Accueil > Critiques > 2017

Do Make Say Think - Stubborn Persistent Illusions

vendredi 26 mai 2017, par marc


Sans nouvelles d’eux depuis 8 ans, on n’attendait pas vraiment un retour de Do Make Say Think. Mais à l’instar de leurs compagnons du label Constellation Godspeed You ! black Emperor, les volcans éteints sont sensés se réveiller un jour.

Mais le temps n’a pas eu trop de prise sur eux, ils continuent donc à tracer seuls leur route, hors des modes sans jamais paraitre démodés. C’est l’auditeur qui se ringardise, pas eux. On retrouve ce même rock instrumental, ample et complexe, un peu, mais toujours enlevé. Donc non, ce n’est pas vraiment du post-rock, plutôt du rock tout court, en apesanteur.

Alors que The Other Truths (on ne parlait pas encore de vérité alternative à l’époque…) présentait quatre longs morceaux, on en retrouve 9 ici, et l’impression d’ensemble le rend plus proche du très enthousiasmant You, You’re a History In Rust d’il y a déjà dix ans et qui nous avait permis de découvrir ce groupe finalement essentiel.

Et ça part fort par le justement nommé War On Torpor. Ils gardent le cap et le rythme, alors que les derniers Tortoise m’ont endolori la mâchoire à force de bâillements. Et ça reste subtil que, disons Bell Orchestre pour rester dans des références du pays à l’érable. Horripilation part sur un faux rythme avant de monter. C’est complexe et aéré, et on distingue tout de suite le fil conducteur. Pour le reste, ils pratiquent toujours ces morceaux circulaires dont le cercle varierait à chaque tour (Her Eyes On the Horizon). Ils gardent aussi de vrais moments où ils ne sont pas démonstratifs mais où la tension s’installe franchement (And Boundless). Celui-ci part fort, avec une sirène, un roulement de batterie qui ne fait pas de quartier.

Do Make Say Think revient donc de façon inattendue mais pas surprenante à l’écoute. Leur musique instrumentale a en tous cas encore de choses à nous dire.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Midas Fall - Cold Waves Divide Us

    Il ne nous est jamais arrivé de penser qu’une voix manquait à des morceaux. Même quand Albin de la Simone a jeté sur un album instrumental ce qui est devenu plus tard de ’vraies’ chansons, l’élément vocal ne semblait pas indispensable. Dans le cas de Midas Fall par contre, le chant a toujours semblé de trop, redondant par rapport à la majesté du post-rock qui l’entoure. On aborde donc cet album en (...)

  • Séance de rattrapage #121 - Carmen Sea, Chris Garneau, Chistine (...)

    Carmen Sea – Sorry (EP)
    Parmi les inspirations étranges, le quatuor parisien Carmen Sea en a une qui détonne. Cet EP est en effet basé sur un accident routier qu’ils ont subi un soir de retour de concert. Ils s’en sont sortis indemnes et avec une énergie qui les a poussés à relater tout ça sur cet EP. Enfin, quand on dit ‘relater’ tout est relatif parce que la musique est essentiellement instrumentale. (...)

  • Explosions in the Sky - End

    Même si tous les styles et mélanges potentiels coexistent actuellement, force est de constater que certains ont perdu de leur vigueur. Très présent en nos colonnes il y a plusieurs années, le post-rock s’est fait plus rare. Et pas à cause d’un revirement de nos goûts, c’est l’offre qui s’amenuise. L’effet positif sans doute, c’est que les sorties ont plus de chances de se singulariser. Comme par exemple (...)

  • Sigur Rós - Átta

    Avis important pour les artistes : si vous comptez entamer un hiatus, arrangez-vous pour le faire après un bon album. C’est la bonne idée de la formation islandaise qui nous avait laissés en 2013 sur l’excellent Kveikur. Depuis, on savait le projet un cocon, notamment avec le départ de certains membres. Evidemment, on avait suivi les aventures solo du chanteur Jónsi Birgisson mais rien n’indiquait (...)

  • Boeckner – Boeckner !

    Les carrières de Spencer Krug et Dan Boeckner n’en finissent plus de se croiser. Ainsi, après Wolf Parade (leur groupe commun), Handsome Furs, Divine Fits et Operators, le voici qui utilise également son nom pour la suite de sa carrière (solo). On a beau retrouver un univers musical très familier, ceci n’est pas exactement identique à ce qu’on lui connait déjà.
    Il faut dire aussi que si Moonface (...)

  • The Rural Alberta Advantage – The Rise and The Fall

    En caricaturant, on avait défini le style de Rural Alberta Advantage avec une voix éraillée et une batterie fièrement en avant. Et on a tout ça ici, d’emblée. On se retrouve d’autant plus en terrain connu que les 6 premiers morceaux sont ceux de The Rise EP paru l’an passé. Ce qu’on en a dit tient toujours bien évidemment.
    Mais il y a encore quelques morceaux saignants comme Plague Dogs. C’est (...)

  • Spencer Krug - I Just Drew This Knife

    Les choses sont sans doute un peu plus simples depuis que Spencer Krug officie sous son nom propre mais ce n’est pas ça qui a ralenti sa légendaire productivité. Pour jeter un peu de confusion tout de même, il reprend la route avec Sunset Rubdown...
    La transition de Moonface à Spencer Krug s’est faite en même temps que son apparition sur Patreon. En gros, c’était le versant plus personnel, distillé (...)

  • Metric – Fromentera II

    En général, la productivité d’un.e artiste croit rarement avec les années. Mais il y a des exceptions. Alors que leur rythme était plutôt d’un album tous les trois ans, Metric livre déjà un successeur au Fromentera sorti l’an passé. Il se présente d’ailleurs comme le second volet d’un dyptique. La premier nous avait d’ailleurs laissé une impression très favorable, avec en exergue un dantesque Doomscroller (...)