Accueil > Musique > 2014 > Cloud Cult - Unplug

Cloud Cult - Unplug

jeudi 24 avril 2014, par Marc

Ferveur acoustique


Oui, il existe des formations plus attachantes que d’autres et Cloud Cult en fait définitivement partie. Comme on avait bien apprécié leur son toujours chaud et synthétique, on pouvait décemment se demander ce qu’il resterait de leur fougue une fois qu’on les entendrait en acoustique. Mais acoustique ne veut pas dire minimaliste puisqu’ils ont pris violons et trompettes et ne sont pas moins de 8 sur scène.

L’engagement de Cloud Cult n’est donc à aucun moment mis sous l’éteignoir et ce ne sont aucunement des versions ‘feu de camp’ malgré ce qu’ils disent de Complicated Creation. Qui tout comme la montée de Pretty Voice prouve que ce groupe maitrise la puissance de la gueulante. Dès Breakfast With My Shadow (mon petit préféré), ça monte et l’intensité véritable s’installe. Le violon est bien là et il apporte tout son suc. Ils balayent logiquement une discographie maintenant étendue (9 albums tout de même). Je ne connais pas tous leurs albums, donc il y a encore bien des choses à découvrir.

C’est qu’il y a aussi quelques moments bien prenants parce que ce n’est pas seulement une bande de joyeux drilles mais il y a une vraie profondeur, et des pensées bien sombres parfois (Man Jumped Out The Window). Ils ont aussi gardé de jolies harmonies vocales pour supporter The Ghost Inside Our Houses. Les morceaux ont donc été réinterprétés, et on n’a pas l’impression d’une version tronquée ou bien à laquelle il manquerait du courant. Au rayon des réussites, épinglons Chemicals Collide ou les bons vieux Light At The End Of The Tunnel et No Said It Would Be Easy.

Forcément un peu uniforme parce que long (17 titres) et reposant sur une contrainte de départ, cet album est une plaisante confirmation. L’esprit de Cloud Cult ne s’est pas évaporé et cet album permet de jeter un bien agréable éclairage sur leur discographie. De quoi encore augmenter l’attachement qu’on a pour eux, et regretter encore plus fort de ne pas pouvoir les applaudir en concert sur notre continent. Et si vous cherchez un point d’accès à leur discographie, le voilà.

http://www.cloudcult.com/

Ceci n’est pas le même live mais une performance pour la fantastique radio de Seattle KEXP qui peut vous donner une bonne idée :

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk britannique (dixit le dossier de presse qu’on croit).
    On pense peut-être parfois à Cocoon mais ils ne (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)

  • Sharon Van Etten - We’ve Been Going About This All Wrong

    On associe depuis toujours Sharon Van Etten à Shearwater. Outre un copinage qui les a vus partager la scène le temps d’une tournée et de quelques morceaux, il y a cette pureté, cette émotion affleurante qui émeut sans autre forme de procès. C’est un don que certains artistes ont. S’ils parlent tous peu ou prou d’eux-mêmes, certains semblent parler à chaque auditeur en particulier.
    Mais si Jonathan Meiburg a ce chant qui touche à la perfection, il y a ici une fêlure plus qu’humaine. Un peu de fausseté (...)

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)