Accueil > Critiques > 2015

Patrick Watson - Songs For Robots

lundi 22 juin 2015, par marc


Il y a des pelles d’étiquettes pour la musique. Mais à l’instar de la musique elle-même, il est des termes qui sont totalement tombés en désuétude. On n’oserait par exemple plus parler de rock ‘planant’, tant il semble associé aux délires lysergiques floydiens. Pourtant, sans en ressusciter l’esprit baba, il y a beaucoup de formations qui semblent privilégier l’apesanteur. On vous a parlé de Siskiyou, il y a aussi Other Lives et Patrick Watson.

Pourtant le groupe qui porte le nom du chanteur ne s’est pas découvert une passion pour la musique de Tangerine Dream ou Yes sur son cinquième album (le quatrième en tant que groupe). Au contraire même, il n’y a que peu de variations dans son univers. Qui inspire toujours autant de sympathie que de difficulté de critique. Mais on retrouve ce goût de l’aérien, du diaphane presque qui nous emmène d’emblée bien haut.

Good Morning Mr Wolf amorce le décollage, porté par la grande voix de tête du Canadien. Mais ce n’est qu’une des composantes. Par le passé, ils ont souvent joué d’arrangements un peu surannés, comme piqués à des dessins animés hors d’âge mais ils semblent revenus aux fondamentaux, à savoir montrer leur personnalité dans la composition plutôt que par ajouts successifs.

Bollywood est ainsi construit par vagues et la basse poussée en avant nous évoque les Antlers, autres orfèvres de l’air. Hearts est un bon morceau sautillant que n’aurait pas dédaigné Vampire Weekend. Sa tension est assez rentrée, et ils savent construire des morceaux à tiroir, jamais au repos.

Grace va chercher des sons du côté du psyché ou du glam, le riff de la plage titulaire arrive aussi à éclairer le morceau. Les morceaux plus nettement lents sont forcément moins passionnants (Turn Into The Noise) mais il reste de vraies raisons de s’enthousiasmer quand le tempo et la tension sont là. Places you Will Go est ainsi un tout grand morceau. Sans doute que la délicatesse et les morceaux battus en neige manquent un peu de consistance si le rythme ne suit pas. Mais ce ne sont que pinaillages, on est bien content de passer cet album souvent, histoire de se perdre dans les nuages avec une envie non dissimulée de ne pas en redescendre.

http://www.patrickwatson.net/

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Boeckner – Boeckner !

    Les carrières de Spencer Krug et Dan Boeckner n’en finissent plus de se croiser. Ainsi, après Wolf Parade (leur groupe commun), Handsome Furs, Divine Fits et Operators, le voici qui utilise également son nom pour la suite de sa carrière (solo). On a beau retrouver un univers musical très familier, ceci n’est pas exactement identique à ce qu’on lui connait déjà.
    Il faut dire aussi que si Moonface (...)

  • The Rural Alberta Advantage – The Rise and The Fall

    En caricaturant, on avait défini le style de Rural Alberta Advantage avec une voix éraillée et une batterie fièrement en avant. Et on a tout ça ici, d’emblée. On se retrouve d’autant plus en terrain connu que les 6 premiers morceaux sont ceux de The Rise EP paru l’an passé. Ce qu’on en a dit tient toujours bien évidemment.
    Mais il y a encore quelques morceaux saignants comme Plague Dogs. C’est (...)

  • Spencer Krug - I Just Drew This Knife

    Les choses sont sans doute un peu plus simples depuis que Spencer Krug officie sous son nom propre mais ce n’est pas ça qui a ralenti sa légendaire productivité. Pour jeter un peu de confusion tout de même, il reprend la route avec Sunset Rubdown...
    La transition de Moonface à Spencer Krug s’est faite en même temps que son apparition sur Patreon. En gros, c’était le versant plus personnel, distillé (...)

  • Metric – Fromentera II

    En général, la productivité d’un.e artiste croit rarement avec les années. Mais il y a des exceptions. Alors que leur rythme était plutôt d’un album tous les trois ans, Metric livre déjà un successeur au Fromentera sorti l’an passé. Il se présente d’ailleurs comme le second volet d’un dyptique. La premier nous avait d’ailleurs laissé une impression très favorable, avec en exergue un dantesque Doomscroller (...)