Accueil > Critiques > 2015

Will Butler - Policy

jeudi 26 mars 2015, par marc


Si le nom de Will Butler vous semble familier, si son visage vous évoque quelque chose mais quoi ? c’est un peu normal. Frère de Win Butler, frontman d’Arcade Fire dont il est aussi un des membres fondateurs, c’est lui l’excité qui mettait de l’animation sur scène. Je vous parle d’un temps où les membres du groupe de Montréal jouaient des percussions sur des casques de moto placés sur la tête des musiciens, grimpaient dans les échafaudages et terminaient le concert en rue après avoir traversé la salle. C’était il y a dix ans, déjà

Si vous êtes nostalgiques des hymnes beuglés du groupe, souvent imités mais jamais égalés, vous risquez d’être déçus. Par contre, si le son moins léché et bigger-than-life que l’actuelle production d’un groupe qui siège au firmament des groupes de stades vous manque, vous pourrez trouver votre bonheur ici.

Si Policy est le premier album solo de Will Butler, ce n’est pas sa première escapade puisqu’on lui doit déjà (en collaboration avec Owen Pallett) la musique du film Her de Spike Jonze, avec une nomination aux Oscars au passage. Après Richard Reed Parry (Bell Orchestre, The National) et Sarah Neufeld, les membres d’Arcade Fire sont visiblement enclins à aussi exprimer leur talent ailleurs.

Puisque le pédigrée du musicien est ce qui nous a signalé cet album, il est logique de rechercher ces ressemblances. Et elles ne sont pas toujours faciles à déceler dans ce court album qui présente une belle variété. Et puis la voix n’est pas la même que celle du frérot. Enfin, quand elle pousse sur What I Want c’est tout de suite plus proche. Sur ce morceau rentre-dedans et au propos ironiques, la voix monte naturellement dans les aigus quand elle pousse, phénomène plus connu sous le nom de Syndrôme Gérard Jugnot).

Il y a donc quelques moments plus francs et directs (Take My Side, Witness), comme il y en avait sur The Suburbs. Le son plus brut les rendant plus mordantes. C’est aussi manifeste sur Something’s Coming, qui se présente comme une version pas du tout proprette de certains The Rapture, la voix et les chœurs rendant l’allusion encore plus manifeste.

Il y a aussi un brin d’électronique sur Anna, plus proche de ce qu’on a entendu chez Divine Fits et quelques titres plus introspectifs mais pas vraiment portés sur l’épanchement. Finished What I Started et Sing To Me sont des moments d’accalmie mais ne veulent pas vous arracher le cœur.

Il faut être honnêtes, sans connaitre les occupations de Will Butler, il est probable qu’on ne se soit jamais penchés sur son cas. Et on serait passés à côté d’un album qui dégage l’énergie brute des premiers Arcade Fire sans leur ressembler et sans la pompe, et qui suscite ce que l’impressionnant supergroupe de Montréal ne provoque plus vraiment : la sympathie.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • of Montreal - Lady on the Cusp

    Un jour, on devrait faire gober la discographie d’Of Montreal à une AI et voir si elle arrive à prévoir la direction de l’album suivant. A notre peu algorithmique niveau, un album plus apaisé devait succéder au nerveux Freewave Lucifer f mais en abordant la douzième critique d’un de ses albums, on sait que la prédiction est difficile. Ce qui est compliqué en fait, c’est que le climat d’un album dépend (...)

  • Habibi - Dreamachine

    Habibi est un groupe féminin comme on les aime, c’est-à-dire avec une forte personnalité. Certes, on distingue chez le groupe de Brooklyn un cousinage avec des choses comme Warpaint (en moins froid) mais l’étendue de leur palette est assez marquante.
    Si on entame les hostilités du côté plus anguleux avec On The Road, elles peuvent aussi réussir la pop vaporeuse et très mélodique d’In My Dreams ou le (...)

  • Vampire Weekend - Only God Was Above Us

    Peut-on survivre à la hype ? Si on en croit la longévité de Vampire Weekend, la réponse est indéniablement positive. Ayant été très tôt sur la balle, ça fait longtemps que le groupe de Brooklyn nous accompagne. Après deux premiers albums irrésistibles puis deux autresplus hétérogènes dans les intentions et le résultat, on les retrouve en très bonne forme. Sans doute qu’avec un peu de recul, cette évolution (...)

  • Menomena - The Insulation (EP)

    On ne va pas se lancer dans une thèse sur la musique indé du Pacific Northwest pour trois nouveaux titres, mais il est bon de rappeler que la formation de Portland a beaucoup mieux que d’autres encapsulé le son d’une époque, cristallisé l’excitation d’un moment qui a irradié jusqu’en Europe. Sur place, c’étaient des héros locaux, un point de ralliement inévitable. On a tous cherché un là-bas exemplaire d’I (...)