Accueil > Musique > 2014 > Her Name Is Calla - Navigator

Her Name Is Calla - Navigator

vendredi 20 juin 2014, par Marc


Il y a des noms qu’on retient, comme ça, sans trouver l’occasion d’aborder ce qui se cache derrière. Dans le cas d’Her Name is Calla, il a fallu compter sur le hasard d’une première partie convaincante d’Iliketrains pour qu’on se dise qu’il fallait absolument se pencher sur le cas de la formation anglaise.

Alors, post-rock ou pas ? Et si on décidait qu’on n’allait pas y répondre ? Ou plutôt si, et évacuer toutes ces comparaisons. De la musique instrumentale, il ne subsiste guère que des traces d’esprit (Meridian Act) et surtout un goût de l’ample et de la montée qui fait mouche comme la plage titulaire qui est sympa et joli, vraiment bien (un arpège indique que les choses vont changer) puis magnifique avec la fin somptueuse.

Dans ces musiques qui peuvent sans sourciller passer de l’intime à l’ample (ou même pratiquer les deux en même temps), ils peuvent compter sur un instrument imparable : le violon. Accompagné ou pas d’un violoncelle, il magnifie souvent les morceaux. En force pour souligner les quatre pulsions de Meridian Act, en douceur pour faire Burial un grand moment poignant, ou en apesanteur pour la montée finale de Navigator.

Le chanteur a en tout cas une belle voix quand il entame The Back Of A Nightingale, et aussi quand il s’aventure sur le terrain long en bouche, tout en tension suspendue de Radiohead le temps de Ragman Doll. Il y a donc de la jolie mélodie (Whale Fall), mais aussi des choses plus sombres et envoûtantes (It Was Flood).

Cet album qui prend un tout petit peu de temps pour se lancer révèle un côté plus subtil que les puissantes prestations du groupe. Surtout qu’ils n’hésitent pas à insérer de temps à autres une petite transition plus rêveuse (A Second Life), à l’opposé de la longue digression du final Dreamland.

On a déjà dit pour d’autres à quel point on goûtait la propension de certains groupes à mêler la finesse et la simplicité d’écriture folk à l’ample ferveur post-rock. Le premier My Latest Novel il y a longtemps, River Whyless plus près de nous (Dry The River dans ses bons moments, aussi), et maintenant Her Name Is Calla réussissent chacun à leur façon leur mélange. La formation du jour présentant un spectre plus large encore. Vous avez compris, si vous visitez ce site régulièrement, c’est indéniablement un conseil d’ami.

http://hernameiscalla.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Spelterini - Paréidolie

    Cet album du quatuor (dont deux membres de Chausse Trappe et de Papier Tigre) nommé d’après une funambule italienne est en fait un log morceau de 33 minutes. Cette lenteur, cette longueur sont le morceau. Il faut savoir se laisser happer, garder un peu de concentration pour que ça percole comme il faut. On entendra un long son qui monte pendant plusieurs minutes avant qu’une grosse caisse ne pointe le bout du nez. Et puis on vire vers un krautrock placide qui évidemment s’emballe un peu. Avec une (...)

  • L&S - When the Vowels Fall

    Anthony Laguerre et G.W. Sok sont parmi les artistes qu’on rencontre le plus en nos colonnes, ensemble (chez Filiamotsa ou Club Cactus) ou séparément, en tant qu’artiste solo, chez Piles, chez pour l’un, en tant qu’intervenant chez Oiseaux-Tempête, Unik Ubik, Baby Fire ou Coddiwomple pour l’autre. Cette fois, le batteur créatif et le vocaliste inspiré ont décidé de faire les choses ensemble du début à la fin, et de le faire en grand. Flanqués de Jean-Michel Pirès (The Married Monk, Bruit Noir), Eric (...)

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)

  • Russian Circles - Gnosis

    On ne s’en rendait pas vraiment compte, mais le gros son saignant de Russian Circles nous avait manqué. Si le post-rock s’exprime en des dizaines de sous-variétés, celle plus musclée du groupe de Chicago nous a toujours été chère. S’ils ont visiblement un peu changé leurs habitudes d’enregistrement sur leur huitième album, composant dans leur coin avant de mettre en commun, force est de constater que ça ne change pas radicalement la donne, et c’est très bien comme ça.
    En effet, les accords sont sombres, (...)