Accueil > Critiques > 2011

The Rapture - The Grace Of Your Love

dimanche 18 septembre 2011, par marc


Je l’avoue, on ne sait plus trop quoi attendre d’un album de The Rapture en 2011, huit ans après avoir découvert leur premier album pour une de mes premières critiques en ligne. On ne se doutait pas qu’on allait encore manger du post-punk à tous les repas pendant des années, et encore moins que les synthés les plus honteux allaient remonter à la surface régressive. Mais Echoes reste brulant huit ans après. On en a connus des groupes qui sortent des premiers albums ardents avant de tenter une écriture plus classique ou différente. Dans ceux dont on écoute plus volontiers le premier album que les suivants, on peut ajouter Foals, Bloc Party, Clap Your Hands Say Yeah, Franz Ferdinand, The Killers. Je suis certain que vous avez des noms pour compléter la liste. The Rapture était un bon candidat pour se joindre au nombre mais on va voir qu’il convient de nuancer.

Se tenir à la lisière de l’electro et du rock est à la fois une facilité et un risque. Ils savent manier un clavier simple pour qu’un morceau prenne son envol (In The Grace Of Your Love). L’autre bonne idée est de rendre la batterie en léger décalage. On connait trop de choses loupées dans le genre (Ghostland Observatory) pour ne pas apprécier. Le post-punk fiévreux des débuts est un peu loin maintenant, mais ils semblent en avoir fait leur deuil, ou plutôt de ne s’en souvenir que sur certains morceaux. Can You Find A Way ? semble par exemple exécutée par des machines prises de fièvre. Et oui, ils ont même dépoussiéré leurs cowbells le temps d’un Never Die Again. C’est en exhumant ainsi cette réminiscence qu’on se rend compte du temps qui a passé. Depuis, les chefs de file comme LCD Soundsystem se sont encore améliorés avant de tourner en rond, et d’autres tendances ont émergé. On peut se référer à Yeasayer sur Miss You.

Le premier morceau est spectaculaire en tous cas, et laisse retomber la pression à la manière d’une digression floydienne première époque. On constatera d’ailleurs cette propension à proposer des morceaux en deux temps assez différents, comme incluant une digression un peu étouffée et inquiétante (Come Back To Me). En première écoute, certains morceaux se révèlent envoutants (Children) ou révèlent de chouette gimmicks (l’accordéon de Come Back To Me).

Si on peut très bien ne pas tout apprécier (pénible voix de tête sur Blue Bird) , il est indéniable que je vois cet album comme une des bonnes surprises de la rentrée. Parce qu’il reste visiblement assez d’idées et d’envie chez The Rapture pour livrer un album qui n’essaie pas de tenir sur le ressac d’une vague qu’ils ont contribué à créer mais est simplement une preuve qu’un bon groupe peut revenir frapper à n’importe quel moment.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

1 Message

  • The Rapture - The Grace Of Your Love 19 septembre 2011 19:02, par Pistol Pete

    Un des rares albums que j’ai eu le temps d’écouter cette rentrée ! Avis partagé. Je n’attendais plus grand chose du groupe, mais faut avouer que l’album est plutôt réussi pour peu que l’on apprécie le genre. Les bons ingrédients étaient réunis faut dire :

    - Le groupe compte un membre de moins, le micro n’est plus partagé ! Niveau cohésion, ça aide...
    - Changement de label ! (Adieu Universal)
    - Les bons conseils de Philippe Zdar, producteur qui grimpe en flèche en ce moment.

    Dans ceux dont on écoute plus volontiers le premier album que les suivants, on peut ajouter Foals, Bloc Party, Clap Your Hands Say Yeah, Franz Ferdinand, The Killers. Je suis certain que vous avez des noms pour compléter la liste.

    Cruellement vrai hélas. Je rajouterai Alela Diane, sans chercher plus loin que ça.

    Sur ce je file lire ce que dit ton collègue de Deus, un autre groupe dont je n’attends rien depuis... longtemps.

    repondre message

  • of Montreal - Lady on the Cusp

    Un jour, on devrait faire gober la discographie d’Of Montreal à une AI et voir si elle arrive à prévoir la direction de l’album suivant. A notre peu algorithmique niveau, un album plus apaisé devait succéder au nerveux Freewave Lucifer f mais en abordant la douzième critique d’un de ses albums, on sait que la prédiction est difficile. Ce qui est compliqué en fait, c’est que le climat d’un album dépend (...)

  • Habibi - Dreamachine

    Habibi est un groupe féminin comme on les aime, c’est-à-dire avec une forte personnalité. Certes, on distingue chez le groupe de Brooklyn un cousinage avec des choses comme Warpaint (en moins froid) mais l’étendue de leur palette est assez marquante.
    Si on entame les hostilités du côté plus anguleux avec On The Road, elles peuvent aussi réussir la pop vaporeuse et très mélodique d’In My Dreams ou le (...)

  • Vampire Weekend - Only God Was Above Us

    Peut-on survivre à la hype ? Si on en croit la longévité de Vampire Weekend, la réponse est indéniablement positive. Ayant été très tôt sur la balle, ça fait longtemps que le groupe de Brooklyn nous accompagne. Après deux premiers albums irrésistibles puis deux autresplus hétérogènes dans les intentions et le résultat, on les retrouve en très bonne forme. Sans doute qu’avec un peu de recul, cette évolution (...)

  • Menomena - The Insulation (EP)

    On ne va pas se lancer dans une thèse sur la musique indé du Pacific Northwest pour trois nouveaux titres, mais il est bon de rappeler que la formation de Portland a beaucoup mieux que d’autres encapsulé le son d’une époque, cristallisé l’excitation d’un moment qui a irradié jusqu’en Europe. Sur place, c’étaient des héros locaux, un point de ralliement inévitable. On a tous cherché un là-bas exemplaire d’I (...)