Accueil > Musique > 2016 > Lauren Mann - Dearestly

Lauren Mann - Dearestly

jeudi 1er septembre 2016, par Marc


Dans un monde logique, I Lost Myself devrait être connu et Lauren Mann aurait une réputation à la hauteur de ce qu’elle produit. Mais bon, il faut accepter cette part d’ingratitude j’imagine. Ceci dit, elle est un peu tempérée par le fait que cette chanson a remporté un prix au reconnu CBC Searchlight contest, ce qui est déjà une reconnaissance.

Pourtant, Lauren Mann a décidé de sortir son album directement, sans annonce préalable, sur Bandcamp et en prix libre, pensant à juste titre que ce sont les auditeurs qui font le succès d’un album. Parce qu’au-delà de la démarche courageuse et en phase avec son époque, cette musique mérite un coup de projecteur.

On remarque au passage que le Fairly Odd Folk du premier album a disparu du nom du projet, simplification oblige. La musique, elle, reste plus ou moins la même, avec une assez nette tendance à l’ampleur et à l’efficacité.

La voix reste évidemment plaisant, mais l’emballage est toujours léger mais plus léché. On note d’ailleurs un certain Howard Redekopp (Tegan and Sara, The New Pornographers…) à la production et ce n’est évidemment pas un hasard. Le joli New Beginning se place d’emblée bien haut dans le genre, en tous cas quelques franches coudées au-dessus d’un Cocoon qui sort à peu près en même temps. C’est donc très bien fini, très mélodique et ne tombe jamais du côté obscur du kitsch.

Seize titres, ça laisse logiquement de la place pour varier les plaisirs. Donc elle peut laisser aller son abattage sur le plus enlevé Brave Face. Et ça marche en plein parce que c’est policé, certes, mais servi avec un cœur gros comme ça. Tout n’est donc pas pop et léger cependant, comme on le note au détour du piano plus intense avec de Talk of Leaving. C’est quand elle varie un peu les choses que l’intérêt augmente avec le plus calme Hibernate

Le sens mélodique est bien là et on peut sans crainte ajouter un peu de violons sur la fin de I Wanna Know pour en faire un vrai morceau qui passe du joli au poignant ou apporter l’euphorie nécessaire à à Beautiful Place. Le plus enlevé Show Me the Way m’a fait penser à au Feist en forme du dernier album. Pour l’anecdote, on devine presque que St Lawrence comporte des passage en français.

Allez, j’ose, pour cet été, ce fut mon feelgood album. Trop sucré en de rares moments, il arrive à rester charmant et impeccable en presque toutes circonstances. De temps en temps, on a besoin aussi de douceur, de musique pop qui n’est là que pour susciter la beauté et le repos. La proposition de la sympathique Canadienne tombe donc à pic.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Florent Brack - Faces

    On l’avoue, on reçoit beaucoup de musique et vu la relative étroitesse des styles défendus ici, le tri est souvent vite fait. Et puis quand on écoute certains artistes à la marge de nos goûts, il se peut qu’on soit intrigués et que le contact se fasse. C’est ce qui s’est fait avec Florent Brack et le son d’Unstoppable qui claque. Une relative déconnexion de la vraie vie m’a tenu à l’écart des dernières saisons de The Voice Belgique que Florent a visiblement remporté en 2015. Ne pas savoir ce genre de choses (...)

  • Part-Time Friends - Weddings and Funerals

    Non, ce n’est jamais la qualité moyenne d’un album pop qui frappe (sauf si elle est exceptionnellement élevée), on revient toujours sur un album pour les morceaux qui nous ont marqués, surtout en matière de musique pop. Même Si fait partie de ces morceaux immédiatement sympathiques, catchy en diable et confirme aussi une tendance très actuelle de mêler titres en français et en anglais, comme s’il fallait pratiquer la langue de Tatcher pour maintenir le cap pop. S’ils revendiquent que leurs influences (...)

  • Isaac Delusion - Uplifters

    C’est la basse qui tient l’avant-scène de Fancy, qui lance cet album et cette pop tristoune comme on l’aime fonctionne en plein. Elle a aussi le mérite d’énoncer clairement les intentions de l’album puisqu’on dénote un virage plus synthétique pour la formation française, plus solaire aussi sans doute.
    Ce qui nous vaut un album moins éclectique que par le passé mais pas uniforme pour autant. Leurs nouvelles aspirations pouvant ainsi s’incarner sur le plus sautillant sur Disorder qui repose comme presque (...)

  • Say Lou Lou - Immortelle

    On avait déjà été séduits par la pop sucrée mais pas trop du duo. Les jumelles Miranda et Elektra Kilbey sont les filles de Steve Kilbey (de The Church) et de la musicienne suédoise Karin Jansson. The Church, d’ailleurs, est surtout connu pour Under The Milky Way, composé par les deux parents. On retrouve sur ce court album une version trop enrobée qui n’a pas la beauté de l’original. On reste bien en famille donc.
    Fort logiquement, leur physique de publicité de mode leur a valu de tourner dans les (...)

  • Arcade Fire - WE

    On ne va pas refaire inlassablement le match mais il faut quand même rappeler que la suite des trois premiers albums qui se sont imposés comme des classiques a vu le super-groupe de Montréal produire un album copieux et inégal qui comportait ses fulgurances puis un exercice plus cohérent mais qui restera comme un point noir de leur discographie. Peu de morceaux surnagent d’Everything Now et la très Abba-esque plage titulaire est quand même loin des standards de ce qu’on a aimé chez eux. Ils (...)

  • MadSci – Ascension (EP)

    Mêler violon, guitare et les sons électroniques n’est pas une idée vraiment neuve mais on est souvent surpris par la variété et de la nouveauté des résultats. C’est encore le cas avec le second EP du duo montréalais MadSci. Leur nom vient du plaisir à tenter des choses avec le violon de David Piché et la guitare de Michaël Charrette. Il faut dire que les deux comparses ont déjà une belle expérience et ça se sent. Tous les morceaux enregistrés ici ont déjà été présentés sur scène.
    Sur le papier, on pourrait (...)

  • Destroyer - Labyrinthitis

    On ne se lassera pas de L’équilibre entre les découvertes continuelles (oui, envoyez plein de choses) et les retours réguliers d’artistes appréciés. Le premier volet s’auto-alimente presque miraculeusement, le second volet est déjà bien fourni cette année.
    Le rock s’est bâti sur un mythe de jeunesse et chaque vague qui est venu après les origines (Punk, grunge, indie...) a prolongé cet état d’esprit. Quand un rock ’adulte’ a émergé, appelé AOR, c’était aussi un repoussoir, une union contre nature qui il (...)

  • Spencer Krug - Fading Graffiti

    Un premier album solo de Spencer Krug sous son nom propre. C’est étrange que ce soit la première fois. Parce qu’on le connaît depuis longtemps, qu’on relaie la bonne parole du Canadien sous toutes ses incarnations avec Wolf Parade, Sunset Rubdown, Swan Lakeet Moonface, avec ou sans Siinai. Avec les concerts, ce sont 19 articles sur ce site. Bref, Spencer est une vieille et très chère connaissance.
    On est donc en terrain connu même si ce qu’on entend sur ce Fading Graffiti n’est pas identique à (...)