Accueil > Musique > 2014 > My Little Cheap Dictaphone - The Smoke Behind The Sound

My Little Cheap Dictaphone - The Smoke Behind The Sound

lundi 10 février 2014, par Marc

To the point


La dernière fois qu’on avait entendu parler de My Little Cheap Dictaphone, c’était pour l’album The Tragic Tales Of A Genius, versant musical d’un projet plus ambitieux, avec de vrais morceaux de violons et de scénographie dedans.

Ne plus se lancer dans un projet ultra ambitieux ne veut pas dire album minimaliste pour les Liégeois. Comme on aimait des trucs distingués comme Get Well Soon on était ravis. Qu’est-ce qui remplace les cordes ? Tout simplement des synthés. Sans que le choc ne soit rude, on ne retrouve plus cette veine-là sur cet album-ci. Le premier single était Bitter Taste of Life et, bien franchement, n’avait pas plus excité que ça. Ce n’est pas non plus un morceau typique, donc c’est presqu’une fausse alerte. Dans le contexte de l’album, il en représente le versant plus synthétique qu’exploite aussi l’agréable mais moins marquant Rabbit Holes.

Vous l’aurez compris, ce n’est pas nécessairement ce qu’on préfère (même si ça reste très agréable dans le contexte de l’album), surtout que ce son convient très bien au langoureux Summer In The Dark. Ce morceau s’élève, mais ils ne tirent pas sur la ficelle et ce chorus se révèle presque trop court. Même remarque pour le plus intime Feather Smile dont ils interrompent un final qui promettait de la consistance. Un goût de trop peu donc, mais qui manifeste une volonté de concision, d’efficacité. C’est d’ailleurs tout à fait ce qu’on retrouve sur les plus enlevés You Are Not Me ou Out Of The Storm. On pense à quelques morceaux de Ghinzu pour rester dans les gloires nationales.

En concert, quand ils annoncent Fire en fin de rappel, ils précisent qu’ils ne pourront plus rien faire après. On comprend quand on entend Redboy s’époumoner mais il est plus surprenant de retrouver ce morceau en introduction ici. L’implication est forcément moindre, mais ça reste un morceau diablement efficace. MCLD est donc un groupe qui peut apporter une vraie valeur ajoutée à ses prestations live. Le clip est ci-dessous si vous voulez vous faire une meilleure idée. Il abattent donc leur carte majeure d’emblée.

Mais cet album n’en est pas autant une lente descente, parce qu’ils ont trouvé un son qui leur convient, et démontrent qu’ils n’ont pas besoin de beaucoup de moyens pour se révéler ample. Leur ambition se condense donc en un album plus direct et efficace, mature et qui va sans doute bien se garder.

http://mylittlecheap.net/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)

  • La Jungle - Ephemeral Feast

    Un peu plus d’un an après Falling Off The Apex, voici déjà La Jungle. Initialement prévu à la fin de l’an passé, il puise comme beaucoup de sorties récentes sa composition pendant la pandémie. Les artistes qui ne tournent pas produisent, c’est assez logique. Ce qui est logique aussi, c’est que cet album se place dans la lignée des précédents.
    Ils se définissent comme kraut/noise et on peut dire que pour imparfaite qu’elle soit, cette étiquette permet de se faire une idée. Ils s’appuient sur une répétition (...)

  • Solah - Ballades

    On le sait, ce qu’on reprend est moins important que la façon dont on le reprend. Quand on prend connaissance des morceaux présents ici, il faut dire qu’un petit frisson parcourt l’échine. On dira pudiquement qu’ils sont éloignés de l’univers musical dont on cause ici. Il y a d’inoxydables classiques, certes, mais on reste proche des heures sombres de Nostalgie.
    Grégory Duby officie souvent en tant que Jesus Is My Son mais on l’a aussi croisé récemment en tant que moitié des très convaincants Secte et (...)