Accueil > Critiques > 2014

Cloud Cult - Unplug

jeudi 24 avril 2014, par marc

Ferveur acoustique


Oui, il existe des formations plus attachantes que d’autres et Cloud Cult en fait définitivement partie. Comme on avait bien apprécié leur son toujours chaud et synthétique, on pouvait décemment se demander ce qu’il resterait de leur fougue une fois qu’on les entendrait en acoustique. Mais acoustique ne veut pas dire minimaliste puisqu’ils ont pris violons et trompettes et ne sont pas moins de 8 sur scène.

L’engagement de Cloud Cult n’est donc à aucun moment mis sous l’éteignoir et ce ne sont aucunement des versions ‘feu de camp’ malgré ce qu’ils disent de Complicated Creation. Qui tout comme la montée de Pretty Voice prouve que ce groupe maitrise la puissance de la gueulante. Dès Breakfast With My Shadow (mon petit préféré), ça monte et l’intensité véritable s’installe. Le violon est bien là et il apporte tout son suc. Ils balayent logiquement une discographie maintenant étendue (9 albums tout de même). Je ne connais pas tous leurs albums, donc il y a encore bien des choses à découvrir.

C’est qu’il y a aussi quelques moments bien prenants parce que ce n’est pas seulement une bande de joyeux drilles mais il y a une vraie profondeur, et des pensées bien sombres parfois (Man Jumped Out The Window). Ils ont aussi gardé de jolies harmonies vocales pour supporter The Ghost Inside Our Houses. Les morceaux ont donc été réinterprétés, et on n’a pas l’impression d’une version tronquée ou bien à laquelle il manquerait du courant. Au rayon des réussites, épinglons Chemicals Collide ou les bons vieux Light At The End Of The Tunnel et No Said It Would Be Easy.

Forcément un peu uniforme parce que long (17 titres) et reposant sur une contrainte de départ, cet album est une plaisante confirmation. L’esprit de Cloud Cult ne s’est pas évaporé et cet album permet de jeter un bien agréable éclairage sur leur discographie. De quoi encore augmenter l’attachement qu’on a pour eux, et regretter encore plus fort de ne pas pouvoir les applaudir en concert sur notre continent. Et si vous cherchez un point d’accès à leur discographie, le voilà.

http://www.cloudcult.com/

Ceci n’est pas le même live mais une performance pour la fantastique radio de Seattle KEXP qui peut vous donner une bonne idée :

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Bélier Mérinos - Triste mais en tout temps joyeux

    On en a connu, des noms d’animaux. Etrange à dire sans doute, mais le nom derrière lequel se cache Geoffroy Pacot correspond plutôt à la musique, fondamentalement champêtre mais dénuée de pittoresque.
    Traduire un paysage en musique est sans doute une des entreprises les plus compliquées qui soient mais ce genre de post-rock bucolique y arrive, avec ce qu’il faut de field recordings et d’arpèges (...)

  • Villagers – That Golden Time

    Villagers, c’est quinze ans d’intense délicatesse. Le projet presque solo de Conor O’Brien nous a depuis longtemps habitués à osciller entre une vraie délicatesse et plus d’ampleur. Celui-ci est franchement évanescent en première écoute, d’ailleurs j’étais un peu passé à côté pour être honnête. Il peut se faire plus lyrique, on le sait.
    Mais même sur Truly Alone, la subtilité est là, avec son petit clavier (...)

  • Binidu - //

    Si on avait croisé le chemin de Vincent Dupas quand il officiait en tant que My Name Is Nobody, on était passés à côté de ce projet qu’il partage avec Jean Baptiste Geoffroy et Jérôme Vassereau (ils sont aussi tous membres de Pneu). Le troisième album en onze sera donc l’occasion de faire la découverte.
    On sent dès le début de We Grew Apart que le morceau ne restera pas aussi désolé et de fait une (...)

  • Dan San - Suite

    On se doutait bien à l’écoute de l’excellent Grand Salon que l’évolution de Dan San n’était pas temporaire. En clair, ils ont un plan. Rappelons que pour les autres envies, les membres font aussi partie de formations comme The Feather, Pale Grey ou Condore. Donc, quand ils reviennent au camp de base, c’est pour se donner les moyens de converger ensemble vers un style identifiable. La mise en son est (...)