Accueil > Critiques > 2014

Vin Blanc/White Wine - In Every Way But One

mardi 11 mars 2014, par marc

Voici pour toi, esprit curieux


Membre de deux formations fascinantes mais pas toujours faciles d’accès, Joe Haege est un de ces artistes qu’on aime suivre et qui se cache derrière un patronyme un peu clette. 31 Knots, c’était de l’art rock anguleux et abrasif, intransigeant. Tu Fawning, une étrange aventure envoûtante et inclassable. Ajoutons aussi Menomena qu’il a accompagné sur la route et vous comprendrez que ce projet est très intéressant sur le papier.

Le premier morceau pourrait être un des premiers Wolf Parade. Il en a la pulsation, l’intensité, et c’est exactement ce qu’on attendait. Un plus étrange rapprochement pourrait être fait avec les avatars d’Animal Collective, dont Panda Bear. C’était un point de comparaison très fréquent il y a quelques années mais la sphère d’influence de groupe de Brooklyn a fortement décliné depuis.

Mais on est très très loin de la copie ici. Tout au plus remarque-t-on à l’occasion un effet sur la voix et un piano entêtant. OK, We Get It n’a donc pas côté vraiment éthéré. Il y a sur morceau (et d’autres comme Glassy Eyes) ces batteries dont les sons se réverbèrent sur les murs en marbre blanc. La voix un peu haut perchée qui évoque un peu Avey Tare rend cette impression assez tenace mais l’esprit terroriste est bien plus présent ici. En gros, on sent moins le côté ‘gentils garçons qui ont pris des trucs’ et on profite du gros gimmick bien lourd d’Erase Up !! Ces allusions ne sont là que vous inciter à en savoir plus.

La musique de Vin Blanc/White Wine est finalement très facile mais un peu déviante, un peu inquiétante. Evidemment, certains morceaux poussent le curseur un peu plus loin comme Temple Of Lines avec ses notes martelées. A l’opposé du spectre, le presqu’acoustique Don’t Get Romantic pourrait être un morceau d’Okkervil River. Entre les deux, la réussite la plus patente est sans doute I’m Here, plus direct et vénéneux.

Sur Enable il chante « Able, I’m able, I’m capable of restraining myself” sur un morceau qui rappelle ses amis de Menomena. Et cette assertion sonne comme un manifeste, comme une volonté de domestiquer cette pulsion créatrice.

Chainon manquant entre la folie de Panda Bear et la force de certains Wolf Parade, Vin Blanc/White Wine ravira plus que probablement les esprits curieux, qui veulent se frotter à la grosse intensité d’artiste unique et ayant déjà un univers personnel. Evidemment, ça plaira plus à ceux qui aiment Xiu Xiu qu’à ceux qui chérissent Birdie mais c’est sans doute pile dans le profil supposé du lectorat. On est entre nous, alors on se doit de faire passer les bons plans comme celui-ci.

https://www.facebook.com/vinblancmusic

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Vampire Weekend - Only God Was Above Us

    Peut-on survivre à la hype ? Si on en croit la longévité de Vampire Weekend, la réponse est indéniablement positive. Ayant été très tôt sur la balle, ça fait longtemps que le groupe de Brooklyn nous accompagne. Après deux premiers albums irrésistibles puis deux autresplus hétérogènes dans les intentions et le résultat, on les retrouve en très bonne forme. Sans doute qu’avec un peu de recul, cette évolution (...)

  • Menomena - The Insulation (EP)

    On ne va pas se lancer dans une thèse sur la musique indé du Pacific Northwest pour trois nouveaux titres, mais il est bon de rappeler que la formation de Portland a beaucoup mieux que d’autres encapsulé le son d’une époque, cristallisé l’excitation d’un moment qui a irradié jusqu’en Europe. Sur place, c’étaient des héros locaux, un point de ralliement inévitable. On a tous cherché un là-bas exemplaire d’I (...)

  • HEALTH - RAT WARS

    Même après des années passées à autre chose (des musiques de film, des versions disco), la puissance de feu d’HEALTH a laissé une trace manifeste. Mais il a fallu un rabatteur de qualité pour qu’on ne passe pas à côté de cet album. Le souvenir bien qu’ancien était toujours cuisant et on retrouve le trio avec un plaisir certain.
    Ils ont collaboré avec Nine Inch Nails ou Xiu Xiu et ces cousinages semblent (...)

  • Beirut – Hadsel

    Bien honnêtement, quand on a découvert Beirut en 2006, on ne se doutait pas qu’on allait suivre le jeune Zach Condon pendant plus de 17 ans. Cette musique fortement influencée par les fanfares balkaniques a suscité d’emblée l’intérêt mais le procédé semblait trop étriqué pour s’inscrire dans la longueur. On avait tort, forcément, et ceci en est un nouveau rappel.
    En première écoute, ce Hadsel est plutôt en (...)