Accueil > Critiques > 2010

Here We Go Magic - Pigeons

dimanche 13 juin 2010, par marc

Psychédélimsme


Encore de douces harmonies vocales et un groupe qui semble avoir mis dans son régime alimentaire quelques substances que la justice réprouve. Une impression de déjà lu ? En tous cas, j’ai une impression de déjà écrit. Par contre, je ne vous avais pas encore entretenu de ce Luke Temple (de Broooklyn, c’était ça ou Canadien…) qui après un album entièrement bricolé tout seul, prend un peu d’ampleur et reçoit un peu d’aide pour son second album qui sort chez les excellents Secretly Canadians, qui a tout mon affection à la fois pour avoir un nom terrible et s’occuper (en partie parfois) de Frida Hyvönen, Bodies Of Water,I Love You But I’ve Chosen Darkness,, Throw Me The Statue ou Yeasayer.

Allez, on lance le mot tout de suite comme ça c’est fait : psychédélisme. Comme souvent dans ces cas, une fréquentation assidue de cet album permet de le distinguer de la masse de ses collègues (en gros Woods, Le Loup, Ruby Suns, vous connaissez la liste). Alors qu’on pense avoir trouvé la bonne étagère pour le classer, il se révèle au fil des écoutes. Si je vous dis que c’est attachant, je conçois que c’est juste ma parole qui fait foi.

L’orgue, par transitivité, peut évoquer Stereolab ou tous leurs acolytes. D’où l’inévitable (et voulue) impression de flottement (ou, plus prosaïquement, d’ennui) qui s’empare de Casual. Mais l’intérieur de leur style, il y a des possibilités de variété comme le prouve la ballade Bottom Feeder, la pop déjantée d’Old World United ou le délire de Vegetable Or Native, sorte de mélopée à la Animal Collective. Je préfère leur versant plus acide de Surprise. Avec des petites guitares acides et pointillistes sur une rythmique tendue mais discrète, c’est une version ensoleillée du Krautrock qui est proposée. Collector semble ainsi entériner le déménagement de Can à San Francisco. Moon est un peu plus éthéré, plus dans la veine Atlas Sound. Ils évoluent dans une dialectique bordel/rangement, entre liberté du psychédélisme et rigueur en défense allemande.

J’ai beau avoir le nombre réglementaire de doigts, mes deux mains suffisent à peine pour compter le nombre de groupes qui utilisent la veine lysergique de la musique. Et même avec les pieds en renfort, je n’arrive pas au compte. Mais nous ne sommes pas des entomologistes, juste des amateurs de musique. Et en tant qu’amateur donc, cette musique se justifie elle-même, par son ton détendu qui pousse au délassement et une certaine variété à l’intérieur d’un exercice de style a priori étriqué.

http://www.myspace.com/herewegomagic
http://herewegomagicband.tumblr.com/

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Here We Go Magic - Pigeons 14 juin 2010 17:54, par Benjamin F

    Pas mal déçu, je ne retrouve plus le brio des mélodies brinqueballantes de Luke Temple...

    repondre message

  • Here We Go Magic - Pigeons 11 mai 2012 02:05, par Leo

    Je tenais à relever par cet avis personnel que je suis réjoui du contenu de ce site. C’est rare mais les commentaires évitent d’être plombés par du spam de commentaires on peut ainsi tenir une réelle discussion. Merci c’est motivant.

    La meilleure mutuelle entrain


    Mutuelle Santé

    Découvrir une mutuel via la mutuelle force sud ! Votre mutuelle btp via une mutuelle civile de la defense

    repondre message

  • HEALTH - RAT WARS

    Même après des années passées à autre chose (des musiques de film, des versions disco), la puissance de feu d’HEALTH a laissé une trace manifeste. Mais il a fallu un rabatteur de qualité pour qu’on ne passe pas à côté de cet album. Le souvenir bien qu’ancien était toujours cuisant et on retrouve le trio avec un plaisir certain.
    Ils ont collaboré avec Nine Inch Nails ou Xiu Xiu et ces cousinages semblent (...)

  • Beirut – Hadsel

    Bien honnêtement, quand on a découvert Beirut en 2006, on ne se doutait pas qu’on allait suivre le jeune Zach Condon pendant plus de 17 ans. Cette musique fortement influencée par les fanfares balkaniques a suscité d’emblée l’intérêt mais le procédé semblait trop étriqué pour s’inscrire dans la longueur. On avait tort, forcément, et ceci en est un nouveau rappel.
    En première écoute, ce Hadsel est plutôt en (...)

  • Animal Collective – Isn’t It Now ?

    A une époque où la modernité n’est plus une vertu cardinale, il peut être étonnant de retrouver cette conjonction de talents (Avey Tare, Panda Bear, Deakin et Geologist) aussi en forme après près d’un quart de siècle d’existence. Avec Time Skiffs, on pouvait clairement parler d’une nouvelle période pour le groupe, un revirement vers plus de musique ‘figurative’ par opposition aux brillants collages (...)

  • Caleb Nichols - Let’s Look Back

    L’artiste qui aura fait le plus parler de lui en 16 mois est un prix qui ne rapporte rien sinon des critiques multiples et sans doute un peu de confusion de la part d’un lectorat débordé. Bref, après avoir pris congé de Soft People, l’actif Caleb nous a donné un album un opéra rock Beatles queer puis deux EP qui mélangeaient chansons et poèmes autour du personnage semi-autobiographique de Chantal. Sa (...)