Accueil > Critiques > 2011

Rafale - Obsessions

lundi 2 mai 2011, par marc

Melting-pot daté


C’est rarement le cas, mais le producteur de ce premier album des Français de Rafale m’est mieux connu que les deux autres protagonistes Julien Henry et Marc Aumont. Arnaud Rebotini est en effet connu aussi bien pour son travail avec Black Strobe que pour ses œuvres solo ; j’avoue être plus familier du groupe, pas toujours d’une subtilité folle, mais qui reste amusant sur scène, où son côté Motöthead electro est à même d’assurer le spectacle. On ne sera donc pas surpris de retrouver (souvent en plus subtil, ce qui n’est pas un exploit en soi) la même énergie exprimée sur un son lourd et menaçant. C’est exactement comme ça que commence cet album en tous cas.

Première constatation, la variété est bien présente, à tel point qu’on les sent très soucieux de couvrir le spectre le plus large possible. Ce qui nous amène logiquement à préférer certains morceaux à d’autres tout simplement parce que le style nous parle plus. Mais ce n’est pas un passage en revue exhaustif, vu que beaucoup des tendances actuelles (le dubstep par exemple) ne sont pas abordés, pour privilégier quelques sons plus datés.

Rafale est sans doute en ordre de cotisation auprès de la FFD (Fédération Française de Distorsion), ce qui nous vaut un Life In Mono d’une subtilité toute relative mais qui n’a pas été testé par nos soins dans des conditions d’utilisation réelles (c’est-à-dire sur un dancefloor pas trop tôt et pas trop à jeun non plus). On retrouve donc une veine Ed Banger qu’on pensait éteinte, de même qu’un soupçon de revival electroclash (Revival ou L’Animal), quand on ne rappelle pas carrément l’Italo-disco à notre bon souvenir sur Endless Disco. Mais le tout est passé à leur sauce, donc plutôt puissant et lourd. D’une manière générale, il faut dont aimer le spectaculaire, la pyrotechnie et la puissance.

Cette matrice peut se teinter de trance Everglades, mais personnellement, dans le genre, ma préférence va à l’entêtant Never Ever, plus léger et qui semble vouloir faire revivre l’allant de certains Underworld. a leur crédit, on peut aussi dire qu’insérer des instrumentaux est une bonne idée. Ils permettent en tous cas de ne pas laisser retomber l’ambiance sans forcer à une suite ininterrompue de morceaux sudoripares.

Écouter dans des conditions calmes un album très varié et qui vise le dancefloor n’est pas le meilleur service qu’on puisse rendre au premier album de Rafale. Certains morceaux séduisent vraiment, et l’ensemble ne manque pas de cohérence malgré la versatilité, mais l’impression de déjà-entendu reste un peu trop prégnante vient contrebalancer la cohérence du son de ce disque.

http://rafale.tv/
http://www.myspace.com/rafalemusic

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Tinlicker – Cold Enough For snow

    Chacun va mettre sa ligne rouge sur cet album du duo de producteurs bataves Micha Heyboer and Jordi van Achthoven. C’est forcé tant cet album oscille entre trop et beaucoup trop, délicatesse et évanescence. Mais il est aussi impossible de ne pas trouver son compte non plus. Ce continuum qui va de la pop dansante et cotonneuse à du matos pour une rave à 4 heures du matin est en tout cas assez (...)

  • Jonas Albrecht - Schrei Mich Nicht So An Ich Bin In Trance Baby

    Si ce n’est pas trop visible pour le lecteur, certains distributeurs participent beaucoup à la ligne éditoriale. Parmi eux, Five Roses tient la pole position. Si l’éclectisme est remarquable, une des constantes est la présence d’artistes qui manipulent la percussion comme matière première. Dans un passé récent, on a eu le dernier Peter Kernel, la claque de Parquet et tous les projets d’Anthony Laguerre (...)

  • Parquet – Sparkles & Mud

    Alors que la technologie tente depuis très longtemps d’avoir des équivalents numériques à tous les instruments qui existent, la démarche de certaines formations va dans le sens opposé. Certes, c’est parfois anecdotique quand certains se présentent comme fanfare techno (Meute) mais dans le cas qui nous occupe, la force de frappe est indéniable.
    Parquet a été fondé en 2014 par Sébastien Brun qui a déjà (...)

  • Odyssée - Arid Fields

    La nature est un décor, certes, mais pour beaucoup de musiciens, c’est un contexte, voire une inspiration. On se souvient par exemple des expériences Echolocation d’Andrew Bird ou des prestations au grand air de Kwoon, la liste étant loin d’être exhaustive. Odyssée est Edouard Lebrun et, installé dans un chalet des Alpes depuis 2020, il a développé un système de synthétiseur auto-alimenté qui lui (...)

  • Ladytron - Time’s Arrow

    Il ne faudra pas beaucoup de temps pour renouer avec Ladytron, quelques secondes ont suffi pour que cette voix et son écho qui maintient un peu de mystère reviennent avec leur charriot de souvenirs (c’est comme un charriot de desserts mais plus nostalgique).
    C’est leur ADN, leur marque de fabrique depuis qu’ils ont émergé avec l’electroclash. On ne s’étonnera donc pas de retrouver des sons plus (...)

  • Marie Davidson - Working Class Woman

    Vous avez peut-être déjà entendu parler de Marie Davidson en tant que moitié du duo darkwave Essaie Pas qui nous plait beaucoup ici. Ceci est son premier album sur Ninja Tune, son quatrième en tout et s’il pourra plaire sans souci aux amateurs de la formation de base, il a suffisamment de spécificité pour s’imposer de lui-même.
    Comme pour Essaie Pas, on est un peu dans la queue de comète (...)

  • DJ Shadow - The Less You Know, the Better

    Au plus que, au mieux que
    « Here we are now at the middle. More and more, I have the feeling that we are getting nowhere. Slowly, we are getting nowhere... and that is a pleasure. » Voilà par quel soliloque DJ Shadow scinde les deux faces de son nouvel album, entre une première moitié relativement déroutante et une seconde nettement plus familière. Décidément insaisissable, Josh Davis n’a jamais (...)

  • Agoria - Impermanence

    La permanence dans le changement
    Sacré Agoria. Capable de tracer des ponts imaginaires entre électro pointue et bidouillage bon enfant (“Blossom”). De convier sur un même album, il y a cinq ans, Princess Superstar et Peter Murphy (“The Green Armchair”). D’enrober un navet avec une bande originale anxiogène et des intentions ambiguës – relever le niveau ou tirer sur l’ambulance (“Go Fast”) ? Bref, un (...)