Accueil > Musique > 2004 > Ghinzu : Blow

Ghinzu : Blow

jeudi 10 août 2006, par Marc


Quand on s’enthousiasme pour un album dont on ne connaît que des bribes, on s’expose à la déception. De plus, les messages et réactions glanées ci et là sur Internet étaient assez élogieuses. Et le premier album du groupe Electronic Jacuzzi, m’avait aussi beaucoup plu, en dépit du caractère inabouti mais tellement plein de promesses.

Alors on met le CD dans la platine. On est d’abord rassurés par le single Blow qui truste les radios (enfin, Pure FM quoi) mais dans une version de 7 minutes 30, flirtant avec le progressif (vilain mot bien défendu). On se rassure et on peut enfin en parler, avec le sourire aux lèvres (c’est l’effet que me fait la bonne musique, même si c’est du Nick Cave cafardeux).
Sortir un album de nos jours en revendiquant l’émotion est casse-pipe. Parce que les modèles du genre que sont Radiohead (le début de Horse a été entendu quelque part sur Hail to the thief) et Muse sont assez indéboulonnables. Et puis parce que si l’intensité n’y est pas, on sonne creux comme du Kyo.

Qu’est-ce qui pourrait dès lors sauver le groupe ? Rien d’autre qu’un bon vieux bordel à la belge, un je-ne-sais-quoi de pas propre et pas sérieux qui ramène à d’autres modèles du genre, dEUS (l’imprévisible Mine) et Moondog Jr en tête. Ils n’ont jamais peur de mettre du piano au service d’une montée (Dragster-wave, Sweet love), mais ce n’est pas la virtuosité et les prétentions symphoniques qui priment mais l’efficacité.

Par l’énergie dégagée ensuite, par le souci de faire non pas une musique qui réfléchit et qui pose, mais qui bouge sans trop de ficelles. On se surprend à souvent monter le son, ce qui est très bon signe. L’héritage noisy a été bien digéré. C’est une revendication de cette nouvelle scène. Si le début de 21st century crooners sonne comme du Muse (soyons francs), la suite est plus grisante, de ces musiques qu’on joue en fermant les yeux comme pour mieux profiter de l’instant qu’on vit et fait vivre. Pas de paroles, pour quoi faire, un tube ? Ils peuvent tout se permettre, le plus pompier (Horse) comme le plus intime (Jet sex).

Un album immédiatement attachant et qui le reste. La définition d’un album essentiel ? Ca y ressemble en tous cas. ( M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Baby Fire – Grace

    Les souvenirs ont parfois beau être anciens, ils peuvent être tenaces. Ce dont on se souvient de cet album de Baby Fire datant de 2011 (deux sont sortis depuis mais ont échappé à notre attention), c’est qu’il était plutôt abrasif. Onze ans plus tard, la situation a bien changé. Dans le casting tout d’abord puisque le duo est maintenant un trio formé de Ceìcile Gonay, Lucile Beauvais et Dominique Van Cappellen-Waldock.
    On avait déjà croisé cette dernière en tant que chanteuse de Keiki mais on a pu aussi (...)

  • Glass Museum – Reflet

    Il est étonnant de constater à quel point un concept simple sur le papier (un piano et une batterie) peut se décliner. Le troisième album (si on inclut Deux) du duo belge Glass Museum montre qu’il est même possible de faire évoluer la formule. Leur style était déjà bien affirmé et on connaissait leur versant plus percussif, surtout si on considère le piano comme un instrument à cordes frappées. Ils avaient ensuite injecté un peu d’électronique au mélange pour un résultat toujours musclé. Les envies du (...)

  • Unik Ubik – I’m Not Feng-shui

    Quand on avait entendu Maggie Débloque, on n’avait pas tout de suite succombé. Peut-être que l’idée de s’en prendre (justement) à une ministre démise depuis des lustres ne semble pas l’idée de l’année. Surtout parce que la musique à haute dose d’énergie et de complexité attend son moment. Il est arrivé plus tard, et il est arrivé, et l’album passe d’un coup d’un seul. Parce qu’une fois que l’envie est là, on apprécie cette étreinte qui jamais ne se desserre.
    Le chant décalé et choral est dans les canons (...)