Accueil > Musique > 2014 > Spoon - They Want My Soul

Spoon - They Want My Soul

mardi 9 septembre 2014, par Marc


Me croirez-vous si je vous dis que cet album était un de ceux que j’attendais le plus cette année ? Pourtant, tous les indicateurs n’étaient pas au vert. Tout d’abord, il y avait cet aveu du groupe d’être ‘sec’ après Transference, d’être un peu au bout du rouleau et de l’inspiration. Ce dernier était un bon album, certes, mais trop aride et cérébral pour ne pas sonner comme une douche froide après la flamboyance du crétinement nommé Ga Ga Ga Ga Ga.

Le chanteur Britt Daniel a profité d’un hiatus pour fonder avec Dan Boeckner un bon groupe nommé The Divine Fits. C’était bien, certes, mais on attendait de pied ferme le retour d’un groupe qui n’a finalement jamais déçu. Eh bien voilà, il est là, ce They Want My Soul, huitième album qui a la constance et la fraîcheur des premiers albums qu’on a tant aimés (Bloc Party, Foals, The Rapture) mais la bouteille de ceux qui savent qu’ils planent là, tout en haut.

Inside Out est un des rares moments moins emballants de cet album. Etrangement, il est situé au début, retardant le véritable démarrage. Mais ce n’est qu’un pas en arrière pour mieux sauter. On prend sa battue avec Rainy Taxi et n’atterrit plus jamais. En deux accords, la tension se crée avec une facilité déconcertante.

Il est difficile de communiquer son enthousiasme pour une musique aussi simple. Tout comme les Bowie d’il y a quarante ans semblaient une variation sur du ‘bête’ rock d’un premier abord avant de révéler leur génie, la musique de Spoon n’est pas virtuose, mais c’est de l’équilibre que naît sa force. Surtout que certains morceaux ne sont pas spécialement spectaculaires. Fort heureusement, ceux qui le sont ne manquent pas et compensent plus que largement.

Ah, ces petites déflagrations presque masquées de Knock Knock Knock. Le rythme est n’est pas rapide, mais le son de guitare est assez percussif et ils sont même arriver à incorporer des sifflements de façon pertinente. Donc si c’est plutôt sec, la finition est exemplaire. Et puis ces riffs très distordus mais pas irritants sont comme un assaisonnement bien senti. Cet album est aussi bien équilibré. A part son début un peu moins engageant, on alterne des hauts faits (l’irrésistible et discoïde Outlier, le plaisant et sautillant New York City Kiss) et des morceaux plus classiques en leur chef comme I Just Don’t Understand ou Do You.

Constamment sur le fil du rasoir, entre âpreté ultime et facilité pop, Spoon retrouve la facilité de l’antépénultième album, en mieux. Cet album qui grandit, grandit au cours des écoutes se profile donc comme un candidat sérieux au podium de fin d’année.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)