Accueil > Critiques > 2015

Metric - Pagans in Vegas

lundi 12 octobre 2015, par marc


La sympathie qu’on à pour un groupe peut être aussi irrationnelle qu’indéfectible. Les Canadiens de Metric ont toujours été chers à nos cœurs, sans doute parce que personne ne leur ressemble vraiment, et ils ne nous ont jamais déçu. On avait cru le temps de l’excellent Fantasiesque le décollage serait vertical et définitif, mais ce ne fut pas le cas. Ils reviennent tout de même avec sous le bras un Pagans In Vegas qui nous donne ce qu’on en attendait, ni plus ni moins.

Il est parfois tentant d’associer pop et insouciance mais ce n’a presque jamais été le cas avec Metric. il faut aussi avouer que si leur critique est toujours bienvenue, elle n’est pas non plus très subversive, quitte même à être en porte-à-faux. Eux qui ont parlé de Dead disco/Dead funk/Dead rock and roll/Remodel/Everything has been done sur un de leurs morceaux les plus fameux (Dead Disco) n’hésitent en effet jamais à faire référence à l’histoire du rock.

On se souvient par exemple de Who would you rather be/The Beatles or The Rolling Stones sur Gimme Sympathy. Ici, on retrouve sur The Governess quelques clins d’œil à Jimi Hendrix. Mais ces références peuvent se trouver dans la musique aussi, comme la petite guitare de Cure circa Disintegration sur For Kicks ou certains sons de Too Bad So Sad qui semblent provenir directement des bandes du Personal Jesus de Depeche Mode. De même, The Face pt.I est un instrumental qui aurait pu se trouver sur Construction Time Again.

Mais l’essentiel n’est pas la, on retrouve la bande de Toronto emmenée par l’épatante Emily Haines avec beaucoup de plaisir parce qu’on manque parfois de ce mélange souvent explosif entre une grosse dose de mélancolie sous-jacente et une musique plutôt catchy. Too Bad, So Sad a tout ça et se profile comme la plus convaincante carte de visite de cet album. Les autres réussites se situent plus dans leur veine électronique (Cascades qui était le single éclaireur) ou dans leur capacité à gérer le mid-tempo sans faiblir (Celebrate).

Si on peut déplorer que leur mini-tournée européenne évite soigneusement notre riant royaume mais pas nos pays limitrophes, il se pourrait qu’on entende reparler deux bien vite vu qu’ils disent avoir assez de matériel pour un successeur en 2016. En attendant, on s’est surpris à réécouter cet album plus que prévu parce qu’il nous propose ce qu’on peut attendre d’eux et que personne d’autre n’est à même de nous donner.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Boeckner – Boeckner !

    Les carrières de Spencer Krug et Dan Boeckner n’en finissent plus de se croiser. Ainsi, après Wolf Parade (leur groupe commun), Handsome Furs, Divine Fits et Operators, le voici qui utilise également son nom pour la suite de sa carrière (solo). On a beau retrouver un univers musical très familier, ceci n’est pas exactement identique à ce qu’on lui connait déjà.
    Il faut dire aussi que si Moonface (...)

  • The Rural Alberta Advantage – The Rise and The Fall

    En caricaturant, on avait défini le style de Rural Alberta Advantage avec une voix éraillée et une batterie fièrement en avant. Et on a tout ça ici, d’emblée. On se retrouve d’autant plus en terrain connu que les 6 premiers morceaux sont ceux de The Rise EP paru l’an passé. Ce qu’on en a dit tient toujours bien évidemment.
    Mais il y a encore quelques morceaux saignants comme Plague Dogs. C’est (...)

  • Spencer Krug - I Just Drew This Knife

    Les choses sont sans doute un peu plus simples depuis que Spencer Krug officie sous son nom propre mais ce n’est pas ça qui a ralenti sa légendaire productivité. Pour jeter un peu de confusion tout de même, il reprend la route avec Sunset Rubdown...
    La transition de Moonface à Spencer Krug s’est faite en même temps que son apparition sur Patreon. En gros, c’était le versant plus personnel, distillé (...)

  • Metric – Fromentera II

    En général, la productivité d’un.e artiste croit rarement avec les années. Mais il y a des exceptions. Alors que leur rythme était plutôt d’un album tous les trois ans, Metric livre déjà un successeur au Fromentera sorti l’an passé. Il se présente d’ailleurs comme le second volet d’un dyptique. La premier nous avait d’ailleurs laissé une impression très favorable, avec en exergue un dantesque Doomscroller (...)