Accueil > Critiques > 2015

Bertier - Dandy

vendredi 5 juin 2015, par marc


Il y a des albums qui avancent frontalement, sans se cacher, sans user de faux semblants. Bertier est un projet émanant de la formation Madeleine Bertier (inconnu de mon bataillon), une occasion de multiplier les collaborations. Les bases sont données dès nom de l’album et la pochette signée Lara Herbinia, qu’on retrouve derrière les clips et une partie des… chœurs.

C’est donc ambitieux de viser aussi haut de façon aussi claire et d’avancer ainsi à découvert. Les références ne sont pas longtemps mystérieuses, et on les trouvera du côté de la chanson française ample et orchestrée. Ca sent donc logiquement son Bashung (Elle A Des Envies, Qui Sommes-Nous ?). On décèle aussi bien vite une envie de Gainsbourg. La basse sur le refrain de Baby L est assez marquée. Melody Nelson est même carrément cité, pas moyen de se tromper. En poussant l’analogie un peu trop loin, Nerval 2015 pouvant renvoyer au Rock De Nerval de ce bon vieux Serge. De ces deux modèles on retrouve aussi un goût du jeu de mot appuyé (reprenons en canon/elle est canon ou Satie-sfaction, vous l’avez ?).

D’une manière générale, les textes trouvent un bel équilibre et les parties instrumentales sont aussi soignées et parfaitement exécutées. J’aurai plus de réserves sur l’affectation de la voix, mais c’est assez personnel. Je préfèrerais souvent qu’elle déclame le texte (Satisfactions) même si ça permet aussi de jolies réussites (Bandit !). Cet album ne vise pas la puissance (on s’éloigne donc de ce que font les deux Benjamin (Biolay et Schoos).

Il y a des albums très clairs dans leurs intentions. Comme des gens très bien habillés pour être certains de rentrer. Voici un disque est donc impeccablement coiffé et se donne les moyens de son ambition et ose viser des modèles inattaquables. Pour ce culot et quelques belles réussites, cet album mérite le détour.

http://www.bertier-dandy.com/accueil/

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Chaton Laveur - Etat Sauvage

    Parfois il faut de la flexibilité mentale pour réconcilier des concepts. D’un côté on a un nom vraiment amusant mais improbable et une goutte d’eau qui poursuit un promeneur. De l’autre une musique qui revendique à juste titre une étiquette kraut-pop.
    Julie Odeurs et Pierre Lechien profitent donc de cette base solide qui permet la fantaisie par ailleurs. Laquelle peut s’exprime à travers des (...)

  • Billions of Comrades - Trotop

    Une certaine distance vis-à-vis des artistes qui sont critiqués ici rend incongrue la proximité géographique. 1480 est un morceau ici mais aussi un code postal. Y a-t-il une école wallonne de la turbulence ? Si on se réfère à La Jungle et ceci, ce n’est pas impossible. Est-ce une coïncidence s’ils font tous deux partie du catalogue Rockerill ? Nous ne le pensons pas.
    Mais cet album produit par Gil (...)

  • Danube - Cities

    Plusieurs morceaux étaient disponibles et ont attisé l’attente qui n’a pas été déçue par ce premier album de Danube dont les noms de morceaux sont des capitales européennes. Oui, un peu comme dans La Casa de Papel. Ce qui n’est pas clair par contre c’est qui se cache derrière ce projet. C’est secondaire évidemment, la musique primant tout.
    Quoi de plus compliqué à définir qu’un son ? C’est un challenge (...)

  • Factheory – Serenity In Chaos

    On avait déjà évoqué les musiques cold comme étant le pendant musical du cinéma de genre. Le groupe belge revendique d’ailleurs un statut d’artisans et d’amateurs dans l’acception de ceux qui aiment. Et on ne pourrait être plus exact. Mais n’allez pas en conclure que le résultat fleure l’amateurisme, ce n’est vraiment pas le cas parce qu’après une poignée d’EPs dont un qui avait capté notre attention, (...)