Accueil > Musique > 2014 > Dry The River - Alarms In The Heart

Dry The River - Alarms In The Heart

jeudi 28 août 2014, par Marc

Avant-dernier stade


S’il m’arrive parfois de discerner ce qui pourrait plaire à mon lectorat (c’est vous, ça), il m’est par contre beaucoup plus compliqué de prédire le destin commercial d’une formation. Il n’en reste pas moins que certains albums semblent se donner les moyens d’élargir leur audience.

On vous avait déjà parlé deux fois de Dry The River. Lors de leur découverte en première partie de The Antlers tout d’abord, pour un premier album encourageant ensuite. Il est à noter que cette première livraison avait été suivie d’une version acoustique qui semblait être née de la volonté de contrer toute réticence face à leur son trop gros. Cette anecdote devient assez étrange à l’écoute de leur second album, qui privilégie encore plus que son prédécesseur une volonté d’être hénaurme.

Leur violoniste William Harvey a quitté la formation et on le ressent d’emblée. C’est en effet la guitare qui prend les choses en main, et il ne reste des cordes que pour appuyer Vessel. Les comparaisons avec leurs concitoyens (ils sont aussi Londoniens) de Mumford & Sons ne sont donc plus de mise. Par contre, la référence occasionnelle aux Killers pourra encore être resservie. La mélodie du refrain d’Hidden Land laissant peu de doute à ce propos.

Principale différence avec la formation de Las Vegas, la voix, haut perchée, bien moins lisse et qui leur confère plus de sympathie et tempère leurs ardeurs de conquête de stades. Parce que l’ampleur est là (Roman Candle), les morceaux sont plaisants (Everlasting Light) et ils ont compris que ne pas laisser trop souvent fléchir le tempo est le meilleur moyen de garder son audience avec soi. En voyant la durée du dernier morceau, on avait espéré qu’ils se lancent de nouveau dans le morceau épique qui transcendait l’album précédent. Las, il s’agit de cette déplorable relique des années ’90, le morceau caché.

Certes, on lorgne plus du côté de groupes comme Keane (la voix et les mélodies peuvent aussi évoquer Tom Chaplin) et de ce fait on se trouve un peu plus éloignés des goûts habituels des nombreux rédacteurs de ce site. En plus, dans un genre connexe, l’engagement sans faille de Broken Records a bien plus séduit récemment. Il faut donc réajuster l’attente, et finalement se rendre compte que Dry The River fait partie de ces groupes issus du landerneau indie (entendez : qui n’ont pas eu de gros battage médiatique à leurs débuts) et qui sont sans doute destinés à peupler les affiches des festivals d’été. C’est tout ce qu’on leur souhaite, en espérant aussi qu’ils évitent de tomber dans le côté pompier (Muse) ou neuneu (Coldplay) de la force.

http://drytheriver.net/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Editors – EBM

    Peut-être que c’est nous. Peut-être que c’est eux. Toujours est-il que des groupes qui nous ont enflammés à leurs débuts sortent sans coup férir de nos radars pour n’y plus revenir. Bloc Party, Foals, Franz Ferdinand, Archive, ils sont nombreux à être arrivés et repartis. En 19 ans de critiques, c’est sans doute logique. Editors faisait partie du contingent, on avait d’ailleurs conclu la critique du quatrième album par un au-revoir qui semblait définitif.
    C’est le nom et la pochette qui nous ont alertés. (...)

  • Foals – Life Is Yours

    Depuis un certain temps, chaque sortie de Foals suscite un peu de curiosité et on se promet de passer notre tour si ça ne nous inspire pas. Et depuis longtemps, on n’est plus séduits mais toujours assez pour formuler un avis. On avait quitté la formation anglaise sur un double album qui étrangement ne lançait pas les idées nouvelles que le format laissait espérer.
    Jamais désagréable, toujours bien propre sur soi et bien exécutée, la musique de Foals manque de plus en plus de personnalité. Ils semblent (...)

  • The Smile – A Light For Attracting Attention

    Sans vouloir manquer de respect aux autres membres de Radiohead, lesquels sortent même sous leur nom des albums charmants, Thom Yorke et Johnny Greenwood sont tout de même au cœur du processus artistique de la formation d’Oxford. Un artiste qui tente le solo, c’est dans l’ordre des choses. D’ailleurs, Yorke produit de très convaincants albums solo quand Greenwood connait un vrai succès avec ses musiques de film avec deux nominations aux Oscars à la clé. Mais que les deux forces vives d’une formation (...)

  • Maxwell Farrington et Le Superhomard - I Had It All (EP)

    Parfois il faut faire un pas de côté, prendre un peu de recul pour que les choses apparaissent sur un jour nouveau. Certes, le temps avait manqué pour vous parler de Once qui marquait la rencontre entre le chanteur australien installé en Bretagne et le musicien et producteur français Le Superhomard (Christophe Vaillant pour l’état civil), mais l’album avait plu, récoltant un beau succès critique.
    Et puis on écoute Dewaere dont il est aussi le chanteur et on se dit que ce mélange de crooner et de rock (...)