Accueil > Critiques > 2017

Animal Youth - Animal

lundi 12 juin 2017, par marc


Situer la musique d’Animal Youth ne sera pas extrêmement compliqué. Issue de la vague froide des années ’80 (Cocteau Twins, The Cure – la précédente mouture du groupe s’appelait Siamese Queens, une référence mal cachée sans doute), elle est surtout passée au même concasseur que My Bloody Valentine et surtout A Place To Bury Strangers. Sans pousser les curseurs aussi loin que les extrémistes (il est vrai un peu calmés) New-Yorkais, ils en reproduisent la sombre tension.

La voix est plus poussée en avant que chez ces glorieuses références, ce qui constitue déjà une différenciation. Lors de l’écoute, on se surprend à se souvenir de choses comme Das Llamas (j’ai bien droit à une référence bien obscure de temps en temps, non ?). On le voit, on s’éloigne sensiblement des relectures plus gentilles de ces années-là comme Interpolou Editors. Plus proche de Warsaw que de New Order pour reprendre une célèbre filiation mancunienne.

Gosse basse cold, guitares acérées plutôt qu’en brouillard ou vrillées au marteau-piqueur, voilà ce qu’on pourra y entendre en gros, avec de sérieuses nuances. On passera ainsi d’un bien rude To Burn à du plus hypnotique sur Sunday. Ce n’en est pas détendu pour autant, mais cette linéarité, ces arpèges cold apportent un peu de fraicheur à cet ensemble. Ils prennent même soin d’y ajouter une progression et un emballement. Et un Rainy Day a toute la lourdeur nécessaire pour que ça fonctionne.

On notera aussi la présence d’une version d’In Heaven, issue de la musique d’Eraserhead, le premier film de David Lynch (qui l’a écrite) et popularisée plus tard par les Pixies.

Le trio bruxellois pratique donc un post-punk sombre et abrasif. Vous l’aurez compris à la longue liste de références et de souvenirs, on est plutôt dans le cœur de cible.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Chaton Laveur - Etat Sauvage

    Parfois il faut de la flexibilité mentale pour réconcilier des concepts. D’un côté on a un nom vraiment amusant mais improbable et une goutte d’eau qui poursuit un promeneur. De l’autre une musique qui revendique à juste titre une étiquette kraut-pop.
    Julie Odeurs et Pierre Lechien profitent donc de cette base solide qui permet la fantaisie par ailleurs. Laquelle peut s’exprime à travers des (...)

  • Billions of Comrades - Trotop

    Une certaine distance vis-à-vis des artistes qui sont critiqués ici rend incongrue la proximité géographique. 1480 est un morceau ici mais aussi un code postal. Y a-t-il une école wallonne de la turbulence ? Si on se réfère à La Jungle et ceci, ce n’est pas impossible. Est-ce une coïncidence s’ils font tous deux partie du catalogue Rockerill ? Nous ne le pensons pas.
    Mais cet album produit par Gil (...)

  • Danube - Cities

    Plusieurs morceaux étaient disponibles et ont attisé l’attente qui n’a pas été déçue par ce premier album de Danube dont les noms de morceaux sont des capitales européennes. Oui, un peu comme dans La Casa de Papel. Ce qui n’est pas clair par contre c’est qui se cache derrière ce projet. C’est secondaire évidemment, la musique primant tout.
    Quoi de plus compliqué à définir qu’un son ? C’est un challenge (...)

  • Factheory – Serenity In Chaos

    On avait déjà évoqué les musiques cold comme étant le pendant musical du cinéma de genre. Le groupe belge revendique d’ailleurs un statut d’artisans et d’amateurs dans l’acception de ceux qui aiment. Et on ne pourrait être plus exact. Mais n’allez pas en conclure que le résultat fleure l’amateurisme, ce n’est vraiment pas le cas parce qu’après une poignée d’EPs dont un qui avait capté notre attention, (...)

  • Squid - Ô Monolith

    Le post-punk anglais avec morgue est un genre très particulier dans lequel les Londoniens de Squid s’étaient distingués. Il faut dire que ce substrat est utilisé dans tellement de contextes pour tellement de résultats, de Bloc Party à Black Country New Road en passant par Art Brut qu’on peut le décliner de bien des façons.
    Et Squid balaie à lui seul une belle partie du spectre, allant même tutoyer la (...)

  • Bärlin - State of Fear

    Cet imposant album d’un trio lillois nous semble familier sans que ce ne soit exactement identique à quoi que ce soit. Si on tente de retrouver son chemin, on est très vite tentés de s’y perdre pour mieux s’y fondre. Le chant très expressif dès Deer Flight, un peu comme si Patrick Wolf s’était mis au post-punk poisseux et éructait (aboyait même sur Revenge). On y secoue lentement la tête pendant que la (...)

  • Rodolphe Coster and Band – High With The People

    On va être tout à fait honnêtes, on n’avait jamais entendu parler du Bruxellois Rodolphe Coster malgré un parcours visiblement déjà fourni, avec un gros pied dans la musique de danse contemporaine. Mais ce n’est pas le plus important, on a copieusement apprécié cet album immédiatement familier.
    New York est ici un endroit d’enregistrement ici mais aussi un style, avec une forte dose de post-punk (...)

  • Unik Ubik – I’m Not Feng-shui

    Quand on avait entendu Maggie Débloque, on n’avait pas tout de suite succombé. Peut-être que l’idée de s’en prendre (justement) à une ministre démise depuis des lustres ne semble pas l’idée de l’année. Surtout parce que la musique à haute dose d’énergie et de complexité attend son moment. Il est arrivé plus tard, et il est arrivé, et l’album passe d’un coup d’un seul. Parce qu’une fois que l’envie est là, on (...)