Accueil > Critiques > 2014

David Thomas Broughton & Juice – Sliding The Same Way

mercredi 15 octobre 2014, par marc


Certains chanteurs sont un peu plus que des chanteurs. Et ce n’est pas toujours une bonne chose parce que la musique de David Thomas Broughton mêlés à un sens du spectacle un peu personnel rend ses prestations scéniques un brin horripilantes. Mais bon, une reprise par Shearwater du très beau Ambiguity nous a ramenés à des sentiments meilleurs. Et tant mieux, parce qu’il aurait été dommage de passer à côté de cette collaboration avec le trio vocal Juice Emsemble.

Tout seule, la voix la voix est belle, un rien maniérée, assez proche d’un Piers Faccini pour fixer les idées. Le renfort du trio, l’urgence d’un enregistrement visiblement très court, tout contribue à faire de cet album un happening assez prenant.

Parce que si certains artistes se sont fait une spécialité d’appuyer fortement leur décalage (Camille, Björk, liste non exhaustive), on sent que l’état d’esprit de Broughton est assez perturbé. Le résultat n’est pas un psychédélisme débridé et lysergique, mais un ton inquiétant, comme si on sentait un petit malaise, un danger presque.

Les voix du Juice Ensemble, à ce titre, interviennent de façon assez pertinente. Ces quatre-là se comprennent visiblement. Et elles peuvent jouer sur plusieurs registres, apporter plusieurs éclairages à ces morceaux. The Assurance a de belles mélodies, une belle voix, des harmonies répétitives. Mais on sent poindre une rupture potentielle. Mais ils peuvent aussi se lancer dans un exercice a capella très pastoral (Woodwork) ou encore proposer un morceau où ils s’accordent dans le même sens et qui en devient une vraie belle réussite (The Promise).

Il est fou ou il fait le fou ?’ était un gimmick de la BD Germain et Nous et je dois bien avouer que la question m’a un peu taraudé pour David Thomas Broughton. Mais ce qui compte dans ce cas, c’est le résultat et ce que le Juice Ensemble et lui arrivent à faire ensemble donne une touche de liberté et d’instabilité à la douceur de leurs voix.

http://www.davidthomasbroughton.co.uk/news/
http://www.juicevocalensemble.net/site/

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Dan San - Suite

    On se doutait bien à l’écoute de l’excellent Grand Salon que l’évolution de Dan San n’était pas temporaire. En clair, ils ont un plan. Rappelons que pour les autres envies, les membres font aussi partie de formations comme The Feather, Pale Grey ou Condore. Donc, quand ils reviennent au camp de base, c’est pour se donner les moyens de converger ensemble vers un style identifiable. La mise en son est (...)

  • Ella Ronen – The Girl With No Skin

    Fuck Cute/I’m Tired of Cute/Cute has never served me
    Il ne faut pas se laisser tromper par la délicatesse d’Ella Ronen. Si on est séduit d’emblée par les plaisirs doux qui ne sont pas sans rappeler ceux de Marie Modiano (référence ancienne on en convient...), la jolie voix propose une écriture plus profonde, sans doute parce qu’elle repose sur un substrat qui a son content de drames.
    Une des (...)

  • Tomasso Varisco – These Gloves

    Les amis de nos amis (même récents) deviennent bien vite nos amis. En découvrant Stella Burns il y a peu, on ne savait pas que d’autres artistes se cachaient derrière comme Tommaso Varisco auquel Stella Burns prête ici main forte. Si ceci est moins marqué par l’americana mais c’est évidemment ce genre de terreau qui l’inspire. On est donc invités dans un road trip. Mais pas sur la route 66, ce périple (...)

  • Stella Burns - Long Walks in the Dark

    L’influence culturelle des Etats-Unis est telle que même les plus endémiques de ses expressions sont reprises partout dans le monde. Le cas de l’Americana est assez typique, on en retrouve des partisans tout autour du globe et c’est d’Italie que provient celui-ci, nommé Gianluca Maria Sorace mais officiant sous le nom de Stella Burns.
    Sa voix est belle et claire et reçoit aussi le renfort de Mick (...)