Accueil > Musique > 2011 > Blanck Mass - Blanck Mass

Blanck Mass - Blanck Mass

mercredi 21 septembre 2011, par Laurent

Dans « abscons », il y a « abs »


Soyons fou et allons loin dans l’intime. Juste entre nous, j’ai un aveu à vous faire, un gros défaut à confesser : j’ai horreur d’attendre. Faire la file, tout ça... pouah ! Très peu pour moi : c’en est maladif. Vous allez me dire que dans le domaine de la production musicale, il faut justement savoir se montrer patient : sentir poindre l’excitation en attendant la sortie d’un nouveau disque, laisser à un artiste le temps de mûrir, donner la chance à un album de nous révéler ses profondeurs secrètes. Un bon point pour vous.

Seulement voilà, dans le cas du projet solitaire de Benjamin Power, moitié des épatants (et feus ?) Fuck Buttons, le problème ne se situe pas du tout là. Non non : le problème, voyez-vous, c’est qu’en écoutant l’album de Blanck Mass, on attend plus d’une heure durant qu’il se passe quelque chose, et qu’il ne s’y passe rien. Armé de bonne volonté, on traverse Sift Gold en se disant que ce n’est qu’une introduction, que les choses sérieuses vont commencer avec le long Sundowner. Mais on a tout juste droit à un bidouillage abscons, quelques notes de synthé mièvre sous trois couches de crépit.

C’est quoi, au juste ? Ambient ? Electronica ? Fusion prog-barbatruc ? Les lignes mélodiques qui sous-tendent Chernobyl sont d’un simplisme limite niais : Moby ne faisait rien de moins il y a vingt ans. Sur Raw Deal, on a l’impression de se farcir dix minutes de relaxation au son du chant des baleines bleues de la mer Baltique – crispante, la relaxation ! On a beau chercher, rien ne mentionne que ce disque soit la bande originale d’un épisode d’“Ushuaïa”. Non, ça se présente bien comme un album, avec une vraisemblable intention aventureuse. Mais les maigres variations rythmiques proposées par Sub Serious, tout comme le bêtement bruitiste Land Disasters, ne font que l’enfoncer dans la platitude.

L’espoir renaît sur Fuckers (de boutons ?) ; une voix étouffée vaguement perceptible semble annoncer un changement. Las ! Tout ça est paresseusement mis en boucle durant deux minutes qui en paraissent dix. Que dire alors de What You Know, qui titille carrément le quart d’heure ? Eh bien c’est contre toute attente la plage la plus intéressante de cet effroyable pensum, avec aussi un Weakling Flier de clôture qui s’offre de beaux allers-retours sur une nappe mélodique familière. Souci : on la jurerait calquée sur Supercollider, récent morceau obscur de Radiohead.

Pas fichu d’être un tant soit peu original, “Blanck Mass” se révèle a posteriori d’une incroyable prétention. Venant de quelqu’un à moitié responsable de “Tarot Sport”, ça déçoit pour le moins. On peut tout de même accorder à Benjamin Power d’avoir judicieusement choisi l’intitulé de son projet. Au fond, Blanck Mass pourrait se traduire vulgairement par « gros tas de rien du tout ». Et sans qu’on puisse qualifier ce fatras sonore de bruit blanc, on ne peut que constater, avec dépit, sa triste vacuité.

Article Ecrit par Laurent

Répondre à cet article

  • Piles - Una Volta

    Il y a des noms qui n’évoquent guère avant qu’on ne les croise dans des projets emballants à très courts intervalles. Ce projet à trois batteurs, Guigou Chevenier, Michel Deltruc et Anthony Laguerre se place en effet dans le sillage du Club Cactus dont on vous a parlé récemment. D’autant plus que le dernier nommé est membre des deux formations et de Filiamotsa. Mais à l’inverse des deux autres groupes, il n’y a pas d’invités vocaux au programme. Il y a bien quelques extraits sonores sur Materials in Us (...)

  • The Defigureheads - Chaos and Cosmos

    Si les noms de groupe issus de chansons célèbres sont légion (de dEUS à Radiohead en passant par Sisters of Mercy), je ne parierais pas que The Defigureheads fasse référence au légendaire album de The Cure. Parce que le genre pratiqué est un rock très teinté par les années ’70. Donc ce n’est l’originalité qui prime mais la compétence et la passion. Et sur ces deux fronts, le trio français répond à l’attente.
    Dans le genre, on s’est habitués au versant psychédélique et stoner du genre et ce n’est pas (...)

  • Björk - Biophilia

    J’aime, j’aime la vie
    Dans la musique de Björk, il a toujours été question de recherche : la quête d’un équilibre parfait entre sa soif d’explorations sonores et son profond enracinement pop. Comme les deux facettes d’une personnalité schizophrène, tantôt la chanteuse a-t-elle gardé les pieds sur terre, tantôt s’est-elle laissé dominer par ses délires visionnaires. Et si sa discographie, toujours exigeante, est à peu près exempte de reproches, l’équilibre a rarement été atteint. “Debut” et “Post” : trop (...)

  • Séance de rattrapage n°7 - Atmosphérique

    Pour s’enfiler quelque chose d’un peu plus digeste le week-end, revenons sur quelques disques dont on n’a pas trouvé l’occasion de parler en long et en large. Du coup, autant en parler vite et bien, comme ça vous ne pourrez pas dire qu’on ne vous aura pas prévenus... Cette semaine, voici dix albums pour se balader dans le pur éther, entre pop atmosphérique et errements progressifs, pour décrocher la lune et plus si affinités.
    Braids – Native Speaker Qu’attendre d’un groupe qui s’est affublé du nom (...)