Accueil > Critiques > 2016

Marble Sounds - Tautou

vendredi 5 février 2016, par marc


On avait eu des nouvelles récentes d’Isbells, on est donc un peu surpris d’entendre parler de Marble Sounds aussi tôt puisqu’une partie du lineup est commune. C’est de toute façon une excellente nouvelle tant les deux premiers albums avaient laissé un bon souvenir.

On avait constaté qu’Isbells prenait une direction plus évanescente, plus abstraite et subtile et on avait espéré que le versant plus catchy de cette bande se retrouverait sur Marble Sounds. Cette attente a donc été remplie même si cet album montre une luxuriance discrète qui réclame une certaine patience pour être appréhendée.

Certes, le premier morceau part tout de suite avec un chorus qui prend comme il doit mais il m’a fallu un peu de temps pour que tout cet album fasse son effet. Cet album attend donc son heure et il explosera un moment ou l’autre. Sans doute parce qu’on entend moins d’arpèges que par le passé, moins de mélodies poussées en avant et que leur nouveau style qui fait la part belle à un son plus léché, de nombreux instruments (K.V.).

Par contre, ils ont gardé la bonne habitude du morceau final en apothéose avec (How It’s Going To) End qui prend congé de nous de la meilleure des façons. Ce bel objet à la finition impeccable comporte toujours de beaux refrains (Set The Rules) et montre qu’ils peuvent aussi gérer magnifiquement la lenteur (Present Continuous) grâce à leurs harmonies vocales. Ce morceau pourrait convoquer de grandes orgues mais non, ils ne tombent pas dans le piège du spectaculaire. Ils préfèrent utiliser une petite rampe de lancement instrumentale pour lancer le plus enlevé These Paintings Never Dry.

Tout et Partout a quelques mots en français, rien de vraiment hallucinant pour un groupe belge (même néerlandophone), surtout que le titre même de l’album est inspiré de l’actrice française Audrey Tautou.

Cet album au charme encore plus discret mais plus luxuriant que pour les précédents ne marque cependant pas une énorme différence avec le groupe cousin Isbells. On constate néanmoins qu’aucune de ces deux formations n’a connu de coup de mou dans sa discographie, ce qui est remarquable et fera qu’on les suivra longtemps encore.

http://www.marblesounds.com/

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Oootoko - Oootoko

    l y a plusieurs expressions qui attirent immédiatement notre attention. Et big band n’en fait pas vraiment partie. Mais il faut reconnaitre que les effectifs pléthoriques sont aussi une belle façon de susciter l’ampleur. C’est précisément ce qui rend Oootoko immédiatement sympathique.
    Impossible donc de valablement tenter le jeu des étiquettes. Même le terme générique de ’musique instrumentale’ ne (...)

  • Ultra Sunn - US

    Suivre des artistes, découvrir de prometteurs EP et puis écouter leur premier album qui confirme tout le potentiel soupçonné, c’est vraiment un des plaisirs de cet étrange hobby. Et dans les EP qui nous avaient vraiment plu (et pas qu’à nous si on en juge par l’ampleur de leur tournée), le duo bruxellois se plaçait assez haut. Gaelle Souflet et Sam Huge nous reviennent donc US qu’ils ont écrit, (...)

  • Dan San - Suite

    On se doutait bien à l’écoute de l’excellent Grand Salon que l’évolution de Dan San n’était pas temporaire. En clair, ils ont un plan. Rappelons que pour les autres envies, les membres font aussi partie de formations comme The Feather, Pale Grey ou Condore. Donc, quand ils reviennent au camp de base, c’est pour se donner les moyens de converger ensemble vers un style identifiable. La mise en son est (...)

  • Chaton Laveur - Etat Sauvage

    Parfois il faut de la flexibilité mentale pour réconcilier des concepts. D’un côté on a un nom vraiment amusant mais improbable et une goutte d’eau qui poursuit un promeneur. De l’autre une musique qui revendique à juste titre une étiquette kraut-pop.
    Julie Odeurs et Pierre Lechien profitent donc de cette base solide qui permet la fantaisie par ailleurs. Laquelle peut s’exprime à travers des (...)