Accueil > Musique > 2009 > The Bravery - Stir the Bloood

The Bravery - Stir the Bloood

lundi 7 décembre 2009, par Seb (un autre)


Depuis leur création et leur premier album sorti en 2005, je n’ai entendu et lu que des critiques négatives sur ce groupe de New York souvent qualifié de sous Killers sans imagination, obligeant le chanteur américain Sam Endicott à rajouter un accent anglais sur son chant pour avoir plus de crédibilité...Franchement tout cela est totalement injustifié et il m’arrive encore souvent de réécouter leur deux premiers albums avec beaucoup de plaisir.

Le rock de The Bravery est qualifié de rock synthétique, c’est à dire un rock dont les guitares ne sonnent pas vraiment comme des guitares, mais sont noyées sous des tonnes et des tonnes d’effets en tout genre. Plus orienté dancefloor que bar avec sol qui colle sous la semelle donc.

Les quatres premiers titres ’’adored’’, ’’song for Jacob’’, ’’Slow posion’’ et ’’hatefuck’’ sont les exemples parfaits du domaine dans lequel The Bravery excellent. Des chansons ultra classiques dans leur composition mais qu’ils parviennent à rendre accrocheuses avec une production parfaite qui brosse l’auditeur dans le sens du poil et la superbe voix de Endicott qui complète le tableau. Je connais peu de groupe actuels capable de pondre des hymnes pour stades comme ceux-ci avec une telle efficacité et qui rentre dans la tête en seulement une écoute. Même si j’apprécie les Killers, sur ce coup là, ils peuvent se rhabiller ! Tout cela est certes un peu pompeux et pas franchement inventif mais est ce vraiment ce que l’on demande à de la musique de stade ?

Le problème de ce groupe, c’est qu’il s’obstine à vouloir s’écarter de temps à autres de ce schéma, ce n’est pas un mal, bien au contraire. Mais le problème, c’est qu’ils n’y arrivent pas du tout ! Et ces chansons là sont des catastrophes pitoyables qui piquent à gauche et à droite à un peu tout les groupes tendance (même aux Warlocks, ils piquent tout sur She’s so bendable, pour ceux qui connaissent cet excellent groupe californien cela fait un peu marrer vu la différence de style...).

Heureusement ces écarts sont rares et l’album se poursuit tranquillement dans le style qu’ils maîtrisent, avec un dernier morceau assez étonnant, ’’Sugarpill’’, difficile a disséquer, très hypnotique et qui augure peux être un virage un peu psychédélique sur les prochaines plaques de ce groupe fort sympathique que je défends corps et âmes contre toutes critiques !

Si vous ne connaissez pas le groupe jetez vous sur les 4 premiers tires de cet album, et tant que vous y êtes écoutez leurs tueries précédentes que sont Honest mistake, Unconditional et Time won’t let me go pour vous assurer du talent de ce groupe !

Article Ecrit par Seb (un autre)

Répondre à cet article

  • Projet Marina - Loin des Dons Célestes

    On le répète même si c’est une invitation implicite au remplissage de boîte mail, découvrir les artistes en ligne directe est toujours un plaisir. Et c’est ainsi qu’on a rattrapé avec leur second album le train du duo français.
    Il pratique une musique d’hybridation, entre veine froide électronique des eighties et tentations plus modernes. Mais s’ils revendiquent une inspiration de Tuxedomoon dont le violoniste Blaine Reininger vient relever deux morceaux ou Coil, on n’approche jamais du versant abrupt (...)

  • Ultra Sunn - Night Is Mine (EP)

    Vous commencez à nous connaître, vous savez qu’on ne recule jamais devant une petite dose de darkwave bien sentie. Musique de niche et de passionnés, elle garde une étonnante vivacité. Le duo mixte du jour (Sam Hugé et Gaelle Souflet) nous vient de Bruxelles et sort un premier EP sur le label espagnol Oraculo Records et est édité par Jaune Orange.
    Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’ils maîtrisent les codes du genre et savent ce que sont des gimmicks. Ils sont en effet seuls à la manœuvre et nous (...)

  • NinjA Cyborg - The Sunny Road EP

    L’introduction sur leur page Bandcamp est tellement correcte que je m’en voudrais de simplement la paraphraser. “Ce duo pyrénéen dont la passion pour les synthétiseurs analogiques n’a d’égal que leur amour pour le cinéma d’action des années 80, nous livre avec leur premier EP la bande originale d’un nanard action / SF qui aurait pu sortir en 1985, le tout mis en scène à grands coups de Juno 60 et de TR606”. Voilà tout est dit ou presque, sauf que je vous dois un commentaire sur le résultat.
    La série (...)

  • Hermetic Delight - F.A. Cult

    Il est étonnant de voir à quel point la scène d’influence cold est vivace chez nos voisins du sud. Rien que cette année on a déjà entendu Princess Thailand, Sure sans oublier des formations comme Lebanon Hanover. Sans aller sur des traces aussi batcave, on peut pour partie placer les Strasbourgeois d’Hermetic Delight dans cette mouvance. Au moins pour une part parce qu’il y a aussi beaucoup d’autres choses ici.
    Des éléments dream pop par exemple, ce qui n’est pas exactement une excentricité dans la (...)