Accueil > Musique > 2004 > Vincent Delerm : Kessington Square

Vincent Delerm : Kessington Square

jeudi 10 août 2006, par Marc


Vincent Delerm est énervant. La bonne affaire me direz-vous, vous qui organiseriez bien une rencontre enrichissante entre la star academy et le côté courbé et tranchant d’une pelle à neige. Bon, alors, on écoute le second album du gaillard avec quelques préjugés. Positifs puisque j’avais apprécié le premier album, la fraîcheur du propos. Négatifs, parce que le ton de la voix peut de révéler vite horripilant et la préciosité n’est pas notre fort. Alors, on le met sur la platine et là, on est finalement rassurés. Les arrangements n’ont pas viré à l’électro, loin s’en faut, mais ils ont pris une ampleur qui n’était pas encore là sur le premier opus éponyme. Les références sont à chercher dans la pop anglaise, celle de Divine Comedy, voire de Tindersticks pour les plus élogieux. Le titre et la plage titulaire ne laissent aucun doute su l’anglophilie du bonhomme.

Un des points qui rendaient l’écoute du premier album fastidieuse était que certains titres collaient de façon durable un bourdon des plus noirs. Ici, même les mélodies les plus intimes cachent des histoires positives. C’est ce qui rend Le baiser Modiano si fort, si émouvant. Cette chanson est à épingler pour l’imparable mélodie.

On peut se demander où s’arrêtera le cloisonnement des générations. Tout le monde peut écouter Vincent Delerm (ma maman l’écoute), mais on se demande si on va comme ça continuer à séparer les publics par tranche d’âge. Une pour Lorie, une pour Britney, une pour Kyo. Et les trentenaires (parfois) actifs ont Bénabar et Vincent Delerm. Car ici, les références générationnelles sont innombrables (Veruca Salt, Franck Black, Sergi Brugera, Joy Division, Cure, Duran Duran, 10000 Maniacs, la compagnie créole, Platini, Rain Man, Rosana Arquette, Jean-Pierre Mader, François Feldman...) et les souvenirs guident certains titres (Veruca Salt et Franck Black, Les filles de 1973 ont trente ans - NDLR : ça approche... - La natation synchronisée). Des trentenaires un rien cultivés (les très élitistes Une fille Deutsche Grammophon et Quatrième de couverture) et sans doute poseurs puisqu’il s’agit quand même du fils de l’écrivain Philippe Delerm. Enervant donc puisqu’il faut bien avouer que je me retrouve plus là-dedans que dans les thèmes de Diam’s.

Un album de souvenirs donc, qui a le mérite de confirmer la facilité d’écriture du garçon. On regrettera juste l’absence d’une chanson plus enlevée. Avez-vous compris le plaisir d’écoute ? Ca va, je me suis fait comprendre alors... (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Marcia Higelin – Prince de Plomb (EP)

    La filiation en chanson française est un mal endémique presque équivalent à celui de la politique belge. Mais ce n’est pas le propos ici. Comme on est infichus de citer un titre de Jacques Higelin (son grand’ père), Arthur H. (son père) ou même Izia (sa tante ?), on est presque vierges à l’entame de ce premier EP de Marcia Higelin. Voyez ça comme un privilège de l’inculture.
    On est accueillis par un lit de cordes mais bien vite on se rend compte que c’est cette voix claire et forte qui est le point (...)

  • Edgär - Secret

    Quand les aspirations de deux membres d’un duo divergent, la séparation est souvent au bout. Mais ce n’est pas une fatalité, cette dualité peut aussi être une force. Dans le cas de Ronan et Antoine, cet entrechoquement est à la fois déroutant et stimulant. Tout comme l’emploi de l’anglais et du français au sein d’un même morceau. Même si musicalement, le ton ne change pas avec la langue, notre perception est différente. Appelez-ça un biais si vous voulez.
    On l’avoue, c’est voir ce lion et ce lapin danser (...)

  • Kloé Lang - Aimez-Moi

    Les albums d’hommage et de reprises ne sont pas rares, ceux qui reprennent deux artistes en parallèle le sont plus. La comédienne, réalisatrice et chanteuse franco-suisse Kloé Lang a ainsi jeté son dévolu sur Barbara et Janis Joplin sur ce qui semble être le volet discographique d’un spectacle qu’elle propose.
    On ne va évidemment commenter le fond des morceaux de Barbara, qui claquent toujours autant quel que soit l’interprète (s’il n’est pas Patrick Bruel ou Gérard Depardieu...). Et elle s’en sort (...)

  • Garz - Barré

    Si pratiquer une musique électronique et employer la langue française n’est pas une combinaison nouvelle, peu poussent autant le curseur vers un son fort que Matthieu Garczynski. Si ce nom nous était jusqu’ici inconnu, il a visiblement déjà une belle expérience. Et c’est d’emblée manifeste. Le morceau qui nous avait donné envie est Ça Va Mieux et il claque vraiment, le côté sarcastique fonctionnant en plein avec cette pêche. On retrouve cet allant sur Vie Irréelle qui nous accueille. C’est de la musique (...)