Accueil > Musique > 2004 > Wilco : A Ghost Is Born

Wilco : A Ghost Is Born

vendredi 11 août 2006, par Marc


Quand ça commence par du piano aussi nettement sous mixé et intimiste, on craint le mauvais délire neurasthénique. Mais quand le riff de At least that’s what you said déboule et dégénère en pièce saturée digne des meilleurs moments électriques de Neil young et son Crazy Horse, on garde l’oreille attentive.

Et on a bien raison car cet album mature et plein mérite le détour. Laissez-lui quand même plusieurs écoutes pour qu’il livre tous ses secrets. En effet, les montées d’un morceau comme Muzzle of bees ou Hummingbird méritent une plus ample attention, pour voir comment on se fait mener là où on est. La première référence qui vient en tête est une certaine vision du rock progressif que l’on retrouve chez les longues plages de Mellon Collie etc... des Smashing Pumpkins. A des choses plus récentes comme Essex Green par exemple. L’ambiance est langoureuse mais pas plombée, le son vintage seventies (piano+guitare parfois déstructurée) mas pas passéiste.

Evidemment, on retrouve un défaut inévitable de ces musiques ciselées : elle ne résiste pas à une écoute distraite ou en sourdine. Autre chose, on appréciera cet album d’autant mieux par petits morceaux, comme de petites sucreries de fin de journée et l’écoute en boucle déforce le propos.
En ratrappant sur Internet un concert manqué de cet année à Werchter, on peut dire que les morceaux, pour denses qu’ils soient, résistent parfaitement au traitement scénique.

Un disque qui résistera au temps et aux modes. Loin des groupes en ’The’ et des hypes de la semaine, cette musique intimiste mérite le détour. (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)

  • Band of Horses - Things Are Great

    On s’est depuis longtemps habitués à ne pas rechercher chez des groupes le frisson de leurs débuts. Quand ceux-ci remontent à plus de quinze ans, c’est une nécessité. Pourtant, certains arrivent à garder leur attrait même si les raisons de notre attachement ont changé. Dit plus simplement, on n’attendait pas énormément de choses d’un nouvel album de Band of Horses.
    Warning Signs nous cueille donc à froid, on n’avait plus entendu de morceau aussi saignant de leur part depuis belle lurette. Depuis leur (...)