Accueil > Critiques > 2017

Fufanu - Sports

lundi 27 février 2017, par marc


Comment réchauffer une musique froide ? C’est une question que beaucoup de groupes ont dû se poser à un moment donné. L’origine islandaise de Fufanu pourrait apporter un début de réponse, tant la faculté de l’île à produire une musique rêveuse est réputée, pourtant ce n’est pas là qu’il convient de chercher.

En effet, cette musique tendue, parfois presque robotique a une autre botte secrète, un passé electro (en tant que Captain Fufanu) parfaitement digéré et intégré. Le résultat est ici plus rond que sur leur premier album. On sent sur Gone For More qu’ils peuvent à l’envi créer de la densité de son.

Le chant toujours étrangement détaché et cette distance permet paradoxalement à des morceaux de décoller tout en rentrant les griffes avant de bondir sur une montée bien sentie (Syncin In). Ils maitrisent de façon impressionnante la montée lente sur Bad Rockets ou Restart et comme ils n’ont pas multiplié les appels du pied sur cet album, ça prend un relief tout particulier.

Facile à aborder finalement, la musique de Fufanu est à une confluence, celle des moments suspendus et vintage tels qu’on pu nous les offrir I Love you But I’ve Chosen Darkness et la fièvre du Fujiya & Miyagi. L’ambiance est cependant un peu différente, moins propre peut-être, plus viscérale et robotique à la fois.

Ce Sports reste au final assez discret, ce qui contraste avec l’abattage du chanteur sur scène. Ils ont visiblement décidé de privilégier la litote sonore, se basant sur une inattaquable solidité plutôt que gonfler artificiellement des morceaux qui n’en ont pas besoin. Quoiqu’il en soit, ce groupe a une vraie personnalité, une vraie particularité qui pourtant semble ne rien devoir aux autres formations islandaises.

Un gros moteur diesel plein de couple et pas pétaradant pour un sou, c’est l’analogie motoriste inspirée par ce second album de Fufanu qui dans le registre sportif de son titre est un athlète d’endurance qui peut démarrer au train dès que la route s’élève.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Billions of Comrades - Trotop

    Une certaine distance vis-à-vis des artistes qui sont critiqués ici rend incongrue la proximité géographique. 1480 est un morceau ici mais aussi un code postal. Y a-t-il une école wallonne de la turbulence ? Si on se réfère à La Jungle et ceci, ce n’est pas impossible. Est-ce une coïncidence s’ils font tous deux partie du catalogue Rockerill ? Nous ne le pensons pas.
    Mais cet album produit par Gil (...)

  • Squid - Ô Monolith

    Le post-punk anglais avec morgue est un genre très particulier dans lequel les Londoniens de Squid s’étaient distingués. Il faut dire que ce substrat est utilisé dans tellement de contextes pour tellement de résultats, de Bloc Party à Black Country New Road en passant par Art Brut qu’on peut le décliner de bien des façons.
    Et Squid balaie à lui seul une belle partie du spectre, allant même tutoyer la (...)

  • Bärlin - State of Fear

    Cet imposant album d’un trio lillois nous semble familier sans que ce ne soit exactement identique à quoi que ce soit. Si on tente de retrouver son chemin, on est très vite tentés de s’y perdre pour mieux s’y fondre. Le chant très expressif dès Deer Flight, un peu comme si Patrick Wolf s’était mis au post-punk poisseux et éructait (aboyait même sur Revenge). On y secoue lentement la tête pendant que la (...)

  • Rodolphe Coster and Band – High With The People

    On va être tout à fait honnêtes, on n’avait jamais entendu parler du Bruxellois Rodolphe Coster malgré un parcours visiblement déjà fourni, avec un gros pied dans la musique de danse contemporaine. Mais ce n’est pas le plus important, on a copieusement apprécié cet album immédiatement familier.
    New York est ici un endroit d’enregistrement ici mais aussi un style, avec une forte dose de post-punk (...)