sont pas aussi connu en France qu’ailleurs, ils ont de l’avenir... Pour en revenir a Julian, en temps que grande fan je ne pouvait passer a coté de cet album que j’ai pourtant longtemps laissé de coté a cause de ma mentalité "La voix de Julian sans la guitare de Nick sa vaut rien" mais je l’ai ecouté attentivement, et j’ai trouvé cet album assez personnel avec des paroles profondes (je pense surtout a tourist, left and right in the dark, et 11th Dimension) après, c’est vrai que c’est spécial... out of blue est pas mal aussi, mais beaucoup de répétition... quand a votre critique, je la trouve bien infondée... sur vos erreurs on vois bien que vous n’avez pas pris le temps de comprendre l’album et que vous avez juge bien vite a mon gout. Je finis mon commentaire sur une citation de Left and right in the dark :
    Watching the urban decay, around us, oh boy"

    repondre message

  • The Poison Arrows - War Regards

    Un lapsus peut vous propulser dans l’actualité. Un émail signé War Regards à la place du Warm Regards donne à cet album du groupe de Chicago un air de prémonition inévitable.
    Il est étrange de pénétrer l’univers d’un groupe à travers des remixes. Ceux-ci ayant plu, il semblait logique de reprendre le fil de leur discographie. On découvre en tout cas une musique dénuée de l’électronique des remixes, au profit d’un rock alternatif ’canal historique’, tortueux juste ce qu’il faut pour ne pas être plat. Le noise (...)

  • Foo fighters - Wasting Light

    Sortie du désert.
    Bien que n’ayant pas écouté un album entier des Foo Fighters depuis quelques années, je dois bien avouer avoir une certaine sympathie pour Dave Grohl. Ce mec est cool, point barre. De clips décalés en prestations explosives, en passant par des interviews dans lesquelles le côté relax du bonhomme transpire, Dave s’est construit un des plus gros capital sympathie du monde du rock. Et pas seulement auprès des fans, mais également dans la profession, ce qui lui permet entre autre (...)

  • Okkervil River - I’m Very Far

    Loin loin
    On aimerait ne pas en déduire une tendance de l’année, ne pas sombrer dans la sinistrose et se dire que ce n’est pas une fatalité de livrer des albums en 2011 qui sont inférieurs à leu prédécesseurs. Heureusement, il y a The Antlers et Fleet Foxes qui viendront contredire cette assertion que vient confirmer Okkervil River. Il faut parfois plein de mots pour dire que I’m Very Far est moins bon que ce qu’on connaissait d’eux. Pour ma part, ce sont surtout les deux dernières productions que je (...)

  • Séance de rattrapage n°1 - Rock

    Pour s’enfiler quelque chose d’un peu plus digeste le week-end, revenons sur quelques disques dont on n’a pas trouvé l’occasion de parler en long et en large. Du coup, autant en parler vite et bien, comme ça vous ne pourrez pas dire qu’on ne vous aura pas prévenus... Pour inaugurer cette séquence à suivre, une première salve de 10 albums rock avec ou sans supplément d’âme : à boire et à manger pour petits et grands, de 7 à 77 ans.
    Bell X1 – Bloodless Coup
    Déjà cinq albums au compteur pour les Irlandais ? (...)