Accueil > Critiques > 2004

Girls In Hawaii : From Here To There

jeudi 10 août 2006, par marc


Ainsi le voilà, le premier album de ces talentueuses jeunes pousses. Surfant sur cette vague de rock belge francophone en anglais (Ghinzu, Mudflow), on retrouve ici les principales qualités de cette scène, à savoir un talent et un ambition légitime.

Si l’entrée en matière de 9.00 am s’annonce prometteuse et confirmant la bonne impression laissée par les singles, on reste quand même un rien sur sa faim à l’écoute de la totalité de la plaque. Non qu’on en ait attendu monts et merveilles mais c’est le potentiel qui est rassurant. On sent un solide sens de la mélodie, de délicates compositions, rendant obligatoire la référence à Grandaddy (voire à Belle and Sebastian pour The fog) et un sens de l’arrangement bizarre qui doit être un ingrédient national.

La qualité de l’ensemble est très bonne, les prestations en concert sont encourageantes, tout pour devenir un bon groupe. Reste une complaisance dans les morceaux lents et langoureux (on ne lâche les guitares que sur Chemistry) qui ne pourra ravir que les amateurs de climats lents et méditatifs.

On cherche un peu le défaut, histoire de justifier l’adhésion complète mais sans ce petit je ne sais quoi qui le rendrait vraiment inoubliable.
Reste au total un album fort plaisant rempli de fort jolies choses (Organeum, Short song for a short mind). Girls in Hawaï n’est pas encore un grand mais a tout pour le devenir. On parie ? (M.)

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Chaton Laveur - Etat Sauvage

    Parfois il faut de la flexibilité mentale pour réconcilier des concepts. D’un côté on a un nom vraiment amusant mais improbable et une goutte d’eau qui poursuit un promeneur. De l’autre une musique qui revendique à juste titre une étiquette kraut-pop.
    Julie Odeurs et Pierre Lechien profitent donc de cette base solide qui permet la fantaisie par ailleurs. Laquelle peut s’exprime à travers des (...)

  • Billions of Comrades - Trotop

    Une certaine distance vis-à-vis des artistes qui sont critiqués ici rend incongrue la proximité géographique. 1480 est un morceau ici mais aussi un code postal. Y a-t-il une école wallonne de la turbulence ? Si on se réfère à La Jungle et ceci, ce n’est pas impossible. Est-ce une coïncidence s’ils font tous deux partie du catalogue Rockerill ? Nous ne le pensons pas.
    Mais cet album produit par Gil (...)

  • Danube - Cities

    Plusieurs morceaux étaient disponibles et ont attisé l’attente qui n’a pas été déçue par ce premier album de Danube dont les noms de morceaux sont des capitales européennes. Oui, un peu comme dans La Casa de Papel. Ce qui n’est pas clair par contre c’est qui se cache derrière ce projet. C’est secondaire évidemment, la musique primant tout.
    Quoi de plus compliqué à définir qu’un son ? C’est un challenge (...)

  • Factheory – Serenity In Chaos

    On avait déjà évoqué les musiques cold comme étant le pendant musical du cinéma de genre. Le groupe belge revendique d’ailleurs un statut d’artisans et d’amateurs dans l’acception de ceux qui aiment. Et on ne pourrait être plus exact. Mais n’allez pas en conclure que le résultat fleure l’amateurisme, ce n’est vraiment pas le cas parce qu’après une poignée d’EPs dont un qui avait capté notre attention, (...)