Accueil > Critiques > 2016

Bat For Lashes - The Bride

mercredi 10 août 2016, par marc


Il y a des artistes qui irradient tellement que leurs prestations scéniques seules peuvent faire prendre conscience de la profondeur de leur discographie. Si les disques de Natasha Kahn sont presque toujours gratifiants, ils se révèlent sur scène. Gageons que ce sera encore le cas pour son quatrièmeexercice studio qui sur le papier ne respire pas la joie de vivre.

L’histoire est on ne peut plus youplaboum puisqu’on y parle d’une femme abandonnée sur l’autel par un homme un peu décédé dans un accident en se rendant à son mariage. Elle décide pourtant de faire sa lune de miel seule pour se rendre compte que la seule personne qu’elle puisse épouser et aimer, c’est elle-même, ce qui lui permet de passer par les phases classiques du deuil.

C’est donc un récit à la première personne, de la lumière aux ténèbres à la lumière. Fort logiquement, il commence par l’attente, avec I Do, situé la veille de l’événement. Très calme, simple, un simple arpège soutient la voix qui prend plus de place que d’habitude, une tendance qui se confirme dans sa discographie et qui est prépondérant ici. Joe’s Dream (rêve prémonitoire et mauvais pressentiment) est un peu lent pour continuer un album encore une fois froid et distant de prime abord.

Pour que cette histoire puisse être touchante sans sombrer dans un pathos qui pourrait la desservir, il faut tout le talent de Natasha. Tout d’abord, sa voix est mise en évidence, sans qu’elle ne tombe dans la démonstration. Et si elle peut monter bien haut (sur le très sombre et beau In God’s House), elle peut se contenter de susurrer (Widow’s Peak). Les mélodies ensuite sont toujours très belles, voire occasionnellement renversantes. Et puis il y a cette sobriété presque hiératique nécessaire pour ne pas tomber dans le mélo. I Do aurait tout pour se retrouver du mauvais côté du kitsch mais ce ne sera pas le cas. Parmi les plus franches réussites, Close Encounters et Honeymooning Alone sont deux beaux exemples d’un minimalisme impeccable.

On retrouve aussi ce qui se rapproche le plus d’une chanson d’amour (If I Knew) et une note d’espoir franche avec la simplicité (une basse et c’est tout) d’I Will Love Again. La lenteur est logiquement presque généralisée, seul le logique single éclaireur Sunday Love est plus rapide.

Difficile de faire plus attachant que la charmante Natasha Kahn. Il semble cependant que ses albums soient de moins en moins spectaculaires, de plus en plus hermétiques en première écoute. Le fond et la forme sont ici étroitement mêlés, le traitement sobre faisant la force de cet album, évitant pathos et donnant les pleins pouvoirs à sa belle voix. Mais il s’agit aussi de son album le plus âpre, sincère et profond à défaut d’être clinquant.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Michele Ducci - Sive

    Un piano, une voix, voilà ce qui constitue le gros de ce premier album de l’Italien Michele Ducci. Mais il ne fait pas s’y tromper, celui qui était la moitié du groupe electro-pop M+A offre sur cette base un bel album d’une richesse réelle. Et surtout, on capte au passage quelques fort beaux morceaux.
    Notre préférence va sans doute à la simplicité de River qui frappe juste, ou alors au sol plus dense (...)

  • Beth Gibbons - Lives Outgrown

    Si après 15 années de Beak> et 5 albums, Geoff Barrow est toujours considéré comme ’le mec de Portishead’, que dire de Beth Gibbons qui s’est effacée de la vie publique depuis tant d’années ? Cette sortie a donc autant surpris qu’enchanté.
    Fort heureusement, musicalement, ce Lives Outgrown ne tente pas de souffler sur les braises du trip-hop. Et c’est intentionnel. Le résultat est donc moins ancré dans (...)

  • Sarah Mary Chadwick - Messages To God

    Dans une ère où toutes les émotions sont passées sous l’éteignoir d’une production qui lisse, il est plaisant de rencontrer des voix (forcément) discordantes comme celle de la Néo-Zélandaise Sarah Mary Chadwick sur son huitième album solo. On se frotte d’emblée à ce ton naturaliste et direct qui n’est pas sans rappeler Frida Hÿvonen. Frontal donc, d’une sincérité qui peut aller jusqu’au malaise. La dernière (...)

  • Anohni and the Jonsons - My Back Was a Bridge for You to Cross

    Une limitation connue de la critique est qu’elle intervient à un temps donné, dans un contexte. Or on sait que les avis ne sont jamais constants dans le temps. Ainsi si I am a Bird Now a beaucoup plu à l’époque, on le tient maintenant comme un des meilleurs albums de tous les temps, tous genres et époques confondus. Cette proximité crée aussi une attente quand que les Jonsons sont de nouveau de la (...)