Accueil > Critiques > 2016

ANOHNI - Hopelessness

lundi 13 juin 2016, par marc

Come gather ’round people


Parler de transformation dans le cas d’ANOHNI est tentant à plusieurs égards. Tout d’abord, il convient de ne plus l’appeler Antony (avec ou sans Jonsons) ni Antony Hegarty. Maintenant, c’est ANOHNI, et c’est elle qui l’a décidé. Ensuite, pour tout qui ne connait que superficiellement sa discographie, elle propose un album radicalement différent de ce qui l’a rendue célèbre.

Mais c’est ça qui est passionnant. Evidemment, ceux qui ont connu ses collaborations avec Björk, Current 93 ou Hercules and Love Affair seront moins surpris. Il n’en reste pas moins que cet album qui ne présente pas ces chansons belles à faire pleurer les pierres est marquant. Et pour d’autres raisons que sa voix toujours aussi juste et hantée.

Les journalistes qui ont eu la chance de l’interviewer récemment ont reçu les paroles des morceaux de ce Hopelessness et leurs traductions, parce que le contenu se doit d’être mis en avant. Ce bel objet post-moderne est en effet ce qu’on peut trouver de plus actuel en matière de protest-songs. Cet album se présente en effet comme une collections de cris de révolte, une implacable série d’engagements sincères et importants.

Parmi ces causes on retrouve le réchauffement climatique (4 Degrees fait allusion à l’augmentation potentielle de la température terrestre). Le sombre et lancinant Obama présente ses doléances au président sortant avec des mots très durs quand Watch Me fait référence à la surveillance de la NSA. Dans ce contexte assez pessimiste, une chanson plus apaisée dans sa forme comme I Don’t Love You Anymore peut très bien être une chanson d’amour mais on ne peut définir si la plainte porte sur une personne ou l’Amérique. Violent Men est un quant à lui plaidoyer pour le mouvement Future Feminism qui lutte contre la suprémacie du patriarcat. On retrouve donc un ton assez direct même si parfois allusif et sarcastique avec un énorme sentiment de tristesse qui accompagne le tout, la compassion et la solidarité comme seules armes possibles

Nous sommes en 2016, plus à l’époque des droits civiques, et une musique engagée doit aussi se faire actuelle et percutante sur la forme. Et c’est là que la magie opère. Elle a fait appel à Hudson Mohawk et Daniel Lopatin (Oneohtrix Point Never) et on peut dire que c’est le meilleur des choix. Ils enrobent donc ces morceaux sous les beats percutants, les sons complexes et déstructurés (le début d’Obama) qui peuvent rendre à la demande les morceaux soit frappants (Drone Bomb Me, 4 Degrees) ou à l’opposé beaux et lancinants, proches du format ‘chanson’ (Crisis). On n’a donc jamais l’impression d’un featuring, mais d’une fusion bien poussée entre la musique et le chant, ce qui permet de beaux accès de panache (Separate Me From The Earth), de rendre Crisis rien moins que poignante ou de nimber Violent Men de malaise et de mystère.

Et si finalement cet artiste était la voix de notre époque ? Anohni est une des dernières chanteuses libres. Libre de choisir son genre, libre de mêler la crème d’une certaine scène electro pour mêler ce qui pourrait ne pas l’être. Le fond et la forme, la voix et la production, la colère et l’amour pour faire de son début une forme moderne et assez passionnante de protest-songs.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

3 Messages

  • ANOHNI - Hopelessness 14 juin 2016 21:11, par Laurent

    Merci Marc ! Pour l’éclairage neuf sur cet album qui tourne depuis un moment sur la platine (entre deux écoutes du Radiohead donc... ^^), cette mise en avant du fond, et le "chapeau" vachement bien trouvé (malgré la coquille ^^). Et pour le message implicite de tolérance dont j’avais besoin en ces temps changeants.

    repondre message

    • ANOHNI - Hopelessness 15 juin 2016 08:39, par Marc

      Hello hello, c’est un collègue qui m’a parlé des attachés de presse de Konkurrent sommés de traduire ses textes en néerlandais et les faire circuler et ça m’a forcé à jeter un oeil plus approfondi sur le contenu. Et une personne spécialement bien intentionnée m’avait offert ’33 revolutions per minute’, une histoire des protest-songs par Dorian Lynskey.

      Je réécoute aussi le Radiohead, ce qui n’est pas si fréquent vu le volume des sorties.

      Là, je m’attaque à la discographie des Swans. J’emporte des fusées de détresse et des vivres, on ne sait jamais.

      Ah oui, coquille, je corrige...

      repondre message

  • ANOHNI - Hopelessness 15 juin 2016 15:34, par Sto

    On pourra dire ce qu’on veut sur la tolérance, moi avec une pochette pareille, je ne peux pas entrer en matière ! ;)

    repondre message

  • Ultra Sunn - US

    Suivre des artistes, découvrir de prometteurs EP et puis écouter leur premier album qui confirme tout le potentiel soupçonné, c’est vraiment un des plaisirs de cet étrange hobby. Et dans les EP qui nous avaient vraiment plu (et pas qu’à nous si on en juge par l’ampleur de leur tournée), le duo bruxellois se plaçait assez haut. Gaelle Souflet et Sam Huge nous reviennent donc US qu’ils ont écrit, (...)

  • Danube - Cities

    Plusieurs morceaux étaient disponibles et ont attisé l’attente qui n’a pas été déçue par ce premier album de Danube dont les noms de morceaux sont des capitales européennes. Oui, un peu comme dans La Casa de Papel. Ce qui n’est pas clair par contre c’est qui se cache derrière ce projet. C’est secondaire évidemment, la musique primant tout.
    Quoi de plus compliqué à définir qu’un son ? C’est un challenge (...)

  • Dark Minimal Project – Remixes

    On vous avait déjà dit tout le bien qu’on pensait du second album de Dark Minimal Project, Ghost of Modern Times. On avait décelé un cousinage certain avec Depeche Mode et c’était loin de nous déplaire. Et la ressemblance se prolonge avec ces remixes, le groupe anglais étant très friand de l’exercice. Sur la pochette, les deux protagonistes Guillaume VDR et Ange Vesper semblent avoir pris cher mais (...)

  • Tinlicker – Cold Enough For snow

    Chacun va mettre sa ligne rouge sur cet album du duo de producteurs bataves Micha Heyboer and Jordi van Achthoven. C’est forcé tant cet album oscille entre trop et beaucoup trop, délicatesse et évanescence. Mais il est aussi impossible de ne pas trouver son compte non plus. Ce continuum qui va de la pop dansante et cotonneuse à du matos pour une rave à 4 heures du matin est en tout cas assez (...)