Accueil > Critiques > 2010

Tindersticks - Falling Down The Mountain

jeudi 28 janvier 2010, par marc

En tombant de la montagne


Rarement le qualificatif de valeur sûre est plus justement appliqué qu’aux Tindersticks. L’annonce d’un nouvel album ne provoque pas l’émoi, mais l’attente d’une nouvelle dose de morceaux mélancoliques qui s’ajouteront à la liste de ceux qu’on a aimé chez eux. On s’est même fait à l’idée qu’ils ne surpasseront jamais leurs trois premiers albums. On n’attend pas de revirement brusque de leur part, qu’ils évoluent vers une disco salace ou que Stuart Staples prenne des allures de castrat. Ils ont déjà connu de relatifs changements de cap, mais sans se départir d’une certaine classe. Après les arrache-cœurs trois premiers albums par exemple, on a pu penser qu’ils s’affadissaient. Une écoute attentive de Can Our Love permet de voir à quel point on a pu avoir tort tant la distinction en exsude par tous les pores.

Pourtant, j’avoue avoir été un peu déçu par cet album. Oh, pas la crise qui force à réévaluer, non, juste l’impression que j’aurais pu me passer de ce Falling Down The Mountain. Quand je glane des critiques à gauche et à droite (ici par exemple), je peux voir que cet avis n’est pas unanime, loin s’en faut.

Keep You Beautiful est un morceau répétitif comme on a pu en entendre sur les albums solo de Stuart Staples. Je veux bien que ce soit un pur morceau d’ambiance, mais il manque quand même un peu d’enjeu, tout comme les agréables instrumentaux Hubbard Hills et Piano Music. Il manque sans doute un morceau comme Boobar sur le précédent The Hungry Saw ou tout morceau débordant d’émotion d’une manière générale. On épinglera quand même un bon She Rode Me Down un peu ‘Tindersticks au Far-West’ ainsi qu’un Factory Girls qui m’a séduit par la sobriété de son piano triste. Dans un contexte plus relevé il apparaitrait comme un morceau de transition alors qu’ici on l’accueille avec bienveillance.

Black Smoke est le morceau qui a priori devrait le plus décoller, mais il m’a laissé sur le côté. De même, Stuart Staples retient moins sa voix sur Harmony Around My Table mais les chœurs sont trop gentils pour l’exercice. Le moins bon pour moi étant les paroles un peu mièvres du dialogue de Peanuts. Il reste le spleen, la voix unique, mais qui ne convient pas à cette fantaisie et le décalage est pour moi loupé, voire irritant.

Dans leur longue discographie, celui-ci passera pour un coup pour rien ou comme une amorce de déclin selon la suite qui sera donnée à ce Falling Down A Mountain. Le fait est qu’au regard de ce qu’ils ont fait ou que d’autres proposent dans le registre de la pop soignée un peu crépusculaire, ceci est nettement un ton en dessous. Evidemment, le mauvais goût est une fois pour toutes banni chez eux mais je suis quand même un peu resté sur ma faim.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

5 Messages

  • Tindersticks - Falling Down The Mountain 29 janvier 2010 22:28, par le cousin de la reine de trèfle

    Avis partagé ..... un peu déçu à la première écoute , mais c’est pour le moment la SEULE écoute, alors , à revoir ...
    En tout cas TINDERSTICKS est toujours en marge du marécage ;
    et la classe , la permanence
    j’aimerai tant voir sur scène !
    bonne année de bonnes musiques à tous

    repondre message

    • Tindersticks - Falling Down The Mountain 1er février 2010 21:48, par Marc

      En effet, Tindersticks en live, c’est la grande classe. J’espère que tu pourras les voir. Ca me fait penser que je dois encore acheter des places d’ailleurs...
      Bonne année à toi aussi

      repondre message

      • Tindersticks - Falling Down The Mountain 3 novembre 2010 16:35, par mmarsupilami

        J’écoute ceci bien tard. Et je suis d’autant plus déçu que je trouvais le premier morceau très prometteur...

        Et puis, c’est du Tindersticks. Donc, bon.
        Mais, bon, est-ce suffisant ?

        repondre message

        • Tindersticks - Falling Down The Mountain 3 novembre 2010 17:12, par Marc

          Un Tindersticks en petite forme est toujours bon en effet, mais pas au point d’être réécouté.

          repondre message

          • Tindersticks - Falling Down The Mountain 13 novembre 2010 12:49, par le cousin de la reine de trêfle

            concert de TINDERSTICKS au TDA de ROUEN, ce 11 novembre : je l’avais tant attendu ! (et visiblement je n’étais pas le seul ...) sompteux, idéalement mélancolique, un triomphe mérité ... Beaucoup de respect pour le public (ce fut donc réciproque ), un grand moment, comme ceux vécus avec WOVEN HAND, LISA GERMANO, TINY VIPERS, NEIL YOUNG ...

            repondre message

  • Michele Ducci - Sive

    Un piano, une voix, voilà ce qui constitue le gros de ce premier album de l’Italien Michele Ducci. Mais il ne fait pas s’y tromper, celui qui était la moitié du groupe electro-pop M+A offre sur cette base un bel album d’une richesse réelle. Et surtout, on capte au passage quelques fort beaux morceaux.
    Notre préférence va sans doute à la simplicité de River qui frappe juste, ou alors au sol plus dense (...)

  • Beth Gibbons - Lives Outgrown

    Si après 15 années de Beak> et 5 albums, Geoff Barrow est toujours considéré comme ’le mec de Portishead’, que dire de Beth Gibbons qui s’est effacée de la vie publique depuis tant d’années ? Cette sortie a donc autant surpris qu’enchanté.
    Fort heureusement, musicalement, ce Lives Outgrown ne tente pas de souffler sur les braises du trip-hop. Et c’est intentionnel. Le résultat est donc moins ancré dans (...)

  • Sarah Mary Chadwick - Messages To God

    Dans une ère où toutes les émotions sont passées sous l’éteignoir d’une production qui lisse, il est plaisant de rencontrer des voix (forcément) discordantes comme celle de la Néo-Zélandaise Sarah Mary Chadwick sur son huitième album solo. On se frotte d’emblée à ce ton naturaliste et direct qui n’est pas sans rappeler Frida Hÿvonen. Frontal donc, d’une sincérité qui peut aller jusqu’au malaise. La dernière (...)

  • Anohni and the Jonsons - My Back Was a Bridge for You to Cross

    Une limitation connue de la critique est qu’elle intervient à un temps donné, dans un contexte. Or on sait que les avis ne sont jamais constants dans le temps. Ainsi si I am a Bird Now a beaucoup plu à l’époque, on le tient maintenant comme un des meilleurs albums de tous les temps, tous genres et époques confondus. Cette proximité crée aussi une attente quand que les Jonsons sont de nouveau de la (...)