Accueil > Critiques > 2017

Porcelain Raft - Microclimate

mercredi 15 mars 2017, par marc


Quand Mauro Raimondi a débarqué avec Porcelain Raft il y a déjà cinq ans, on a tout de suite aimé cette délicatesse d’écriture et ce ton vaporeux qui renforçait le tout au lieu de l’affaiblir. C’était aussi son signe distinctif au sein d’un groupe d’artistes qui creusaient le même sillon, comme Low Roar ou Youth Lagoon.

Ce dernier étant sérieusement sorti de son cocon depuis, on se demandait comment l’Italien installé à Londres allait évoluer après ses deux premières livraisons. On pourrait conclure à une trajectoire presque parallèle parce qu’il y a du groove sur Distant Shore, mais ce n’est de la grosse pulsation. Il privilégie donc une ambiance plus rêveuse que les dernières productions de Trevor Powers et le résultat fait aussi mouche moins souvent. On attend forcément des moments frissonnants qui ne viennent qu’avec parcimonie

Mais ils viennent quand même, quand une mélancolie certaine se dégage de Kookaburra, quand sa voix délicate apporte un intéressant contrepoint à cette dream-pop hors d’âge qui n’a pas peur d’incorporer un peu plus d’électronique. Il reste aussi de très belles choses lumineuses comme The Greatest View où la limpidité mélodique transcende le reste. A l’opposé, les mélodies peuvent donner l’impression de s’égarer un peu sur Night Bird ou Big Sur.

On le voit, ce n’est pas encore cet album-ci qui va nous fâcher avec Porcelain Raft mais si les bons moments sont bien là, il ne semble pas pouvoir souvent hausser le niveau comme ont pu le faire ses anciens copains de promo de Youth Lagoon ou Perfume Genius.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Terestesa - Bella Faccia (EP)

    On ne le répétera jamais assez, un premier morceau qui claque est toujours une bonne façon de se présenter. Et le groupe toulousain Terestesa formé de deux Françaises et deux Italiennes l’a bien compris. Mondo Cane monte, monte. C’est un peu âpre, très rentre-dedans sans jamais hausser le ton, et vraiment irrésistible. Une pulsation kraut, certes, mais éminemment moderne et aventureuse.
    Mais cet album (...)

  • Mildfire - Kids In Traffic

    Pourquoi les genres disparaissent-ils ? Ces symphonies de poche tellement présentes et attachantes ont un peu perdu de leur lustre et c’est un peu dommage. Parmi ces orfèvres, citons The Annuals, Choir of Young Believers, Musée Mécanique, Fanfarlo ou Efterklang parce qu’il est toujours bon de se rappeler de bons souvenirs. Dans cette veine, on avait spécialement apprécié Einar Stray et on ne (...)

  • The Smile - Wall of Eyes

    Même en 2042 et après avoir sorti 13 albums réussis, The Smile restera ’le groupe des deux types de Radiohead’. C’est comme ça, le groupe d’Oxford est trop ancré dans la culture pop pour passer au second plan de quoi que ce soit. Mais cette encombrante et inévitable figure tutélaire ne doit pas oblitérer les qualités indéniables de The Smile. Les deux protagonistes, flanqués du batteur Tom Skinner au (...)

  • Maxwell Farrington & Le Superhomard - Please, Wait...

    On ne peut pas dire que la paire formée par Maxwell Farrington et Le Superhomard (le producteur français Christophe Vaillant) se repose sur les lauriers d’un premier album remarqué. Après un EP il y a deux ans et une tournée intense, voici déjà le second album en peu de temps sur le toujours excellent label Talitres.
    Australien établi à Blinic en Bretagne, Maxwell Farrington propose sa belle voix de (...)