Accueil > Critiques > 2013

Villagers - {Awayland}

mardi 29 janvier 2013, par marc

En route vers le succès ?


Sans doute que les artistes ne pensent pas toujours au positionnement marketing, mais il semble y avoir un espace immense entre les machines de guerre sans (plus) d’âme à la Coldplay et les chanteurs folk minimalistes excellents mais sans doute condamnés à une diffusion limitée comme son compatriote Fionn Regan. Il faut pour cela montrer une belle assurance, sans renier une écriture soignée.

On l’a encore vu récemment, une position de repli courante est de bétonner le son, de faire appel à de plus gros synthétiseurs. Ce n’est pas ce que l’Irlandais Conor O’Brien suit, puisqu’il réussit à préserver une certaine intimité tout en poussant plus loin ce qu’on avait entendu sur le prometteur Becoming A Jackal. La voix, bien que clairement en avant, semble toujours assez discrète. Elle ne se lance pas dans de grandes envolées, ce qui pourrait passer pour de la modestie. Pourtant, on sent une vraie motivation (ce terme convient mieux qu’ambition) qui jamais ne dégénère. C’est une bonne idée de ne pas trop en faire dans ce secteur.

Comme je l’ai découvert tout seul à la guitare (en ouverture d’Owen Pallett), il faut se faire à cette ampleur pop. Tout commence d’ailleurs par un bon morceau délicat, mais traité sur un mode motivé. C’est seulement après que les choses décollent. Il y a chez Villagers une écriture indéniable, sans doute un peu en retrait par rapport à un Conor Oberst il est vrai plus irrégulier. Difficile d’ailleurs de ne pas faire le rapprochement avec l’Américain, parce que lui aussi tente des choses, comme un peu de sons électroniques (excellent The Waves). Sans doute que le mélange de mélodies réussies et d’un bourdonnement plus electro de Rythm Composer annonce de nouvelles voies. Il va peut-être aussi connaitre son Digital Ash In a Digital Urn. C’est tout le mal qu’on lui souhaite en tout cas.

Pour le reste, il n’a heureusement pas oublié les petits morceaux tout doux (In a Newfoundland You Are Free) qui montrent clairement que s’il y a une évolution, il n’a pas encore effectué un virage complet qu’on n’attend pas non plus nécessairement. Si les choses étaient logiques, cet album un peu gonflé aux hormones devrait connaitre le succès.

http://www.wearevillagers.com/

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Villagers - {Awayland} 17 février 2013 00:02, par Nicolas_TB

    Tiens il a fait la première partie de Owen Pallett ? Ca ne m’étonne pas car à l’écoute de cet album j’ai pensé à cette artiste et à Sufjan Stevens. C’est vraiment un très bon album, très bien écrit, très bien produit, je pense qu’il aurait mérité un billet plus élogieux. Peu de musicien "pop" on une telle écriture de nos jours je trouve, et le mélange acoustique "électro" est très bien dosé tout comme le mélange douceur et envolées plus marquées.

    repondre message

    • Villagers - {Awayland} 17 février 2013 13:50, par Marc

      Dans un monde normal, cet album ne peut que fonctionner. Il vient du folk et enrichit sa palette au fil du temps. Il incorpore l’électronique bien mieux que Stevens et Beirut en tous cas. Je suis vraiment curieux de voir où il va nous emmener.

      repondre message

  • Dan San - Suite

    On se doutait bien à l’écoute de l’excellent Grand Salon que l’évolution de Dan San n’était pas temporaire. En clair, ils ont un plan. Rappelons que pour les autres envies, les membres font aussi partie de formations comme The Feather, Pale Grey ou Condore. Donc, quand ils reviennent au camp de base, c’est pour se donner les moyens de converger ensemble vers un style identifiable. La mise en son est (...)

  • Ella Ronen – The Girl With No Skin

    Fuck Cute/I’m Tired of Cute/Cute has never served me
    Il ne faut pas se laisser tromper par la délicatesse d’Ella Ronen. Si on est séduit d’emblée par les plaisirs doux qui ne sont pas sans rappeler ceux de Marie Modiano (référence ancienne on en convient...), la jolie voix propose une écriture plus profonde, sans doute parce qu’elle repose sur un substrat qui a son content de drames.
    Une des (...)

  • Tomasso Varisco – These Gloves

    Les amis de nos amis (même récents) deviennent bien vite nos amis. En découvrant Stella Burns il y a peu, on ne savait pas que d’autres artistes se cachaient derrière comme Tommaso Varisco auquel Stella Burns prête ici main forte. Si ceci est moins marqué par l’americana mais c’est évidemment ce genre de terreau qui l’inspire. On est donc invités dans un road trip. Mais pas sur la route 66, ce périple (...)

  • Stella Burns - Long Walks in the Dark

    L’influence culturelle des Etats-Unis est telle que même les plus endémiques de ses expressions sont reprises partout dans le monde. Le cas de l’Americana est assez typique, on en retrouve des partisans tout autour du globe et c’est d’Italie que provient celui-ci, nommé Gianluca Maria Sorace mais officiant sous le nom de Stella Burns.
    Sa voix est belle et claire et reçoit aussi le renfort de Mick (...)