Accueil > Critiques > 2011

Feist - Metals

jeudi 24 novembre 2011, par marc

Par la main


En deux albums, Feist est devenue une grande, à tel point que sortir un album est en soi prendre un risque. Oser se mesurer à sa production passée est un challenge, sans compter sur l’important contingent de chanteuses douées et attachantes qu’on a découvert ces dernières années. On a depuis eu la relecture so trendy, affectée et finalement fidèle de son Limit To Your Love de James Blake. Et surtout, il y a eu cette déferlante d’artistes sures de leur talent et avides d’en découdre. Citons dans des registres pas trop éloignés Deb Oh (la plus proche du style, même si elle n’a livré qu’un EP), Lia Ices ou Little Scream.

Pas la peine de réécouter dare-dare les deux précédents, ils sont tellement passés en boucle qu’on en connait très bien tous les recoins. Alors qu’on reconnait tout de suite un album de l’amie Leslie, il m’a fallu du temps pour qu’il infuse, que sa richesse se dévoile. Parce qu’il y a moins de morceaux qui clouent dès la première écoute. Mais elle garde sa manière unique de ne pas aller droit au but sans pour autant se perdre, par la grâce d’arrangements brillants mais discrets. Alors que St Vincent m’avait perdu en route, Feist m’a tenu la main comme l’amie fidèle qu’elle est.

C’est souvent ça le plaisir caché et pas immédiat de cet album, ces morceaux qui réservent des variations finales (Caught A Long Wind), des retours par vagues dont le ressac finit par emporter (Graveyard). Ce style chaloupé, distant et chaleureux, d’une folle intimité, est toujours là (How Come You Never Go There ?). Même si c’est surtout une chanteuse à la forte personnalité, elle n’a pas peur de laisser la musique prendre le dessus (Caught A long Wind). Et si Leslie reste une de ces chanteuses qui peuvent tenir avec trois accords de guitare électrique avant de voir débouler du renfort (Comfort Me), il faut ici oublier les guitares qui fendaient les morceaux pour leur insuffler de l’intensité comme sur The Reminder. Tout au plus trouve-t-on quelques notes bien senties sur Anti Pioneer, blues détendu qui pêche peut-être de la comparaison avec le reste plus touffu et réussi. Bittersweet Melodies a la texture lâche de bien des choses intéressantes et actuelles (Le Loup, ce genre), la voix top en sus.

Feist garde toujours une place particulière dans nos cœurs. Un minimum d’objectivité est tout de même nécessaire pour constater que ce Metals n’a pas le potentiel immédiat d’émotion de ses deux prédécesseurs. Mais les écoutes successives ont fait pencher la balance en faveur de cet album encore une fois immensément attachant. La voix de Leslie Feist emporte le morceau, et cet album abordé avec appréhension a fait son chemin, et nous donne de quoi attendre longtemps la suite. Et montre aussi à toutes ses talentueuses émules comment on reste pertinente sur la longueur.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Bélier Mérinos - Triste mais en tout temps joyeux

    On en a connu, des noms d’animaux. Etrange à dire sans doute, mais le nom derrière lequel se cache Geoffroy Pacot correspond plutôt à la musique, fondamentalement champêtre mais dénuée de pittoresque.
    Traduire un paysage en musique est sans doute une des entreprises les plus compliquées qui soient mais ce genre de post-rock bucolique y arrive, avec ce qu’il faut de field recordings et d’arpèges (...)

  • Villagers – That Golden Time

    Villagers, c’est quinze ans d’intense délicatesse. Le projet presque solo de Conor O’Brien nous a depuis longtemps habitués à osciller entre une vraie délicatesse et plus d’ampleur. Celui-ci est franchement évanescent en première écoute, d’ailleurs j’étais un peu passé à côté pour être honnête. Il peut se faire plus lyrique, on le sait.
    Mais même sur Truly Alone, la subtilité est là, avec son petit clavier (...)

  • Binidu - //

    Si on avait croisé le chemin de Vincent Dupas quand il officiait en tant que My Name Is Nobody, on était passés à côté de ce projet qu’il partage avec Jean Baptiste Geoffroy et Jérôme Vassereau (ils sont aussi tous membres de Pneu). Le troisième album en onze sera donc l’occasion de faire la découverte.
    On sent dès le début de We Grew Apart que le morceau ne restera pas aussi désolé et de fait une (...)

  • Dan San - Suite

    On se doutait bien à l’écoute de l’excellent Grand Salon que l’évolution de Dan San n’était pas temporaire. En clair, ils ont un plan. Rappelons que pour les autres envies, les membres font aussi partie de formations comme The Feather, Pale Grey ou Condore. Donc, quand ils reviennent au camp de base, c’est pour se donner les moyens de converger ensemble vers un style identifiable. La mise en son est (...)