Accueil > Critiques > 2011

Vitas Gerulaitis - Vitas Gerulaitis

mardi 12 juillet 2011, par marc

Smash dans les oreilles


Les sorties de Cheap Satanism sont souvent pour moi des incursions dans l’inconnu, à la lisière de ce que j’écoute habituellement, des tests d’ouverture pour mes oreilles. Et on peut dire que ce groupe au nom de tennisman roumain m’a occasionnellement forcé à sortir de ma zone de confort.

Il me faut être honnête, mes nerfs ont parfois été mis à l’épreuve, et je ne garderais les vocalises et les cris de Panda Géant que pour les occasions où un état nerveux tendu est requis (quoique à la réflexion, aucun exemple ne me vienne). Quand ce morceau se radoucit, je fais de même. Il faut que je sois disposé pour le déluge sonore contrôlé de Tu T’énerves Pas dont la voix faussement naïve m’a fait penser à quelques Vive La Fête millésimés. D’une manière générale, je me demande ce que ces morceaux ont à gagner à ces éructations un peu free, et il faut attendre que plusieurs entrent en jeu (Quinze Août) pour tenter de comprendre. Il faut aussi dire que les incrustations de dialogues sont souvent judicieuses (Méchante Armée).

C’est donc très déstructuré dans le chant, avec des rythmiques qui jouent aux montagnes russes. On en vient naturellement à songer à Battles, surtout que leur très réjouissant album est sur le gril en même temps. Evidemment, les américains en deviennent pop en comparaison, et l’immédiateté d’une des réussites de l’année fait inévitablement un peu d’ombre.

Oui, il existe bien des formations qui évoluent en toute liberté, qui laissent libre cours à leurs envies les plus débridées, quitte à prendre l’auditeur consentant à contre-poil, avec obligation pour celui-ci de faire son propre tri, ses propres choix. C’est le prix à payer pour celui qui ose s’aventurer, se mettre un peu en danger avec cette musique expérimentale et rigolote. Essayez quand même pour voir.

Ca s’écoute et s’achète ici : http://www.myspace.com/vitasguerulaitis

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Oootoko - Oootoko

    l y a plusieurs expressions qui attirent immédiatement notre attention. Et big band n’en fait pas vraiment partie. Mais il faut reconnaitre que les effectifs pléthoriques sont aussi une belle façon de susciter l’ampleur. C’est précisément ce qui rend Oootoko immédiatement sympathique.
    Impossible donc de valablement tenter le jeu des étiquettes. Même le terme générique de ’musique instrumentale’ ne (...)

  • Ultra Sunn - US

    Suivre des artistes, découvrir de prometteurs EP et puis écouter leur premier album qui confirme tout le potentiel soupçonné, c’est vraiment un des plaisirs de cet étrange hobby. Et dans les EP qui nous avaient vraiment plu (et pas qu’à nous si on en juge par l’ampleur de leur tournée), le duo bruxellois se plaçait assez haut. Gaelle Souflet et Sam Huge nous reviennent donc US qu’ils ont écrit, (...)

  • Dan San - Suite

    On se doutait bien à l’écoute de l’excellent Grand Salon que l’évolution de Dan San n’était pas temporaire. En clair, ils ont un plan. Rappelons que pour les autres envies, les membres font aussi partie de formations comme The Feather, Pale Grey ou Condore. Donc, quand ils reviennent au camp de base, c’est pour se donner les moyens de converger ensemble vers un style identifiable. La mise en son est (...)

  • Chaton Laveur - Etat Sauvage

    Parfois il faut de la flexibilité mentale pour réconcilier des concepts. D’un côté on a un nom vraiment amusant mais improbable et une goutte d’eau qui poursuit un promeneur. De l’autre une musique qui revendique à juste titre une étiquette kraut-pop.
    Julie Odeurs et Pierre Lechien profitent donc de cette base solide qui permet la fantaisie par ailleurs. Laquelle peut s’exprime à travers des (...)