Accueil > Critiques > 2012

Spain - The Soul of Spain

vendredi 11 mai 2012, par marc


Il est rare qu’à ce point un état d’esprit soit lié à un groupe. Spleen pourrait rimer avec Spain, tant le temps de deux albums qui ont arrêté le temps (The Blue Moods Of Spain et She Haunts My Dreams), ils ont su rendre leur mélancolie cotonneuse presque palpable. Soyons honnêtes aussi, le troisième I Believe est depuis longtemps effacé de nos mémoires.

La musique de Spain peut ne pas être passionnante, à la limite, elle ne doit pas. Parce que dans le meilleur des cas, il y a ce potentiel de fascination, cette intimité extrême et cet froideur d’aspect en même temps. Vous le constatez, des qualités bien subjectives et extrêmement dépendantes du ressenti.

Ils arrivent en tout cas à retenir notre attention avec le bourdonnement de Because Your Love mais quand ils se lancent avec Miracle Man dans un noisy-rock placide, on baille carrément. Tout comme on se perd dans le décousu chorus final d’All I Can Give, moins en place que l’apport du piano sur Without a Sound. On le voit, le contre-emploi n’est que rarement convaincant. Évoluer est une intention louable, sauf quand on s’éloigne trop de ce qu’on fait bien.

Et ce qu’ils ont toujours bien fait, ce sont ces morceaux forcément longs, notamment parce que pour Josh Hadden, prononcer un mot peut prendre un petit temps. On retrouve les soli très lents et aigus sur le très lent également I Love You. C’est ce qui est le plus caractéristique évidemment. Du coup, un morceau qui aurait pu être banal pour eux comme Falling prend un relief particulier. Only One donne l’impression qu’on est en 1995, que je dois me mettre à étudier pour la session de juin. Et puis non, on se ressaisit. Non, rien n’a changé pour eux, mais rien ne doit changer. On ne demande pas à un groupe comme ça de mener la danse, de pointer du doigt la direction de la recherche sonore. Et si ça ne fonctionne pas, il suffit peut-être d’attendre le bon moment. Et il y en a forcément un pour cette musique-là. Cela dit, le tempo est moins uniformément arrêté que par le passé, ce qui pourra donner des regrets aux fans de la première heure mais rend l’écoute moins réservée à des moments particuliers.

Mais il faut garder les yeux ouverts, la fascination mélancolique est moins présente, moins défendable. L’intransigeance de la lenteur, qu’on retrouvait sur des deux premiers albums de Spain ou chez d’autres comme Susanna, était non pas une composante ou une spécificité, c’était l’essence même d’une courte discographie qui a marqué toute une frange de l’audience. Difficile de dire si quelqu’un qui n’a pas connu ces albums en temps et en heure (quelqu’un de moins de trente ans donc) pourra facilement succomber. Vu que cet album m’a surtout donné envie de dépoussiérer les deux premiers, je pense que la réponse est négative.

http://www.spaintheband.com

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Michele Ducci - Sive

    Un piano, une voix, voilà ce qui constitue le gros de ce premier album de l’Italien Michele Ducci. Mais il ne fait pas s’y tromper, celui qui était la moitié du groupe electro-pop M+A offre sur cette base un bel album d’une richesse réelle. Et surtout, on capte au passage quelques fort beaux morceaux.
    Notre préférence va sans doute à la simplicité de River qui frappe juste, ou alors au sol plus dense (...)

  • Beth Gibbons - Lives Outgrown

    Si après 15 années de Beak> et 5 albums, Geoff Barrow est toujours considéré comme ’le mec de Portishead’, que dire de Beth Gibbons qui s’est effacée de la vie publique depuis tant d’années ? Cette sortie a donc autant surpris qu’enchanté.
    Fort heureusement, musicalement, ce Lives Outgrown ne tente pas de souffler sur les braises du trip-hop. Et c’est intentionnel. Le résultat est donc moins ancré dans (...)

  • Sarah Mary Chadwick - Messages To God

    Dans une ère où toutes les émotions sont passées sous l’éteignoir d’une production qui lisse, il est plaisant de rencontrer des voix (forcément) discordantes comme celle de la Néo-Zélandaise Sarah Mary Chadwick sur son huitième album solo. On se frotte d’emblée à ce ton naturaliste et direct qui n’est pas sans rappeler Frida Hÿvonen. Frontal donc, d’une sincérité qui peut aller jusqu’au malaise. La dernière (...)

  • Anohni and the Jonsons - My Back Was a Bridge for You to Cross

    Une limitation connue de la critique est qu’elle intervient à un temps donné, dans un contexte. Or on sait que les avis ne sont jamais constants dans le temps. Ainsi si I am a Bird Now a beaucoup plu à l’époque, on le tient maintenant comme un des meilleurs albums de tous les temps, tous genres et époques confondus. Cette proximité crée aussi une attente quand que les Jonsons sont de nouveau de la (...)